Grand oral 2024 : comment choisir ses deux questions ?

À lire dans cet article :

Grand oral 2024. L’épreuve du Grand oral est la nouveauté de cette réforme du baccalauréat. La première session ayant eu lieu en 2021, cette année, les élèves en classe de terminale (et leurs professeurs) savent un peu mieux à quoi s’attendre. Dans cet article, nous te prodiguons nos meilleurs conseils pour choisir tes deux questions de Grand oral pour cette nouvelle session.

Cette année, l’épreuve du Grand oral aura lieu du lundi 24 juin au mercredi 3 juillet 2024 pour tous les candidats de la voie générale et technologique.

Tout savoir sur l’épreuve du Grand oral

C’est quoi le Grand oral ? 

Introduite à partir de la session 2021, cette épreuve orale du baccalauréat, consiste à réaliser une présentation orale de 10 minutes sur un sujet choisi par le candidat(e), suivi d’un échange de 10 minutes avec un jury composé de deux examinateurs. Comme tu le sais, les questions que tu dois présenter lors de ton épreuve du Grand oral doivent être en lien avec l’une des deux spécialités suivies. Cette épreuve, de coefficient 10 pour les élèves de la voie générale et 14 pour ceux de la voie technologique, est à réussir ! Ça tombe bien, tu as tout ce qu’il faut sur Au Futur. 😉

Quel est l’objectif du Grand oral ?

Cette épreuve est là pour développer les capacités d’expression orale et de communication des candidat(e)s, ainsi que leur capacité à argumenter. Elle te force aussi à synthétiser des informations, une compétence importante pour l’avenir ! En d’autres termes, elle est destinée à te préparer à l’enseignement supérieur et au monde professionnel. Elle te donne des compétences de communication et de présentation utiles dans de nombreuses situations.

Comment se déroule le Grand oral ?

L’examen se déroule en 3 temps dispaché sur un total de 40 minutes :

  • Une phase préparatoire de 20 minutes ;
  • Une phase de présentation de 10 minutes ;
  • Une phase d’échange avec le jury de 10 minutes.

À noter : la phase de discussion autour du projet d’orientation a été supprimée par Gabriel Attal, alors ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, depuis la rentrée 2023, ces 5 minutes de l’épreuve sont désormais ajoutées à la phase de présentation.

Aussi, sache qu’avant le début de l’épreuve, tu devras remettre au jury une fiche signée par tes professeurs de spécialités. Cette fiche contient deux questions que tu as étudiées au cours de l’année. Le jury choisira ensuite l’une des deux questions et les choses sérieuses pourront commencer. Mais comment choisir tes questions et comment être sûre d’avoir fait le bon choix ? Cet article est justement là pour répondre à tes questions ! Lis ce qu’il suit pour aborder l’épreuve sereinement 🧘‍♀️

Lire aussi : Bac 2024 : les modalités du Grand oral

Bien choisir ses questions pour le Grand oral

Choisir des sujets qui t’intéressent

C’est sans doute notre premier conseil (et pas des moindres), si tu veux réussir au mieux l’épreuve du Grand oral, il faut que tu choisissent des thèmes qui te tiennent à cœur. Tu ne seras jamais aussi persuasif(ve) et intéressant(e) que si tu choisis un sujet que tu aimes et qui te fait plaisir. La clé de tout, c’est celle-là !

La logique de l’entonnoir : partir de ses spécialités

Les sujets que tu vas présenter doivent découler de l’enseignement de tes spécialités. Tu peux choisir un sujet qui se focalise sur une seule de tes spécialités, ou au contraire, traiter une problématique qui fait appel à tes deux enseignements de spécialité.

Il faut donc d’abord s’interroger sur la ou les matières que tu veux traiter, pour ensuite en faire découler des sujets possibles. Tu peux très bien reprendre la liste des différents chapitres que tu as abordés dans cette ou ces matière(s) et choisir ensuite un chapitre, sur lequel tu peux alors réfléchir à une problématique.

Partir d’une matière, puis d’un chapitre, pour en faire en découler un sujet ou une notion est un moyen de découler facilement vers des problématiques qui sauront te motiver. 

Être motivé(e) et travailler toute l’année

En effet, la motivation est le maître-mot de cette épreuve. Bien que l’épreuve ne dure que 40 minutes, le Grand oral se prépare sur le long terme. En effet, tu vas devoir travailler sur ton choix de questions toute l’année pour ensuite le faire valider à tes professeurs de spécialités, qui seront aussi là pour t’aiguiller.

