Les femmes dans le monde de la tech.

Et si les femmes avaient elles aussi leur place dans la tech ?

À lire dans cet article :

« Les filles aiment le français et les garçons, les mathématiques », une phrase anodine pour certains et pourtant (et fort heureusement) criante de mépris pour d’autres. Qui a dit qu’une femme ne pouvait pas étudier les sciences dures ? Qui a dit qu’une femme n’était pas en mesure de travailler dans le secteur du numérique ? Qui a dit qu’une femme ne pouvait pas être à la tête d’une entreprise du numérique ? La liste est encore bien longue malheureusement. Il semblerait que les idées reçues aient la dent dure. Une chose à laquelle se refuse Muriel Touaty, Partner Education & Innovation chez onepoint, cabinet de conseil spécialiste de la transformation digitale des organisations. En tant que femme évoluant dans cet univers résolument masculin, Muriel a tenu à nous livrer sa perception des enjeux de parité et d’égalité femmes-hommes au sein de l’écosystème. 

Le savais-tu ? En 2022, alors que la gent féminine n’occupait que 22% des emplois du numérique en Europe, en France, le constat était encore moindre. Seulement 17% des effectifs étaient féminins. Pourquoi de telles disparités ? Stéréotypes genrés, discrimination, sexisme, etc. Les raisons ne manquent pas et les entreprises, conscientes de ces inégalités, entament petit à petit leur transition vers la parité. Parmi elles, onepoint.

Le parcours de Muriel Touaty, Partner Education & Innovation chez onepoint

Muriel Touaty Pourriez-vous nous parler de votre parcours professionnel et de votre poste au sein de l’entreprise onepoint ?

Je m’appelle Muriel Touaty et suis Partner Education & Innovation pour le cabinet de conseil onepoint depuis trois ans et demi. Avant de rejoindre l’entreprise, j’ai dirigé de 2002 à 2019 le Technion France, représentation française du Technion, l’Institut Technologique d’Israël, à Haïfa.

Chez onepoint, j’ai à cœur de faire interagir le monde de la recherche et de l’éducation en leur donnant une prise concrète avec l’entreprise. L’école créée par onepoint propose également des formations continues, professionnalisantes et techniques sur les métiers du numérique et les nouveaux outils de travail.

Nous mettons par ailleurs un point d’honneur à faire évoluer les mentalités et notamment sur la question des perceptions et de la place des femmes dans les emplois du numérique. Nous partons d’un constat : il n’y a pas assez de femmes dans ce secteur et il faut que les lignes bougent. Nous avons par exemple organisé l’événement Chemins d’avenir, une journée dédiée à l’attractivité des métiers du numérique le 16 mai dernier. Son objectif : faire connaître et montrer la richesse de ces palettes de métiers aux plus jeunes.

Pouvez-vous nous parler un peu plus en détail de l’initiative Chemins d’avenir ?

Cette initiative s’inscrit dans les chantiers de onepoint pour l’égalité des chances, en partenariat avec de rectorat de Paris. Notre mission est de sensibiliser les publics les plus jeunes, dès le collège, aux métiers du numérique et plus particulièrement les jeunes filles. Nous avons sollicité le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse pour mettre en place Chemins d’avenir. J’y vois un rapprochement décomplexé et encourageant entre le monde du public et celui du privé !

Lire aussi : Enquête IFOP : « les filles sont moins sûres d’elles que les garçons »

« Il n’y a pas suffisamment de femmes dans la tech »

Comment décririez-vous la place des femmes dans l’univers de la tech à ce jour ? 

Les femmes sont depuis bien longtemps des figures à l’origine de nombreuses avancées technologiques, mais malheureusement, au fil de l’eau, lorsque les hommes se sont emparés du secteur du numérique, la gent masculine s’est aussi attribué tous les mérites. Les femmes ont été évincées de ces métiers, à tort, bien évidemment.

Aujourd’hui nous remarquons qu’il n’y a pas suffisamment de femmes dans les emplois du numérique et nous ne pouvons pas nous passer de 52% de la population mondiale. Avec Chemins d’avenir, ce qui nous revient régulièrement c’est que les jeunes filles manquent de confiance en elle. Quand elles ont 14/20 en mathématiques, elles estiment que c’est une note moyenne, alors que quand un garçon a 12/20 en mathématiques alors c’est une bonne note. Il existe des biais cognitifs très importants et nous cherchons à compenser cet équilibre et à faire bouger les lignes. Les femmes ont toutes les compétences requises pour travailler et s’épanouir dans les métiers du numérique. Ce qu’il est important de souligner c’est que, malgré tout ce qu’on peut entendre, les métiers du numérique n’ont pas de genre.

Quel est le positionnement de onepoint face à cette problématique ? 

Chez onepoint nous n’avons pas encore atteint une équité parfaite, nous sommes à 40% de femmes collaboratrices, mais nous y travaillons et tendons vers encore plus d’exemplarité en recrutant davantage de femmes. Au-delà d’être une entreprise innovante, onepoint est très engagée sur les problématiques sociétales. Nous développons de nombreux projets autour de l’égalité femme-homme et tous nos collaborateurs sont engagés sur ces chantiers.

Lire aussi : Plus dur de réussir dans la tech en tant que femme ?

Aller à la quête et à la conquête de nos désirs

Qu’en est-il de votre parcours personnel, en tant que femme dans un milieu résolument masculin ? Avez-vous dû faire face à des barrières ? 

Je dirais que j’ai eu beaucoup de chance dans mon parcours. J’ai passé une grande partie de ma vie à Tel-Aviv, en Israël, de mes 14 à mes 33 ans. Cette particularité a façonné ma perception des choses. Le contexte géopolitique du pays et cette notion d’inconfort m’ont permis de développer une résilience à toute épreuve. Je savais que pour réussir, j’allais devoir croire en moi et aller au bout de mes idées.

En toute sincérité, et sans aucun doute parce que j’ai toujours eu cette force en moi, je dirais que je n’ai pas vraiment eu d’obstacles sur ma route et si j’en avais, je passais outre. Quand les portes étaient fermées, je passais par la fenêtre. C’était un peu mon mantra.

Je suis quelqu’un de passionné et de tenace. Alors, j’ai toujours tout mis en œuvre pour réussir. Rien n’est jamais acquis dans la vie !

Quels conseils donneriez-vous à une lycéenne qui souhaiterait rejoindre cet univers ? 

De ne surtout pas avoir peur et d’aller à la quête et à la conquête de leur propre désir. Il faut avoir le courage d’oser choisir sa voie, c’est essentiel. Les femmes ont toutes les compétences requises pour exceller dans l’univers du numérique.

Par ailleurs, je dirais qu’il est important de s’entourer de bons role models, mais qu’il ne faut pas perdre de vue que nous sommes notre meilleur role model et de loin.

Lire aussi : Qui sont les femmes scientifiques les plus influentes en 2022 ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une