Le développement de la sphère financière internationale

Le développement de la sphère financière internationale

À lire dans cet article :

L’un des phénomènes marquants de l’économie contemporaine est la montée en puissance de la finance internationale dans un contexte de globalisation. Dans cet article, nous nous penchons sur le développement de cette sphère financière internationale et ses enjeux.

Qu’est-ce que la globalisation financière ?

La globalisation financière peut être définie comme un processus d’interconnexion des marchés de capitaux aux niveaux national et international, conduisant à l’émergence d’un marché unifié de l’argent à l’échelle planétaire.

La finalité du système financier international est de permettre la réalisation d’échanges financiers entre opérateurs de tout pays, de mettre en relation à l’échelle internationale des agents qui ont un besoin de financement et d’autres qui ont une capacité de financement et d’assurer. De cette manière, l’équilibre épargne-investissement est réalisé à l’échelle mondiale par le jeu des transferts internationaux de capitaux.

L’émergence des flux internationaux de capitaux et de la sphère financière

L’Europe est le principal pourvoyeur de capitaux lors de cette première mondialisation. L’Europe détient 90% des investissements à l’étranger, le Royaume-Uni en assurant à lui seul presque la moitié. La montée en puissance des États-Unis n’est vraiment visible qu’à la fin de la période du XIXe et ce n’est qu’au XXe siècle qu’ils joueront un rôle majeur dans les investissements internationaux.

Les investissements européens se répartissent entre les pays « neufs » et l’Europe elle-même. Si les capitaux français se portent principalement vers l’Europe, les capitaux britanniques se dirigent largement vers l’Amérique (Nord et Sud). Si l’Europe joue un rôle essentiel, tant comme émetteur que comme destinataire, c’est que les marchés financiers s’y sont organisés très tôt et de manière efficace. Les grands investissements en infrastructures (chemin de fer, ports) trouvent sur ces marchés les moyens de leur financement. La révolution bancaire qui s’opère à partir du milieu du XIXe siècle permet à la fois de drainer l’épargne de la population et de participer au financement de l’investissement. 

Lire aussi : SES : comment les agents économiques se financent-ils ?

L’explication de la globalisation financière

Les différentiels de rendement sont une raison essentielle dans les placements à l’étranger. Les épargnants individuels sont attirés par le différentiel des taux d’intérêt entre une Europe occidentale où le taux d’intérêt est bas et des pays neufs où la rareté du capital disponible se traduit par des taux élevés. Les investisseurs, entreprises ou banques d’affaires sont quant à eux attirés par le différentiel des profits et des dividendes entre l’Europe et les autres pays.

Les investissements à l’étranger visent à sécuriser la production et le commerce. À ce titre, le contrôle des approvisionnements et la création d’infrastructures de transport ont été une motivation importante des flux. La recherche de débouchés est également un motif important, surtout lorsque la dynamique interne de la croissance est en panne. Il s’agit parfois de contourner des barrières protectionnistes, comme lors de la remontée du protectionnisme à la fin du siècle. C’est aussi un des motifs d’investissement pour les firmes de petits pays dont le marché intérieur est trop limité. Nestlé en Suisse ou Phillips (lampe) aux Pays-Bas sont rapidement à l’étroit et cherchent des débouchés à l’étranger.

Le rôle important joué par les États dans la globalisation financière traduit également les préoccupations stratégiques et diplomatiques qui vident à développer des zones d’influence et à renforcer la puissance politique du pays fournisseur de capitaux. De nombreux pays émergents de cette fin du XIXe siècle ont davantage besoin de financement. Les politiques d’industrialisation, la nécessité de construire des infrastructures coûteuses, la volonté de mettre en valeur leur richesse minière, les conduisent suivent à lancer des emprunts publics. 

Quelles sont les conséquences de la globalisation financière ?

Le développement de la sphère financière internationale a transformé l’économie mondiale au cours des dernières décennies, en grande partie grâce à l’accélération de la globalisation et à l’innovation technologique. L’émergence de marchés financiers globaux interconnectés permet aujourd’hui des flux de capitaux quasi instantanés entre différentes régions du monde.

Les banques multinationales, les fonds d’investissement et les institutions financières jouent un rôle central dans cette dynamique, facilitant les investissements transfrontaliers et le commerce international. L’évolution des technologies de l’information et de la communication a également permis le développement de plateformes de trading électronique, rendant les transactions plus rapides et plus accessibles.

Parallèlement, la libéralisation des marchés financiers, encouragée par des politiques de déréglementation, a supprimé de nombreuses barrières à l’entrée pour les capitaux étrangers, augmentant ainsi la liquidité et l’efficience des marchés. Cependant, cette globalisation financière comporte des risques significatifs, comme la propagation rapide des crises financières, illustrée par la crise des subprimes de 2008, et l’augmentation des inégalités économiques entre les nations et au sein des sociétés.

En somme, bien que le développement de la sphère financière internationale ait apporté de nombreux avantages économiques, il pose pareillement des défis importants en termes de régulation et de stabilité financière globale.

Lire aussi : SES : l’impact de la mondialisation sur les économies locales

Les points historiques à connaître concernant le développement de la sphère financière

La conférence de Bretton Woods a établi un nouvel ordre financier international après la Seconde Guerre mondiale. Elle a conduit à la création du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, et a instauré un système de taux de change fixes, ancré sur le dollar américain, lui-même convertible en or. Le président américain Richard Nixon a annoncé la fin de la convertibilité du dollar en or, ce qui a conduit à l’abandon des taux de change fixes et à l’émergence des taux de change flottants. Cette période a marqué le début de la globalisation financière moderne.

La crise financière mondiale, déclenchée par l’effondrement du marché immobilier américain en 2008, a mis en lumière les risques systémiques et les interconnexions profondes des marchés financiers globaux. Elle a entraîné une récession mondiale et a conduit à des réformes réglementaires majeures telles que le Dodd-Frank Act aux États-Unis.

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une