stress

Grand oral : lutter contre son stress

À lire dans cet article :

Grand oral 2024. Le Grand oral arrive à grands pas et c’est le moment pour les élèves de terminale de commencer à accélérer leur préparation pour maximiser leurs chances d’obtenir une excellente note. Pourtant cette épreuve, instaurée il y a trois ans par la réforme du baccalauréat, stresse plus d’un candidat. Mais stresser pour passer une épreuve, c’est normal, d’autant plus quand il s’agit d’un oral ! Alors si toi aussi tu es stressé(e) par l’épreuve du Grand Oral, l’oral de français ou autre, on te donne nos conseils pour rester zen et briller pendant ton épreuve !

Découvre notre Guide
du Grand oral 2024 🚀

Le Grand oral se déroule cette année entre le 24 juin et le 3 juillet prochain et si tu n’es pas encore tout à fait prêt(e), n’attends plus et empare-toi de ce guide complet. Nous te donnons tous nos conseils pour que cette épreuve se passe au mieux. Et ce n’est pas que nous… tu trouveras des témoignages de candidats qui ont passé l’épreuve l’année dernière. De quoi te donner un petit shot de vitamines pour tes révisions ! 📚🙏🏻

Rappel sur les modalités du Grand oral

Du 24 juin au 3 juillet 2024, les candidats de terminale passeront pour la troisième année consécutive leur épreuve du Grand oral. Obligatoire pour tous les élèves de la voie générale et de la voie technologique, l’épreuve a pour objectif d’évaluer les compétences orales des candidats, et leurs capacités à argumenter et proposer une réflexion structurée et cohérente. Pour cela, les élèves doivent préparer tout au long de l’année deux problématiques en lien avec leurs enseignements de spécialités. Le jour J, ils devront présenter leur réflexion sur l’une de ses deux questions face à un jury.

L’épreuve dure au total 40 minutes avec 20 minutes de préparation. La deuxième partie de l’épreuve se compose elle-même de deux parties distinctes :

  • Les 10 minutes de présentation : après avoir pris le temps de préparer au brouillon leur présentation sur la question choisie par le jury, les candidats disposent de 10 minutes non-stop pour exposer leur argumentation devant le jury.
  • Les 10 minutes de questions : à la suite de cette présentation, un temps d’échange de 10 minutes a lieu durant lequel le jury interroge le candidat sur sa présentation ou sur des questions en lien avec son sujet.

Lire aussi : Bac 2024 : réussir le Grand oral

Comment lutter contre le stress ?

Que ce soit pour le Grand oral, l’oral de français en première, un entretien d’embauche ou tout autre oral, être anxieux est normal. Le stress peut aussi être bénéfique et servir à te stimuler personnellement. Mais il ne faut pas qu’il soit trop élevé pour ne pas te pénaliser et que tu perdes tes moyens durant ton épreuve. Voici donc quelques conseils pour que tu puisses gérer ton stress avant et pendant ton épreuve !

Bien se préparer et s’entraîner

La clé pour éviter de stresser ou du moins diminuer son stress, c’est d’être préparé. En effet, la préparation et l’entraînement te garantissent d’acquérir une base solide. N’hésite pas à t’entraîner avec ta famille, tes amis ou tes proches. Faire des oraux blancs est vraiment la clé pour que tu puisses te sentir à l’aise le jour J. Tu peux aussi demander à tes professeurs d’organiser des sessions d’entraînements, idéal pour t’entraîner en conditions réelles.

Conseil : travaille encore davantage ton introduction et ta conclusion. L’introduction peut déterminer la suite de ton oral, tout comme la conclusion qui est la dernière chose que le jury va avoir en tête ! Autant il n’est pas nécessaire de rédiger (et pas recommandé) ton développement, autant il est préférable d’avoir une idée précise de ce que tu vas dire en introduction et en conclusion. Tu peux par exemple les détailler pendant tes 20 minutes de préparation, sans rédiger mot à mot ce que tu vas dire, tu peux tout à fait en écrire les grands jalons. Pour le reste, un plan détaillé suffit. Une fois lancé(e), tu trouves plus facilement tes mots.

Lire aussi : Grand oral : nos conseils pour tes dernières révisions

Se détendre avant l’oral

Pour briller pendant ton épreuve, être bien détendu(e) est primordial. Déjà, tu dois veiller à bien dormir les nuits avant le jour J pour être au maximum de tes capacités. Faire du sport la veille est aussi important pour te détendre et t’aérer l’esprit. Enfin, juste avant ton passage, ça ne sert à rien de réviser outre mesure. Pense à bien respirer. N’hésite pas à utiliser des méthodes de respiration profonde ou de méditation. Aujourd’hui, il existe plein d’applications qui peuvent t’aider à te détendre comme RespiRelax ou Breethe par exemple. Et si tu sens le stress monter un peu trop, tu peux également faire le choix de réserver 3 minutes de ton temps de préparation à un exercice de relaxation.

Le Grand oral, un moment d’échange

Pour t’éviter de stresser davantage, il est important de prendre du recul et de relativiser. Effectivement, il faut que tu gardes en tête que le Grand oral n’est rien d’autre qu’une présentation, mais surtout un moment d’échange avec le jury. Si tu récites ta présentation apprise par cœur, le jury sera moins intéressé que si tu arrives à rendre ce moment naturel. Il sera alors plus enclin à te poser des questions et à participer. Alors, essaie de ne pas trop lire tes notes et sois spontané(e). Aussi, garde en tête que le jury est composé de deux professeurs qui sont avant toute chose humains et qui ne sont pas là pour te juger toi, mais simplement ton travail.

