communication non verbale

Grand oral : l’importance de la communication non verbale

À lire dans cet article :

Grand oral 2024. Pour la quatrième année consécutive, les candidats de terminale passeront du lundi 24 juin au mercredi 3 juillet 2024 leur épreuve du Grand oral. Cette épreuve, inédite dans leurs parcours puisqu’il s’agit d’un oral de 20 minutes, est pour beaucoup d’élèves une source de stress et une vraie nouveauté dans la façon de s’y préparer. Avoir conscience de l’importance de la communication non verbale est un élément clé pour réussir au mieux son oral et maximiser ses chances d’obtenir une bonne note. Zoom sur cette notion de langage non verbal dans cet article !

Les modalités du Grand oral

Instauré en 2021 suite à la réforme du baccalauréat, le Grand oral permet aux élèves de terminale de se confronter à une épreuve orale de 20 minutes. Pour rappel, les candidats doivent préparer tout au long de l’année deux problématiques en lien avec l’un de leurs enseignements de spécialité (ou les deux) sur lesquelles ils seront interrogés en fin d’année.

En effet, le jour J, le jury, composé de deux professeurs, choisira l’une des deux questions étudiées par l’élève pour qu’il la présente à l’oral pendant 5 minutes.

Au total, l’épreuve, qui a un coefficient de 10 dans la note finale du bac, (pour la voie générale et 14 pour la voie technologique) dure 40 minutes et est composée de trois parties distinctes :

  • Une phase préparatoire de 20 minutes ;
  • Une phase de présentation de 10 minutes ;
  • Une phase d’échange avec le jury de 10 minutes.

À noter : la phase de discussion autour du projet d’orientation a été supprimée par Gabriel Attal, alors ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, depuis la rentrée 2023, ces 5 minutes de l’épreuve sont désormais ajoutées à la phase de présentation.

Avant le début de l’épreuve, tu devras remettre au jury une fiche signée par tes professeurs de spécialités. Cette fiche contient deux questions que tu as étudiées au cours de l’année. Le jury choisira ensuite l’une des deux questions et les choses sérieuses pourront commencer.

Lire aussi : Bac 2024 : réussir le Grand oral

L’importance de la communication non verbale pour le Grand oral

Qu’est-ce que la communication non verbale ?

Pour toute interaction sociale, deux modes de communication peuvent être utilisés : la communication verbale et la communication non verbale. Cette dernière comprend toutes les manières de communiquer avec autrui, autres que les mots et les phrases que tu vas employer. L’intensité et l’intonation de ta voix, la gestuelle, ta posture, ton regard, ta tenue vestimentaire, tes expressions physiques, la distance avec ton interlocuteur, etc.

Tous ces éléments composent la communication non verbale et nous les utilisons tous les jours (sans même y faire attention). Ces manifestations peuvent être conscientes comme inconscientes et ont une grande importance dans la perception de l’information par l’autre. En effet, elles peuvent appuyer ou au contraire desservir les propos tenus et influencent grandement nos rapports avec autrui.

Pourquoi faire attention à sa communication non verbale pour l’épreuve ?

Comme toute épreuve orale, entretiens d’embauche ou présentation devant un public, le Grand oral permet à un candidat de mener un oral face à des interlocuteurs, ici le jury. Ces interlocuteurs sont donc réceptifs à la façon de communiquer du candidat en question, d’autant plus parce qu’ils sont là pour analyser sa capacité à bien communiquer tout en développant une argumentation structurée.

La communication non verbale dans ce genre d’épreuve est donc primordiale. Si elle est utilisée en cohérence avec le discours prononcé, elle peut grandement faciliter la compréhension du sujet pour le jury, mais aussi accentuer son intérêt, son écoute et réussir à le convaincre.

Lire aussi : Grand oral : optimiser les 20 minutes de préparation

Les éléments de communication non verbale à adopter pour l’épreuve

Dès lors, plusieurs éléments de langage non verbal sont à mobiliser pendant l’épreuve. Notons par exemple le fait de :

  • Sourire : esquisser à juste titre un sourire pour se présenter ou pendant ton exposé va permettre de montrer au jury que tu es enthousiaste, que tu apprécies ce dont tu parles et le rendra plus intéressé. Attention à ne pas sourire bêtement non plus.
  • Parler posément et avec une bonne intonation : c’est la base pour intéresser ton jury. Il faut que tu fasses un effort sur ta façon de parler. Prendre le temps d’expliquer ses propos, ne pas parler trop vite ou parler assez fort te fera gagner en clarté et permettra de convaincre le jury. Pense aussi à ne pas être monotone pour que le jury reste intéressé tout du long de ta présentation.
  • Avoir l’air détendu et confiant : maîtriser son stress est primordial, et cela donnera l’impression au jury que tu maîtrises ton sujet sur le bout des doigts.
  • Ne pas jouer avec ses mains : les mains trahissent notre état. Évite donc de jouer avec un stylo, de triturer tes ongles ou ta bague, et n’hésite pas au contraire à appuyer tes propos avec tes mains pour rendre ta présentation encore plus vivante.
  • Regarder le jury dans les yeux : il est important que tu regardes de manière équilibrée tous les membres du jury. En effet, il est facile de ne regarder qu’une seule personne sur les deux composant le jury, mais cela exclurait la deuxième. Essaie donc de regarder directement tous les membres du jury pour capter leur attention et leur regard.
  • Adopter une posture correcte : cela paraît évident, mais ne t’appuies pas contre un mur ou autre, cela pourrait laisser penser que tu n’es pas vraiment intéressé(e) à ce qui se passe.
  • S’habiller en circonstance : la tenue vestimentaire peut aussi jouer sur la perception qu’à le jury sur ta présentation. Ainsi, essaie de venir le jour J avec une tenue adaptée, sobre, mais dans laquelle tu es avant tout à l’aise.

