bac pro informatique CIEL

Bac pro CIEL (cybersécurité, informatique et réseaux, électronique) : programme, débouchés et salaires

À lire dans cet article :

Tu ne veux pas t’embarquer dans de longues études ? Tu es passionné(e) d’informatique et aimerais poursuivre dans cette voie ? Le bac pro cybersécurité, informatique et réseaux, électronique (CIEL) est peut-être la formation faite pour toi ! Programme, débouchés, salaires à la sortie, etc. Anciennement bac pro systèmes numériques (SN), nous répondons à toutes tes questions sur cette formation.

Le bac pro CIEL, qu’est-ce que c’est ?

Le baccalauréat professionnel CIEL est un diplôme d’État de niveau 4 au RNCP que tu prépares en 3 ans après la classe de troisième, à la suite d’une seconde professionnelle dans la famille des « métiers des transitions numérique et énergétique ». En combinant formation théorique en classe et apprentissage par la pratique (stages ou alternance), le bac pro CIEL forme les informaticiens de demain.

Ce bac pro remplace l’ancien bac pro SN (Systèmes Numériques) et te permet d’acquérir des compétences professionnelles solides (processus de réalisation et de maintenance de produits électroniques, réalisation de maquettes et prototypes, maintenance d’un système électronique ou réseau informatique, exploitation du réseau, etc.) dans le domaine de l’informatique et de la cybersécurité.

À la fin de leur formation, les étudiants, déjà semi-professionnels grâce à leurs stages et/ou leur alternance, doivent pouvoir intégrer rapidement le monde professionnel dans le secteur de l’informatique. S’ils le souhaitent, ils peuvent aussi poursuivre leurs études.

Lire aussi : Études supérieures : quels sont les différents niveaux de diplômes en France ?

Les matières étudiées en bac pro CIEL

Dans cette formation, tu peux retrouver deux types d’enseignements bien distincts :

Les enseignements généraux

  • Français
  • Histoire-géographie
  • Mathématiques
  • Économie-droit
  • Enseignement moral et civique, enseignement moral et civique
  • Langue vivante 1 (généralement anglais ou parfois une autre langue étrangère)
  • Langue vivante 2 (généralement espagnol ou allemand)
  • Prévention-santé-environnement
  • Arts appliqués et culture artistique
  • Sport

Les enseignements professionnels

Dans cette formation, les étudiants travaillent autour de 3 pôles, dans le but d’acquérir un grand nombre de compétences :

  • Réalisation et maintenance de produits électroniques :
    • Participer à un projet : le fameux « chef-d’œuvre »
    • Réaliser des maquettes et prototypes
    • Maintenir un système électronique au réseau informatique.
  • Mise en œuvre de réseaux informatiques
    • Valider la conformité d’une installation
    • Installer les éléments d’un système électronique ou informatique
    • Exploiter un réseau informatique.
  • Valorisation de la donnée et cybersécurité
    • Communiquer en situation professionnelle (français/anglais)
    • Analyser une structure matérielle et logicielle
    • Coder, etc.

Le « chef-d’œuvre » en bac pro CIEL

Si tu entres en bac pro CIEL, tu devras réaliser un « chef-d’œuvre ». Le nom peut surprendre, mais ne t’inquiète pas ! Personne ne te demandera de te transformer en Pablo Picasso ou en Spielberg.

Ici, il s’agit seulement de monter un projet sur deux ans (durant tes années de première et terminale) dans lequel tu vas devoir créer un produit de toutes pièces : concevoir un logiciel, organiser un événement, réaliser un court-métrage, développer un site internet, produire un journal en ligne, etc. en rapport avec tes études.

Le tout est de faire appel à ta créativité et de mettre en application les savoirs enseignés durant ta formation. Une fois ton projet fini, il sera évalué et tu devras le présenter à l’oral face à un jury.

Lire aussi : Tout savoir sur le bac pro commerce

Les modalités d’admission en bac pro CIEL

L’admission en bac pro CIEL

Pour entrer en bac pro CIEL, tu dois avoir un niveau troisième et avoir réalisé une seconde professionnelle dans une seconde de la famille des « métiers des transitions numérique et énergétique ». Aussi, certains CAP du même secteur te permettent de préparer cette formation sur deux ans seulement (selon certaines conditions), renseigne-toi donc bien avant de t’inscrire.

Lorsque tu es sûr(e) de ton choix, tu candidates dans un ou plusieurs lycées professionnels. L’admission se fait sur dossier. Tu dois alors fournir des documents académiques (bulletins de notes, diplôme du brevet des collèges, avis d’orientation, etc.) et tu peux être amené(e) à passer des tests de niveaux et de langues ainsi que des entretiens de motivation. Selon les académies, un entretien PASSPRO est aussi à prévoir pour s’assurer de ta motivation et de ton intérêt.

Néanmoins, il est important de spécifier que les modalités d’admission varient d’un établissement à un autre. C’est pourquoi nous te conseillons de te renseigner directement auprès du lycée professionnel qui t’intéresse ou du CFA (centres de formation pour apprentis) proposant cette formation.

Enfin, sache que cette formation accorde une importance particulière à la pratique : 18 à 22 semaines par année sont consacrées aux stages.

À noter : depuis la rentrée 2023, ces stages sont gratifiés d’une allocation versée par l’État cumulable avec celle versée par l’employeur. Tes stages sont alors mieux rémunérés.

L’alternance en bac pro CIEL

Bonne nouvelle pour toi, il est possible, si tu le souhaites, de réaliser ton bac pro CIEL en alternance, sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. L’occasion pour toi d’acquérir une véritable expérience professionnelle avant même d’intégrer le marché du travail. Un atout qui ne laisse pas de marbre les recruteurs.