Lire aussi : Grand oral : l’importance de la communication non verbale

Avoir confiance en soi et être positif

Enfin, avoir confiance en toi avant même de passer l’épreuve est essentiel, il ne faut pas que tu partes défaitiste. Ce sentiment sera favorisé si tu es bien préparé(e), mais surtout si tu adoptes une attitude positive. Être enthousiaste diminuera ton stress et un sourire sera toujours communicatif auprès du jury.

Conseil : pense à t’habiller avec une tenue adaptée, mais dans laquelle tu es confortable. Être à l’aise dans tes vêtements t’aidera à gérer ton stress, ou du moins, à ne pas l’accentuer.

5 erreurs à ne pas faire pendant l’épreuve du Grand Oral

Voici 5 choses que tu dois à tout prix éviter de faire si tu veux exceller à ton Grand Oral. Note-les-toi bien dans un coin de ta tête pour te garantir une super note !

Gesticuler et avoir des tics corporels 

Ton pied qui se balance, gigoter de partout, jouer avec tes mains, toucher tes cheveux, te gratter le nez, etc. sont autant de tics corporels qui agacent ton jury et te desservent. Non seulement tu montres au jury que ton anxiété, mais en plus, tu montres que la situation est inconfortable pour toi.

Une mauvaise habitude qui joue en ta défaveur. En faisant ça, tu perds le jury, qui ne se concentre plus uniquement sur ta communication verbale, mais aussi sur la non verbale. Il a plus de mal à se concentrer sur tes propos. En te tenant bien droit, les pieds bien ancrés au sol, tes mots et tes intonations vont être bien plus fluides et tu vas pouvoir attirer l’attention du jury sur ta voix et non sur tes gestes. Tu peux même t’entraîner chez toi pour trouver la position qui te convient le mieux !

Apprendre par cœur

Si tu débites ton exposé par cœur, d’une voix monotone, tu risques de te mettre le jury à dos. Il n’est pas là pour écouter un cours appris sur le bout des doigts, mais plutôt pour analyser ton degré de réflexion, d’analyse et de synthèse. En plus, généralement, quand tu apprends par cœur, tu parles plus vite.

Ce que tu peux faire, par contre, c’est mémoriser les mots-clés, quelques définitions essentielles en fonction de la problématique choisie et ainsi que deux/trois notions de la thématique. Pour le reste, laisse libre cours à ton aisance verbale et à ton éloquence et brode autour. De toute façon, 10 minutes, ça va très vite et tu verras que tu as vite fait le tour de la question si tout est frais dans ta tête.

Ne t’inquiète pas, les hésitations, les « euuuuh », les bégaiements, les erreurs de syntaxe, etc. ce n’est pas ce qui compte le plus dans le Grand Oral. Le jury sait que les oraux, c’est toujours un peu compliqué pour les élèves. Il évalue plus le fond, que la forme. Même si tu dois quand même utiliser un langage adapté et montrer que tu manies ton sujet.

Esquiver le jury 

Tu as le regard fuyant ? Tu regardes tes pieds ? Ce n’est pas la bonne solution pour intéresser le jury. Il ne va avoir qu’une envie… faire la même chose ! C’est pourquoi, il est essentiel de l’inclure dans ton discours : regarde-le, dis-lui « bonjour, comment allez-vous ? » adresse-toi à lui avec tes mains, ton sourire… montre que c’est bien à lui, et à lui seul, que tu t’adresses. Il appréciera et se sentira bien plus impliqué dans ton récit, il renforcera alors son attention et son intérêt pour ton sujet. C’est gagné pour toi !

Faire trop long ou trop court

Attention, dans ce genre d’épreuve, le timing est ton pire ennemi. Tu parles pendant 10 minutes donc veille à « rester dans les clous » ! Un oral trop long te sera forcément préjudiciable dans le sens où tu n’auras pas eu le temps de dire l’intégralité de ta réflexion. Laisser le jury sur sa faim, risque de jouer en ta défaveur. Par ailleurs, le chronomètre est aussi un challenge de l’exercice.

Même chose, si tu finis trop tôt, tu dois alors t’adapter pour avoisiner les 10 minutes d’Oral. C’est pourquoi, on te conseille toujours de préparer une ouverture que tu peux ajouter ou supprimer de ton oral en fonction du temps restant. Comme ça, tu as toujours matière à tenir les 10 minutes. Le mieux, c’est venir avec une montre et y jeter quelques coups d’œil pendant ton oral.

Répondre brièvement aux questions posées

Pendant l’échange, le jury attend une argumentation et non pas simplement un « oui », « non » ou « je ne sais pas », alors n’hésite pas à ajouter le « parce que ». Explique ton choix de question, ton travail, ta démarche, mais interagis

De plus, vu que la phase d’échange ne dure que 10 minutes, au plus tu détailles une réponse, au moins tu auras de question ! Le vrai stratège qui sommeille en toi a donc compris que dès qu’il se sent à l’aise avec une question, il ne doit pas hésiter à faire durer son temps de parole pour faire « jouer la montre ».

Tu verras, au final, le jury appréciera ton côté « bavard ». Pour un jury, c’est toujours mieux d’avoir en face de soi quelqu’un qui parle beaucoup que trop peu.

Lire aussi : Grand oral 2024 : quand recevras-tu ta convocation ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !