grand oral répondre aux questions du jury

Grand oral 2024 : comment bien répondre aux questions ?

À lire dans cet article :

Grand oral 2024. Dans cet article, nous te donnons tous nos conseils pour répondre le plus justement possible aux questions qui te seront posées lors de ton Grand oral.

Le calendrier du bac 2024

Tu n’as plus en tête toutes les dates du calendrier du bac 2024 ? Pas de panique, nous avons pensé à tout. Tu trouveras ci-dessous un récapitulatif de toutes les dates qu’il faut que tu gardes à l’esprit pendant ton année de terminale.

  • Les épreuves écrites des enseignements de spécialité sont fixées les 19, 20 et 21 juin 2024.
  • L’épreuve de philosophie est fixée le 18 juin 2024.
  • Les épreuves écrites anticipées de français auront lieu le 14 juin 2024.
  • Les épreuves du Grand oral du baccalauréat général et technologique sont fixées du 24 juin au 3 juillet 2024.

La communication des résultats du premier groupe (baccalauréat général et technologique) et des épreuves obligatoires et facultatives (baccalauréat professionnel) de la session interviendra à compter du 8 juillet 2024 pour le baccalauréat général, technologique et professionnel

Lire aussi : Les dates du bac 2024

Les modalités du Grand oral en 2024

Petit retour sur les modalités du Grand oral avant d’aller un peu plus loin dans cet article. Le grand oral est (comme son nom l’indique) une épreuve orale qui est apparue avec la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer et qui souffle cette année sur sa quatrième bougie.

En quoi consiste l’épreuve du Grand oral ? Dès le début de l’année de terminale, les candidat(e)s vont devoir choisir deux questions en lien avec leurs enseignements de spécialités (une question par enseignement de spécialité ou alors une question transversale, reprenant les deux enseignements), auxquelles ils devront ensuite répondre dans une courte présentation. Le jour de l’examen, le jury choisira l’une de ces deux questions et le Grand oral pourra commencer.

Le déroulé de l’épreuve

L’examen se déroule en 3 temps :

  • Une phase préparatoire de 20 minutes ;
  • Une phase de présentation de 10 minutes ;
  • Une phase d’échange avec le jury de 10 minutes.

À noter : la phase de discussion autour du projet d’orientation a été supprimée par Gabriel Attal, alors ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, depuis la rentrée 2023, ces 5 minutes de l’épreuve sont désormais ajoutées à la phase de présentation.

Avant le début de l’épreuve, tu devras remettre au jury une fiche signée par tes professeurs de spécialités. Cette fiche contient deux questions que tu as étudiées au cours de l’année. Le jury choisira ensuite l’une des deux questions et les choses sérieuses pourront commencer.

Les nouvelles modalités du Grand oral 2024

Jusqu’à l’année 2023, les 5 dernières minutes du Grand oral étaient réservées à un échange entre le candidat et les membres du jury au sujet de son projet d’orientation. Désormais, les choses changent. Ces 5 minutes supplémentaires seront consacrées à la phase de présentation du sujet. La portant alors à 10 minutes.

Lire aussi : Grand Oral 2024 : comment choisir ses deux questions ? 

Comment bien répondre aux questions posées par le jury ?

Parce que nous savons que les moments de questions/réponses sont bien souvent redoutés dans les examens oraux, nous te donnons quelques petits conseils pour que tout se passe au mieux.

Écoute bien attentivement les questions que l’on te pose

Ça te paraît peut-être évident, mais parfois avec le stress ou juste par manque d’attention, on oublie un peu trop vite ce qui vient de nous être demandé, d’où le fameux « vous pouvez répéter la question ? ». Alors le jour de l’examen, sois bien attentif à ce que te diront les membres de ton jury et prends bien le temps de réfléchir à ta réponse. Bien entendu, le but n’est pas de mettre 5 minutes à construire une réponse argumentée, mais il vaut mieux que tu passes 15 secondes à réfléchir, plutôt que 10 à dire n’importe quoi. Ce qui en vient à notre deuxième conseil (une transition toute trouvée). 