Il faut donc que tu choisisses des problématiques qui t’intéressent, te motivent et pour lesquelles tu es prêt(e) à t’investir, notamment dans tes recherches. Cela se ressentira aussi lors de l’oral, puisque tu devras être spontané(e) et montrer que tu es capable de formuler une opinion personnelle sur le thème choisi, ce qui est plus facile quand tu parles d’un sujet que tu apprécies.

Lire aussi : Le témoignage d’une élève sur son épreuve du Grand oral

Faire évoluer son travail

Comme c’est une épreuve qui se prépare durant toute ton année scolaire de terminale, ton argumentation ne doit pas rester figée. Il faudra faire évoluer tes idées en fonction de tes recherches et de ton avancée dans le programme de la ou des matières choisie(s). En effet, il faudra que tu t’appuies aussi sur les supports de cours que te divulguent tes professeurs pour voir si ta problématique peut être traitée de manière transversale à travers les chapitres.

Aussi, suivre l’actualité relative à ton sujet est primordial, puisque c’est aussi ce que jugeront les professeurs qui composent ton jury, et ils ne manqueront pas de te poser des questions sur les dernières évolutions qui concernent ta question. Lis des articles spécialisés sur ce sujet, consulte des revues, suis les différents médias, etc. Tout cela t’aidera à être le plus pertinent possible.

Cela te permettra aussi d’affiner ton opinion et ta prise de position personnelles sur les deux questions que tu auras proposées.

Lire aussi : Grand oral 2022 : optimiser les 20 minutes de préparation 

Formuler correctement les questions choisies pour le Grand oral

Les questions que tu vas développer devront être des problématiques, et non de simples questions. Il s’agit de choisir un problème qui suppose derrière de faire découler une réponse argumentée. Il faut donc choisir une question qui se prête au débat et illustre ton chemin de pensée pour arriver à cette problématique finale.

Tes questions devront être cohérentes. La cohésion avec ton enseignement de spécialité est essentielle pour que tu puisses respecter le sujet de l’examen. Le mieux est aussi de faire en sorte de traiter des questions en lien avec ton projet scolaire ou professionnel futur. Cela sera un moyen d’assurer une transition facile vers la dernière partie de l’épreuve, et montrera au jury que tu n’as pas choisi ce sujet par hasard.

Enfin, il faudra que ces questions soient clairement formulées, avec des termes clairs, mais précis qui font référence au vocabulaire du sujet en question. Les problématiques ne doivent pas être trop larges non plus, puisque tu dois soulever un problème, et doivent être attrayantes pour intéresser le jury, et le rendre curieux de t’écouter.

Petit conseil : tu ne dois pas négliger une des deux questions, puisque le jury sera le seul à choisir quel thème tu développeras lors de l’oral.

Des exemples de questions du Grand oral selon ton enseignement de spécialité

Maintenant que tu sais un peu mieux comment construire tes questions, laisse-nous te donner quelques exemples de questions et sujets de Grand oral selon l’enseignement de spécialité que tu as choisi.

SES : 

  • Comment fonctionne l’entreprise Amazon ?
  • Quelle est l’évolution des violences conjugales depuis la crise du COVID-19 ?

HGGSP : 

  • Quel est le rôle des médias dans les guerres ?
  • L’urgence climatique nécessite-t-elle une gouvernance mondiale ?

HLP : 

  • Dans quelle mesure l’Histoire peut-elle être considérée comme un roman vrai ?
  • Comment les réseaux sociaux nous permettent-ils de nous raconter ?

Mathématiques : 

  • Faut-il se fier aux statistiques ?
  • En quoi les mathématiques nous servent-elles pour faire des sondages ?

SVT : 

  • Est-ce que la plasticité cérébrale peut permettre de les premiers effets de la maladie d’Alzheimer ?
  • Comment une pompe à insuline permet-elle à une personne diabétique de contrôler sa glycémie ?

Physique-chimie : 

  • Quelles sont les conséquences de l’acidification des océans sur la vie marine ?
  • Est-il possible d’éliminer les déchets résultant de l’industrie nucléaire ?

LLCER : 

  • Est-ce que la traduction a des limites ?
  • Le voyage est-il la seule manière de s’évader ?

LLCA : 

  • Que nous apprend l’Antiquité sur la mise en place de la démocratie ?
  • En quoi la Méditerranée est-elle le berceau de la civilisation en Occident ?

Arts : 

  • L’art est-il universel ?
  • Quelle est la place des femmes dans l’art ?

NSI : 

  • Comment la digitalisation et l’IA façonnent-elles notre monde ?
  • Un monde de robots est-il possible ?

SI : 

  • Comment la science peut-elle rendre la société plus inclusive ?
  • En quoi la physique permet-elle une bonne exploitation des sources d’énergies renouvelables ?

