Qu'est-ce que la dette publique ?

SES : qu’est-ce que la dette publique ?

À lire dans cet article :

Avec la succession de crises sociales et économiques de ces dernières années, la dette publique trop élevée devient, pour certains économistes, un frein à la croissance de certains pays. Cet article résume les notions à connaître autour de cette notion.

Définition et composantes de la dette publique

La dette publique est un concept économique représentant l’ensemble des engagements financiers contractés par un État auprès d’entités publiques ou privées. Elle se compose de différentes composantes, dont la dette interne, contractée auprès de résidents nationaux, et la dette externe, emprunts réalisés auprès d’entités étrangères. D’autre part, la dette peut être directe, constituée des emprunts contractés par l’État lui-même, ou indirecte, résultant des engagements financiers de sociétés publiques garanties par l’État.

Les causes de l’augmentation de la dette publique

Les raisons qui poussent un État à contracter une dette publique sont multiples.

L’un des principaux moteurs de l’accroissement de la dette publique est le déficit budgétaire, qui se produit lorsque les dépenses publiques excèdent les recettes fiscales. Un déficit budgétaire peut être une conséquence d’une politique fiscale expansionniste, caractérisée par des réductions d’impôts ou des dépenses gouvernementales excessives pour stimuler l’économie. Souvent, c’est en lien direct avec les cycles économiques et fluctuations conjoncturelles de la situation économique d’un territoire donné, ou à l’échelle internationale.

De plus, les chocs externes tels que les crises financières mondiales, les conflits armés ou les catastrophes naturelles peuvent affecter les économies nationales de manière significative. Les gouvernements peuvent être amenés à emprunter pour faire face à ces chocs et maintenir la stabilité économique.

Enfin, les sociétés vieillissantes nécessitent des dépenses plus importantes pour les soins de santé et les retraites. Les gouvernements peuvent contracter des dettes pour répondre à ces besoins, surtout si les recettes fiscales ne suivent pas le rythme de ces dépenses croissantes. Il faut noter, ici, que le vieillissement est un problème structurel qui concerne la France.

Lire aussi : SES : L’analyse de Schumpeter des cycles économiques

Les conséquences de la dette publique

D’une part, lorsque la dette publique atteint des niveaux excessifs et insoutenables, elle peut avoir des conséquences importantes sur l’économie d’un pays et la vie de ses citoyens. Tout d’abord, le poids de la dette entraîne des paiements d’intérêts élevés qui limitent la marge de manœuvre du gouvernement dans l’allocation de ressources à d’autres domaines importants tels que l’éducation, la santé, les infrastructures et les services publics. Des dépenses d’intérêts élevées peuvent entraîner une baisse des investissements dans le capital humain et physique, ce qui limite le potentiel de croissance économique à long terme.

De plus, une dette publique élevée peut entraîner une hausse des taux d’intérêt, car les investisseurs exigent des rendements plus élevés pour compenser le risque. Cela entraîne une hausse des coûts d’emprunt pour l’État, les entreprises et les ménages et freine les investissements et la consommation. Les entreprises peuvent réduire leurs plans d’expansion, ce qui a un impact négatif sur l’emploi et la compétitivité économique.

D’autre part, une dette publique excessive peut déclencher des réactions négatives des marchés financiers et des agences de notation, ce qui peut entraîner une baisse de la note de crédit du pays. Cela peut entraîner une spirale descendante, car un abaissement de la note peut augmenter le coût de l’emprunt, ce qui accroît encore l’endettement. En outre, les investisseurs internationaux peuvent retirer leurs capitaux du pays, ce qui peut entraîner des crises monétaires et des fluctuations de la valeur de la monnaie nationale.

D’un point de vue social, la dette publique peut aggraver les inégalités économiques. Les mesures d’austérité introduites pour réduire la dette publique, telles que les coupes budgétaires et les augmentations d’impôts, peuvent faire peser une charge disproportionnée sur les couches les plus pauvres de la population et aggraver les inégalités socio-économiques. Ces mesures peuvent également susciter le mécontentement de l’opinion publique et nuire à la stabilité politique et sociale du pays.

La gestion de la dette publique

Afin d’avoir un budget équilibré, l’État va se concentrer sur la lutte contre le déficit public, et ce, de différentes manières.

Tout d’abord, l’État peut mettre en œuvre des réformes structurelles visant à améliorer l’efficacité et la productivité de l’économie peut générer des gains à long terme. Ces gains peuvent être utilisés pour rembourser la dette. Des réformes dans des domaines tels que le marché du travail, la réglementation, et la concurrence peuvent stimuler la croissance économique.

L’État peut également encourager un excédent budgétaire en augmentant les recettes fiscales, en réduisant les dépenses publiques ou en adoptant une combinaison des deux. L’excédent primaire est une extension de cette idée, où l’État génère un surplus budgétaire, excluant les paiements d’intérêts sur la dette. Cela permet d’allouer une partie de ces excédents au remboursement de la dette existante.

Enfin, une solution plus rare serait de négocier avec les créanciers pour restructurer la dette existante. Cela peut impliquer une prolongation des échéances, une réduction des taux d’intérêt ou un effacement partiel de la dette.

Ces stratégies, basées sur des concepts économiques clés, peuvent contribuer à la réduction de la dette publique. Cependant, il est crucial de considérer la situation économique et sociale spécifique de chaque pays et avoir en tête qu’il ne faut pas toujours chercher « la » solution, mais plutôt trouver la combinaison optimale de mesures à mettre en œuvre. Parfois, on peut aussi se tourner également vers la politique monétaire, en effet il ne faut pas croire que seule la politique budgétaire peut être utilisée pour générer un équilibre des ressources financières. Une politique monétaire bien équilibrée peut aider à contrôler l’inflation et à maintenir des taux d’intérêt relativement bas. Cela rend le service de la dette moins coûteux pour le gouvernement.

Lire aussi : SES : voter, une affaire individuelle ou collective ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une