Prends le temps de réfléchir à ta réponse

Ne te précipite pas pour répondre à la question. L’échange ne dure que 10 minutes, certes, mais il vaut mieux que tu prennes quelques secondes pour rassembler et organiser tes idées. Ta réponse n’en sera que meilleure.

Et si jamais tu ne saisis pas très bien ce qui t’est demandé (ça peut arriver), pas de panique. Tu peux tout à fait demander aux membres du jury de reformuler leur question ou d’apporter une clarification si besoin est.

Souviens-toi que les examinateurs ne sont en aucun cas là pour te mettre en difficulté. Ils s’assurent simplement que tu sais bien de quoi tu parles et que tu as fourni un travail sérieux.

Justifie ta réponse à la question

Si la question qui t’est posée peut être contestée, n’hésite pas à donner une justification. Justifie ta réponse avec des arguments solides et tu peux aussi te servir d’exemples si ça te permet d’être encore plus concret(e). Il n’y a rien de mieux qu’un exemple pour illustrer ton propos et te faire comprendre plus facilement.

Lire aussi : Grand oral : optimiser les 20 minutes de préparation

Sois le plus clair(e) et concis(e) possible

Le plus important quand tu réponds à une question, c’est de ne pas te perdre en chemin. Et pour ça, il faut que tu sois le plus clair(e) possible. Évite de t’engager dans des explications trop longues si tu sais que tu ne réussiras pas à arriver au bout. Mieux vaut une réponse courte, mais claire, qu’une réponse longue et trop compliquée.

Si tu sens que tu t’éloignes un peu du sujet, reviens sur tes pas ou alors demande à reprendre ta réponse. Il faut que tu évites au maximum de te perdre dans des détails qui n’auraient pas beaucoup d’importance ou de digresser. Les minutes du Grand oral sont précieuses, alors ménage-les.

Fais attention à ton langage

Qui dit Grand oral, dit examen du baccalauréat, alors bien évidemment il faut que tu surveilles ton langage. Bannis de ton vocabulaire tous les mots d’usage familier et concentre-toi sur un vocabulaire clair et intelligible. Les tics de langage doivent aussi être mis sur le côté : genre, en fait, du coup, en mode, en gros… Et bien sur tous les mots en verlan ! N’oublie pas que l’important, c’est de faire bonne impressions au jury pour avoir la meilleure note possible, et que ton propos ne soit pas pollué par une manière de parlée qui ne sera pas considérée comme professionnelle et correcte.

Évite aussi les termes un peu trop techniques qui pourraient être mal compris par les membres du jury, ou alors donnes-en une courte explication pour ne perdre personne.

Sois respectueux(se) et professionnel(le)

Dernier conseil, qui peut aussi te paraître évident, mais toujours bon de le rappeler : assure-toi d’être respectueux(se) et professionnel(le) à tout moment, même si tu n’es pas d’accord avec une idée et même si tu n’aimes pas beaucoup la question qui t’est posée. Le respect et la courtoisie peuvent jouer en ta faveur !

Et parfois (ce n’est pas tout le temps), mais tu peux tomber sur un jury un peu tatillon qui cherchera à te pousser dans tes retranchements avec des questions un peu pièges… ne te décompose pas et réponds le mieux possible, même si cette question ne te plaît pas.

Garde le contact visuel

Le contact visuel permet d’établir une connexion, de démontrer ton assurance et de favoriser l’écoute attentive de ton public.

Regarde les examinateurs directement dans les yeux, mais n’oublie pas de faire des pauses occasionnelles pour éviter de paraître trop intense et surtout pour regarder tes notes et ne pas perdre le fil de ton propos. Balaye du regard l’ensemble des examinateurs si tu en as plusieurs, pour inclure tout le monde dans la conversation. Si tu te sens nerveux(se), tu peux te concentrer sur le front ou le nez de l’examinateur plutôt que dans ses yeux, cela peut être moins intimidant. En pratiquant le maintien du contact visuel, tu seras mieux préparé à communiquer efficacement et à transmettre tes idées avec confiance lors de ton grand oral du bac !