Les éléments de communication non verbale à ne pas adopter pour l’épreuve

Au contraire, il existe certains éléments de communication non verbale à bannir définitivement lorsque tu passes un oral, que ce soit au lycée ou bien même plus tard, dans tes études supérieures ou ta carrière professionnelle.

  • Le regard évitant : nous te conseillons d’éviter de regarder constamment ailleurs, de fixer le sol ou d’éviter le contact visuel avec ton public. Ça peut donner l’impression que tu manques (beaucoup) de confiance en toi ou d’intérêt pour ce que tu es en train de faire ou de dire (et c’est tout ce que tu ne veux pas transmettre).
  • Les bras croisés : croiser les bras peut être perçu comme un signe de fermeture ou de défense. Garde tes bras ouverts et détendus pour encourager une communication ouverte et positive.
  • Les mains dans tes poches : garder les mains dans les poches peut renvoyer un manque d’engagement et de professionnalisme à tes examinateurs. Nous te conseillons davantage d’utiliser tes mains de manière expressive et engageante.
  • De trop de gestes (et de grands gestes) : même si communiquer avec tes mains peut s’avérer efficace, en faire trop ou des gestes désordonnés peuvent distraire ton public et affaiblir ton message. Utilise des gestes naturels et modérés.
  • Une mauvaise posture : évite de t’affaisser, de te pencher ou de t’appuyer sur les supports de manière excessive. Maintiens une posture droite et confiante pour montrer ton engagement.
  • Les tics nerveux : on sait bien que ça ne se contrôle pas toujours, mais essaie au maximum de minimiser ou d’éliminer les tics nerveux comme les grattages, les tapotements, les mouvements de jambe excessifs, qui peuvent distraire ton public.
  • Les expressions faciales inappropriées : évite les expressions faciales inappropriées : froncer les sourcils, rouler des yeux ou afficher de l’ennui, etc. peuvent nuire à ta crédibilité et à ta connexion avec ton auditoire.
  • Une mauvaise utilisation de l’espace : évite de rester statique ou de te déplacer de manière incohérente sans raison. Utilise l’espace de manière intentionnelle pour renforcer tes points clés.
  • Un sourire forcé : un sourire authentique est important, mais un sourire forcé peut sembler artificiel et peu sincère. Sois naturel(le) et souris lorsque c’est approprié.

Lire aussi : Grand oral : lutter contre son stress

Les erreurs à ne pas faire pour réussir le Grand oral

Pour réussir le Grand oral, il est important d’éviter certaines erreurs qui pourraient compromettre ta performance. Voici une liste non exhaustive de quelques-unes d’entre elles, qui peuvent t’aider au moment de l’épreuve : 

  • Ne pas te préparer suffisamment. Le Grand oral nécessite une préparation adéquate. Ne te contente pas de réviser quelques jours avant l’examen. Consacre du temps à la recherche d’informations pertinentes, à l’organisation de tes idées et à la pratique de ta présentation.
  • Ignorer la structure et la cohérence. Une présentation bien structurée et cohérente est essentielle. Ne te lance pas dans un discours désorganisé et décousu. Utilise une introduction claire, développe tes arguments de manière logique et conclus de manière pertinente.
  • Manquer de clarté dans tes propos. Évite d’utiliser un langage complexe et des phrases longues et compliquées. Sois clair, concis et accessible dans tes explications. Évite également les termes techniques ou le jargon excessif qui pourrait rendre ton exposé difficile à suivre.
  • Réciter ou lire ton exposé de manière mécanique. Évite de réciter ton exposé de manière monotone et sans émotion. N’utilise pas de notes écrites que tu liras mot pour mot. Sois naturel(le) et laisse tes idées s’exprimer de manière fluide et authentique.
  • Négliger le temps imparti. Respecte le temps alloué pour ta préparation et ton exposé. Ne dépasse pas le temps imparti, car cela peut donner une impression de manque de rigueur et de mauvaise gestion du temps.
  • Ne pas écouter et répondre aux questions du jury. Sois attentif aux questions posées par le jury et réponds-y de manière pertinente. Évite de donner des réponses vagues ou de dévier du sujet. Écoute attentivement et prends le temps de réfléchir avant de répondre. Ne pas s’adapter au jury également. Chaque jury peut avoir ses propres attentes et préférences. Sois flexible et adapte ton discours en fonction du contexte et des réactions du jury. Montre ta capacité à t’ajuster aux interlocuteurs et à répondre à leurs attentes.
  • Manquer de confiance en toi. La confiance en soi est essentielle pour réussir le Grand oral. Évite de douter de tes capacités et de te laisser submerger par le stress. Crois en tes compétences et en ta préparation, et fais preuve de confiance lors de ta présentation.
  • Ignorer les expressions non verbales. Le meilleur pour la fin, grâce à l’article que tu viens de lire, cette erreur devrait être évitée ! Les expressions non verbales, telles que le langage corporel et les gestes, jouent un rôle important dans la communication. Sois conscient de ton langage corporel, maintiens un contact visuel avec le jury et utilise des gestes naturels pour renforcer tes propos.

En évitant ces erreurs, tu maximises grandement tes chances de réussir le Grand oral en démontrant une bonne maîtrise du sujet, une communication claire et une capacité de t’adapter à cette épreuve, encore récente.

Lire aussi : Grand oral : 5 conseils pour réussir l’épreuve

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une