première guerre mondiale

La Première Guerre mondiale, un embrasement mondial et ses étapes

À lire dans cet article :

La Première Guerre mondiale donne naissance à un nouveau type de conflit, la guerre totale. On utilise de nouvelles armes, les batailles n’ont jamais été si meurtrières. Tout tourne autour de la guerre, on parle d’économie de guerre. Les scientifiques, les entreprises, les jeunes, les femmes, chacun y contribue. Surtout, comme son nom l’indique, c’est la première guerre qui va créer un tel embrasement mondial. On va s’intéresser à ces grandes étapes et aux répercussions sur l’histoire qu’elle a créées.

Des tensions latentes qui finissent par éclater

Depuis le début du XXe siècle, l’Europe est sous tensions. Les crises de Tanger (1905) et d’Agadir (1911) au Maroc l’illustrent. Les Français cherchent à renforcer leur influence au Maroc, alors instable et les Allemands viennent contester leur présence. Ces crises exacerbent les tensions et la méfiance entre ces deux pays, chacun lançant alors une course à l’armement. En 1913 est adoptée la loi des 3 ans en France allongeant de deux à trois ans la durée du service militaire pour se préparer à la guerre.

Des alliances sont aussi apparues. Dès 1882, l’Italie rejoint l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, dans ce qu’on appellera la Triple Alliance. Les Français signent en 1904 l’Entente cordiale avec le Royaume-Uni et la Russie se joint à eux en 1907 pour former la Triple Entente.

Comme tu le sais, après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche par Gavrilo Princip, un nationaliste serbe, le 28 juin 1914, le jeu des alliances se met en marche. La guerre commence officiellement un mois après, la Serbie rejetant l’ultimatum austro-hongrois.

La Première Guerre mondiale commence rapidement. Les Allemands mettent au point le plan Schlieffen (conçu en 1905) qui consiste à envahir la Belgique neutre et à gagner rapidement à l’Ouest pour se désengager et n’avoir qu’un front à gérer, celui de l’est, contre la Russie. On a donc affaire à une guerre de mouvement avec des batailles affreusement meurtrières. À Tannenberg, malgré leur supériorité numérique, les Russes subissent une lourde défaite (78 000 morts en 4 jours, 6.5 fois plus de morts que les Allemands). À l’Ouest, c’est la célèbre bataille de la Marne qui fait rage. À partir de fin 1914, et ce, jusque mi-1918, les soldats vont s’enterrer dans les tranchées, c’est le début de la guerre de position.

Lire aussi : Histoire : La Seconde Guerre mondiale

Une guerre qui devient vraiment mondiale

D’abord, la guerre s’étend sur tous les terrains. On voit par exemple l’apparition de la guerre aérienne. En mer, la Royal Navy, la flotte britannique, la plus importante du monde, opère un blocus naval pour empêcher l’approvisionnement de l’Allemagne, mais les combats marins ont été marginaux. En revanche, la grande révolution a été la guerre sous-marine. Les fameux U-boote allemands coulaient des navires alliés. En février 1915, ils ont coulé le Lusitania, un paquebot commercial tuant 1200 personnes, dont 128 Étasuniens. Cela motivera une partie de l’opinion publique américaine à encourager l’entrée en guerre des États-Unis en 1917.

Cette guerre est mondiale aussi, car elle implique des populations de toute la planète. En effet, la France et le Royaume-Uni étant les deux principaux empires, ils ont mobilisé des troupes dans leurs colonies pour les aider. En France, 600 000 soldats coloniaux, principalement venus du Maghreb et d’Afrique subsaharienne ont aidé, 100 000 sont décédés. Pour le Royaume-Uni, pas moins d’1.3 million d’Indiens et 1.7 million des dominions (Australie, Afrique du Sud, etc.) ont supporté les troupes anglaises en Europe.

La guerre est aussi mondiale, car certains théâtres de combat étaient hors de l’Europe, notamment dans l’Empire ottoman, allié de la Triple-Alliance. La Triple-Entente va utiliser une partie de ses troupes coloniales dans la bataille des Dardanelles, un détroit ottoman, en 1915 afin de pouvoir rejoindre la Russie par la mer pour lui fournir des renforts. Cela finira par un échec cuisant et de nombreuses pertes humaines, environ 250 000 morts de chaque côté. Tu as peut-être aussi déjà entendu parler de Lawrence d’Arabie, un archéologue britannique qui sera envoyé pour soutenir les actions de guérilla et de soulèvement des peuples arabes contre l’Empire ottoman pour le déstabiliser de l’intérieur et l’empêcher de combattre en Europe.

Lire aussi : Histoire : la France, une nouvelle place dans le monde

Vers la fin de la guerre

La guerre s’est terminée en plusieurs temps. D’abord, sur le front est en 1917. La Russie a été largement secouée en interne où 2 révolutions ont éclaté. Lors de la Révolution de février, le tsar Nicolas II abdique. Le gouvernement provisoire dirigé par la Douma, le Parlement russe, choisit de continuer la guerre. Mais les soviets, les ouvriers, paysans et soldats qui soutiennent les bolcheviks manifestent à nouveau en octobre. Le parti bolchevik, dirigé par Lénine, rejette le gouvernement provisoire et veut établir un régime communiste fondé sur le contrôle par ces dits ouvriers et paysans. Les Russes vont alors signer une paix anticipée, sans leurs alliés donc, en mars 1918, le traité de Brest-Litovsk.

Il convient de faire un aparté historique pour se rappeler qu’en 1917, les États-Unis ont rejoint la guerre aux côtés de la Triple-Entente. Cela est déclenché par le télégramme Zimmermann, un nom que tu dois retenir. C’est un message allemand proposant aux Mexicains leur soutien s’ils entraient en guerre face aux États-Unis et qu’ils recevraient de l’aide pour reprendre des territoires perdus dans les années 1840 (Texas, Arizona, Nouveau-Mexique). Entre ce télégramme et les attaques sous-marines allemandes qui ont tué des citoyens étasuniens, l’opinion publique a été galvanisée et les États-Unis sont entrés en guerre. Ils apportent à la fois une contribution économique, matérielle (avec des chars d’assaut par exemple) et humaine, avec des troupes encore « fraîches » face aux troupes européennes fatiguées de 3 longues années de guerre.

Revenons en 1918, après la fin du front de l’Est, les Allemands lancent une grande offensive à l’Ouest, connue comme « l’Offensive du Printemps » ou « Offensive Michael », c’est le retour de la guerre de mouvement. Celle-ci est stoppée sous le commandement du maréchal Foch. Il lance alors après la seconde bataille de la Marne (juillet 1918) une large contre-offensive, soutenue par l’aide américaine qui ne s’arrêtera qu’avec la fin de la guerre. Le 9 novembre, le Kaiser Guillaume II abdique, la République de Weimar est instaurée. L’armistice est signé deux jours plus tard.

Après 4 années et environ 10 millions de morts, la Première Guerre mondiale a changé l’histoire à jamais, le monde entier a fait partie d’un même conflit, les dégâts ont atteint un niveau inimaginable et les esprits sont marqués à vie, on en parle comme de la « der des der », quelque chose qui ne doit plus jamais exister.

Lire aussi : Histoire : la République française

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une