Reste authentique

Évidemment, c’est un moment important dans ta scolarité, sois toi-même ! Les examinateurs apprécient l’authenticité et la sincérité. Être authentique te permettra  d’établir une connexion plus facilement et surtout d’être beaucoup plus à l’aise. Ne cherche pas à donner des réponses que tu penses qu’ils veulent entendre, mais plutôt ce que tu penses réellement. Tu n’en sauras que plus apprécié et mieux noté.

Comment répondre aux deux questions de spécialité que tu as choisies ?

Pour bien répondre à la question sur ta spécialité lors du Grand oral du bac, voici quelques conseils :

Organise ta réponse

Structure ta réponse de manière claire et logique. Commence par une introduction qui présente brièvement ta spécialité et son importance. Ensuite, développe les points clés de ta réponse de manière cohérente. Tu peux utiliser des sous-parties pour mieux organiser tes idées.

Apporte des exemples concrets

Illustre tes arguments avec des exemples concrets et pertinents issus de ta spécialité. Cela aidera à étayer tes propos et à rendre ta réponse plus convaincante.

Montre ta compréhension approfondie

Mets en avant ta connaissance approfondie de ta spécialité en utilisant un vocabulaire spécifique et en expliquant les concepts clés. Cela démontrera ton engagement et ton expertise dans le domaine.

Sois clair et concis

Évite les réponses trop longues et confuses. Va droit au but et exprime tes idées de manière claire et concise. Utilise des phrases simples et évite les termes trop techniques, sauf si cela est nécessaire et compréhensible pour l’examinateur.

Anticipe les questions supplémentaires comme nous venons de le voir précédemment. Prépare-toi à des questions supplémentaires de la part de l’examinateur(rice). Réfléchis à l’avance aux éventuelles interrogations que ta réponse pourrait susciter et prépare des réponses complémentaires pour approfondir ton argumentation.

Garde ton calme pendant l’épreuve

Respire profondément et réponds avec confiance. N’aie pas peur de prendre quelques secondes pour réfléchir avant de répondre si nécessaire.

Pour te préparer, tu peux t’entrainer à faire des exercices de respiration ou de la médiation quelques jours voire quelques semaines à l’avance. Des vidéos et des applications existent pour t’accompagner : petit Bambou, techniques de cohérence cardiaque, ASMR sur YouTube… Les solutions sont nombreuses !

Pratique à l’avance

Entraîne-toi à répondre à des questions sur ta spécialité à l’avance. Fais des simulations d’entretien avec tes amis, des membres de ta famille ou des enseignants, afin de te sentir plus à l’aise le jour de l’épreuve.

N’oublie pas que l’objectif principal est de montrer ta compréhension approfondie de ta spécialité et ta capacité à réfléchir de manière critique. En suivant ces conseils et en te préparant adéquatement, tu augmenteras tes chances de fournir une réponse convaincante lors du Grand oral du bac.

Lire aussi : Grand oral : nos conseils pour tes dernières révisions

5 erreurs à ne pas faire pendant l’épreuve du Grand oral

Voici cinq choses que tu dois à tout prix éviter de faire si tu veux exceller à ton Grand oral. Un conseil, note-les-toi bien dans un coin de ta tête pour te garantir une super note ! 

Gesticuler et avoir des tics corporels 

Ton pied qui se balance, gigoter de partout, jouer avec tes mains, toucher tes cheveux, te gratter le nez, etc. sont autant de tics corporels qui agacent ton jury et te desservent. En effet, en adoptant cette posture, non seulement tu montres au jury que tu es anxieux, mais en plus, que la situation est inconfortable pour toi. Ce qui est normal, mais tu ne dois pas le montrer. 