Biologie-écologie : 

  • Quels facteurs influencent la dynamique d’une population gérée par l’Homme ?
  • Existe-t-il un « bon stress » ?

Bien répondre à sa question lors du grand oral

Comment t’organiser ?

Le plus important quand tu réponds à une question, c’est de ne pas trop t’égarer. Pour y parvenir, sois le plus clair(e) possible. Évite de t’engager dans des explications trop longues, si tu sais que tu ne réussiras pas à arriver au bout ou si tu ne sais pas où tu vas avant de commencer ton propos. Mieux vaut une réponse courte, mais claire, qu’une réponse longue et trop compliquée. Tu dois éviter au maximum de te perdre dans des détails sans importance ou de digresser. Les minutes du Grand oral sont précieuses, alors ménage-les.

Pour répondre efficacement à ta question et à la problématique posée lors du grand oral, organise ton discours de manière claire et logique. Divise ta réponse en plusieurs parties ou sous-questions qui te permettront d’aborder les différents aspects de la problématique. Utilise des transitions fluides entre chaque partie pour faciliter la compréhension du jury. Développe ton argumentation en t’appuyant sur des exemples concrets, des données, des faits ou des théories pertinents. Utilise des arguments solides pour soutenir tes idées et les illustrer. N’hésite pas à présenter différents points de vue et à les confronter pour enrichir ta réflexion.

À la fin de ton exposé, résume les principaux éléments de ta réponse et tire une conclusion claire et cohérente. Mets en avant les points forts de ton argumentation et souligne leur lien avec la problématique initiale. Termine sur une note percutante qui laisse une impression positive au jury.

5 conseils réussir l’épreuve du Grand oral

Adopte une posture irréprochable

Au cours de ton oral, reste attentif à ton langage, ta posture et ta gestuelle. Bannis de ton vocabulaire tous les mots d’usage familier et concentre-toi sur un vocabulaire clair et intelligible. Les tics de langage doivent aussi être mis sur le côté : genre, en fait, du coup, en mode, en gros… Et bien sur tous les mots en verlan ! Parle de manière claire, articulée et avec une voix assurée. Garde le contact visuel avec les membres du jury pour établir une connexion et transmettre ton message avec conviction.

Prépare-toi suffisamment

Prépare-toi en amont en réalisant des simulations de grand oral. Exerce-toi à répondre à des problématiques variées et chronomètre tes interventions pour respecter le temps imparti. Travaille également sur ta gestion du stress et ton aisance à l’oral.

Sois un candidat actif

Sois à l’écoute des éventuelles questions ou remarques du jury pendant ton exposé. Sois prêt à ajuster ta réponse en fonction de leurs attentes ou des précisions demandées. Fais preuve de réactivité et de flexibilité pour te démarquer positivement. N’hésite pas à échanger avec le jury, être souriant(e), ouvert(e) et rends toi disponible pour accepter la remarque. Le jury doit pouvoir se souvenir de toi comme un élève qui est à l’aise avec son sujet.

Demande de l’aide à un professeur (si besoin)

Dès que tu sens que quelque chose n’est pas clair, que tu ne sais pas trop comment formuler telle ou telle chose, n’hésite pas à demander de l’aide à ton professeur de spécialité. Il est là pour ça ! Si tu lui demandes gentiment, il y a peu de risques qu’il refuse de te donner un petit coup de main. Son avis te permettra de te rassurer, il te permettra de savoir rapidement si tu ne vas pas dans le mauvais sens et que tu fais bien ce qu’il faut. Donc, s’il te plaît, ne reste pas dans ton coin si tu sais qu’on peut t’aider ! Ce serait dommage et ça pourrait te coûter cher le jour du Grand oral !

Reste professionnel(le)

Dernier conseil, qui peut aussi te paraître évident, mais toujours bon de le rappeler : assure-toi d’être respectueux(se) et professionnel(le) à tout moment, même si tu n’es pas d’accord avec une idée et même si tu n’aimes pas beaucoup la question qui t’est posée. Le respect et la courtoisie peuvent jouer en ta faveur ! Parfois (ce n’est pas tout le temps), mais tu peux tomber sur un jury un peu tatillon qui cherchera à te pousser dans tes retranchements avec des questions un peu pièges… ne te décompose pas et réponds le mieux possible, même si cette question ne te plaît pas.

En suivant ces conseils, tu seras mieux préparé pour répondre efficacement à ta question lors du grand oral. Garde à l’esprit l’importance de la clarté, de l’argumentation solide et de la maîtrise de la communication orale pour convaincre le jury de la pertinence de ta réponse.

Lire aussi : Grand oral : 50 exemples de questions et sujets

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une