Lire aussi : Quels sont les avantages de l’alternance ?

Les poursuites d’études après un bac pro CIEL

Le bac pro est un diplôme qui offre une insertion rapide sur le marché du travail. Pour cette raison, beaucoup arrêtent les études à la fin de cette formation, mais si tu as envie de te spécialiser davantage afin de devenir un vrai expert en la matière, sache que tu peux rejoindre des formations telles que (liste non exhaustive) :

Des BTS (Brevet de Technicien Supérieur) 

  • BTS cybersécurité, informatique et réseaux, électronique
    • Option A informatique et réseaux
    • Option B électronique et réseaux
  • BTS maritime maintenance des systèmes électro-navals (MASEN)
  • BTS Services informatiques aux organisations (SIO)
    • Option A solutions d’infrastructure, systèmes et réseaux
    • Option B solutions logicielles et applications métiers
  • BTS Systèmes photoniques
  • BTS métiers de l’audiovisuel

Des BUT (Bachelor Universitaire de Technologie)

  • BUT Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII)
  • BUT Informatique

Des MC (Mentions complémentaires)

  • MC Mécatronique Navale

Libre à toi de choisir ta poursuite d’études en fonction de tes aspirations professionnelles et de tes objectifs futurs.

Les métiers après un bac pro CIEL

Une fois diplômé(e) d’un bac pro CIEL, de nombreux débouchés s’offrent à toi dans les secteurs de la cybersécurité, de la réparation, de l’industrie, des transports, de l’automobile, dans l’aéronautique, la télécommunications, le multimédia, le commerce électronique, etc.

Parmi eux, des métiers tels que (liste non exhaustive) :

  • Monteur(euse)/câbleur(euse) : tu installes et connectes les câbles pour les réseaux électriques ou de communication.
  • Opérateur(ice) en production sur machine CMS : tu es responsable de la programmation, du réglage et de la surveillance des machines de placement de composants électroniques, tu assures la production en série de cartes électroniques.
  • Agent(e) de contrôle et de montage en électronique : tu contrôles la qualité des composants électroniques, assembles et montes les équipements en suivant les procédures garantissant leur conformité aux normes.
  • Agent(e) de support technique client : tu fournis un support technique aux clients en résolvant leurs problèmes liés aux équipements électroniques. Tu leur donnes des conseils et veilles à ce qu’ils soient satisfaits du résultat.
  • Technicien(ne) d’installation (télécommunications, réseaux informatiques, systèmes de sécurité, etc.) : tu installes et configures des équipements électroniques et informatiques dans des entreprises, des sites industriels, etc. En t’assurant de leur bon fonctionnement et de leur sécurité.
  • Technicien(ne) de réparation d’équipements électroniques : tu répares les équipements électroniques défectueux en faisant un diagnostic complet. Tu assures le bon fonctionnement des équipements.
  • Technicien(ne) en design de cartes électroniques : tu conçois et développes des schémas et des cartes électroniques en utilisant des logiciels spécialisés selon les spécifications techniques et les besoins client.
  • Technicien(ne) de câblage et d’intégration d’équipements électroniques : tu intègres et assembles des composants électroniques selon des plans préétablis et assures le bon fonctionnement des équipements (connexion, câblage, etc.).
  • Technicien(ne) de maintenance (réseaux câblés de communication, systèmes d’alarme, etc.) : tu garantis la maintenance des équipements électroniques, réalises des diagnostics, des réparations et des mises à jour pour garantir leur bon état de fonctionnement.
  • Technicien(ne) en télécommunications et réseaux d’entreprise : tu gères les réseaux de communication au sein des entreprises, tu configures, surveilles et maintiens les systèmes de télécommunication et les réseaux informatiques pour assurer leur efficacité et leur sécurité.

Les salaires après un bac pro CIEL

Pour que tu puisses avoir une idée des salaires qui t’attendent à la sortie d’un bac pro CIEL, voici une estimation des salaires des métiers correspondants (en net/mois pour un début de carrière) :

  • Monteur(euse)/câbleur(euse) : entre 1 400 € à 1 700 € net par mois.
  • Opérateur(ice) en production sur machine CMS : entre 1 500 € et 2 000 € net par mois.
  • Agent(e) de contrôle et de montage en électronique : entre 1 500 € et 2 000 € net par mois.
  • Agent(e) de support technique client : entre 1 600 € à 2 200 € net par mois.
  • Technicien(ne) d’installation (télécommunications, réseaux informatiques, systèmes de sécurité, etc.) : entre 1 600 € et 2 200 € net par mois.
  • Technicien(ne) de réparation d’équipements électroniques : entre 1 600 € à 2 200 € net par mois.
  • Technicien(ne) en design de cartes électroniques : entre 1 800 € et 2 300 € net par mois.
  • Technicien(ne) de câblage et d’intégration d’équipements électroniques : entre 1 600 € et 2 200 € net par mois.
  • Technicien(ne) de maintenance (réseaux câblés de communication, systèmes d’alarme, etc.) : entre 1 800 € à 2 300 € net par mois.
  • Technicien(ne) en télécommunications et réseaux d’entreprise : entre 1 800 € et 2 300 € net par mois.

Ces sommes sont données à titre indicatif et varient en fonction de divers facteurs (ton statut, ton type de prestation, ta localisation géographique, tes expériences passées, le secteur dans lequel tu interviens, etc.). Aussi, sache que plus tu as d’ancienneté dans ce domaine, plus ton salaire augmente.

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une