Évite au maximum, car ça joue en ta défaveur. Effectivement, tu perds un peu le jury, qui ne se concentre plus uniquement sur ta communication verbale, mais aussi sur la non verbale. Il a plus de mal à se concentrer sur tes propos.  

Si tu te tiens bien droit, les pieds bien ancrés au sol, tes mots et tes intonations vont être bien plus fluides et tu vas pouvoir attirer l’attention du jury sur ta voix et non sur tes gestes. Si tu veux, tu peux t’entraîner chez toi pour trouver la position qui te convient le mieux ! 

Apprendre par cœur

Eh oui, tu dois le savoir, mais ça se sent ! Si tu débites ton exposé par cœur pour le réciter, tu risques de te mettre le jury à dos. Il n’est pas là pour écouter un cours appris sur le bout des doigts, mais plutôt pour analyser ton degré de réflexion, d’analyse et de synthèse. 

Ce que tu peux faire, par contre, c’est mémoriser les mots-clés, quelques définitions essentielles pour la problématique choisie et ainsi que des deux/trois notions de la thématique. Pour le reste, laisse libre cours à ton aisance verbale et ton éloquence et brode autour. De toute façon, 10 minutes, ça va très vite et tu verras que tu as vite fait le tour de la question si tout est frais dans ta tête. 

Ne t’inquiète pas, les hésitations, les « euh », les bégaiements, les erreurs de syntaxe, etc. Ce n’est pas ce qui compte le plus dans le Grand oral. Le jury sait que les oraux, c’est toujours un peu compliqué pour les élèves. Il évalue plus le fond que la forme. Même si tu dois quand même utiliser un langage adapté et montrer que tu manies ton sujet. 

Esquiver le jury 

Tu as le regard fuyant ? Tu regardes tes pieds ? Ce n’est pas la bonne solution pour intéresser le jury. Il ne va avoir qu’une envie… faire la même chose ! C’est pourquoi, il est essentiel de l’inclure dans ton discours : regarde-le, dis-lui « bonjour, comment allez-vous ? » adresse-toi à lui avec tes mains, ton sourire… montre que c’est bien à lui, et à lui seul, que tu t’adresses. Il appréciera et se sentira bien plus impliqué dans ton récit ; il renforcera alors son attention et son intérêt pour ton sujet. C’est bingo pour toi ! 

Faire trop long ou trop court

Attention, dans ce genre d’épreuve, le timing est ton pire ennemi. Tu parles pendant 10 minutes donc veille à « rester dans les clous » ! Un oral trop long te sera forcément préjudiciable dans le sens où tu n’auras pas eu le temps de dire l’intégralité de ta réflexion. Laisser le jury sur sa faim, risque de jouer en ta défaveur. Par ailleurs, le chronomètre est aussi un challenge de l’exercice.

Même chose, si tu finis trop tôt, tu dois alors t’adapter pour avoisiner les 10 minutes d’oral. C’est pourquoi on te conseille toujours de préparer une ouverture que tu peux ajouter ou supprimer de ton oral en fonction du temps restant. Comme ça, tu as toujours matière à tenir les 10 minutes.

Répondre brièvement aux questions posées

Pendant l’échange, le jury attend une argumentation et non pas simplement une brève réponse par « oui » ou par « non » ou « je ne sais pas », alors n’hésite pas à ajouter le « parce que ». 

Tu dois expliquer ton choix de question, ton travail, ta démarche, alors n’hésite pas à parler ! En plus, vu que la phase d’échange ne dure que 10 minutes, au plus tu détailles une réponse, au moins tu auras de question ! Le vrai stratège qui sommeille en toi a donc compris que dès qu’il se sent à l’aise avec une question, il n’hésite pas à faire durer son temps de parole pour faire « jouer la montre ». 

Tu verras, au final, le jury appréciera ton côté « bavard ». Pour un jury, c’est toujours mieux d’avoir en face de soi quelqu’un qui parle beaucoup que trop peu.

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une