Le surplus du consommateur

SES : le surplus du consommateur

À lire dans cet article :

Surplus total, surplus du consommateur, surplus du producteur, etc. Tant de termes aussi semblables que différents. Aujourd’hui, dans cet article, nous te proposons de faire un zoom sur le surplus du consommateur.

Le surplus du consommateur, qu’est-ce que c’est ?

Le surplus du consommateur est une mesure économique des avantages pour le consommateur. Il y a surplus du consommateur lorsque le prix que les consommateurs paient pour un produit ou un service est inférieur au prix qu’ils sont prêts à payer. En d’autres termes, c’est la situation dans laquelle le consommateur est prêt à payer plus cher pour un produit donné que le prix actuel du marché.

Il s’agit concrètement de la différence entre la valeur perçue ou ressentie par un consommateur en se basant sur les bénéfices que le produit ou service apporte et le prix à véritablement débourser.

D’où provient la notion de « surplus du consommateur » ?

C’est un concept élaboré par Dupuit pour le choix des travaux publics à effectuer au XXe siècle. Cette notion est basée sur la théorie économique de l’utilité marginale, qui est la satisfaction supplémentaire qu’un consommateur retire d’une unité supplémentaire d’un bien ou d’un service. En règle générale, plus les consommateurs possèdent un bien ou un service, moins ils sont prêts à dépenser pour en obtenir davantage, en raison de la diminution de l’utilité marginale ou du bénéfice supplémentaire qu’ils reçoivent.

Cependant, l’économiste Alfred Marshall a indiqué que le concept de Dupuit était valable si l’utilité marginale du revenu était constante. L’hypothèse d’une utilité marginale constante est toutefois très restrictive et peu réaliste. En effet, si les premières unités sont payées au prix maximum, le consommateur aura moins d’argent pour acheter les unités suivantes. L’utilité marginale n’est pas constante. Marshall suppose alors qu’elle est approximativement constante en disant que la dépense pour un bien particulier représente une petite fraction du revenu.

Lire aussi : SES : le coût marginal

Mieux comprendre le concept : un exemple concret

Une compagnie aérienne propose des billets d’avion pour Paris à 50€ (point d’équilibre). Le consommateur s’attend à payer 100€ ce même billet pour les périodes de forte affluence. Le surplus de consommateur est alors de 50€.

La représentation graphique du surplus du consommateur

Le surplus du consommateur est mesuré comme la zone située en dessous de la courbe de demande à pente descendante, ou le montant qu’un consommateur est prêt à dépenser pour des quantités données d’un bien, et au-dessus du prix réel du marché du bien, représenté par une ligne horizontale tracée entre l’axe des y et la courbe de demande.  Il augmente toujours lorsque le prix d’un bien baisse et diminue lorsque le prix d’un bien augmente.

Le surplus du consommateur est nul lorsque la demande d’un bien est parfaitement élastique. Mais la demande est parfaitement inélastique lorsque le surplus du consommateur est infini.

Lire aussi : SES : l’autofinancement

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une