mention complémentaire

La mention complémentaire, qu’est-ce que c’est ?

À lire dans cet article :

La mention complémentaire (MC) est un diplôme national professionnel qui vise à donner une qualification spécialisée dans un objectif d’insertion professionnelle. Cette formation permet ainsi de se spécialiser dans un domaine en particulier et de renforcer les compétences acquises au cours des formations précédentes. En effet, cette formation est accessible à des candidat(e)s déjà titulaires d’un premier diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique.

Il existe une cinquantaine de spécialités de mention complémentaire tous niveaux confondus. Les domaines sont très variés, principalement dans les secteurs techniques, tels que l’esthétique, la cuisine, les transports, la joaillerie, l’aide à domicile, l’hôtellerie et la restauration, la boulangerie, l’aéronautique, la maintenance, la vente ou encore le commerce.

Lire aussi : Qu’est-ce qu’un BTS ?

Les différents niveaux de mention complémentaire

La mention complémentaire est accessible aux étudiant(e)s qui sont déjà titulaires d’un diplôme professionnel ou technologique, tel qu’un CAP ou un brevet professionnel. Cependant, le niveau d’études et le diplôme requis dépendent de la spécialisation choisie pour la MC que tu souhaites intégrer.

La mention complémentaire de niveau 3

La mention complémentaire de niveau 3 vise principalement les candidat(e)s déjà titulaires d’un certificat d’aptitude professionnelle (CAP) ou d’un brevet d’études professionnelles (BEP).

Il existe au total une trentaine de spécialités de mention complémentaire de niveau 3, conformément au cadre national des certifications professionnelles. Chaque spécialité de mention complémentaire de niveau 3 est définie par un arrêté du ministère en charge de l’éducation après avis d’une commission professionnelle consultative.

La mention complémentaire de niveau 4

La mention complémentaire de niveau 4 est vise les candidat(e)s qui viennent d’obtenir un baccalauréat professionnel. Elle permet aux étudiant(e)s de se spécialiser davantage et d’affiner leur qualification de base, afin de mieux s’insérer sur le marché du travail.

Au total, il existe une vingtaine de spécialités de mention complémentaire de niveau 4, conformément au cadre national des certifications professionnelles. Tout comme la mention complémentaire de niveau 3, chaque spécialité est définie par un arrêté du ministre en charge de l’éducation.

Il est possible de retrouver l’ensemble des formations référencées comme mentions complémentaires de niveau 4 sur Parcoursup ou bien sur le site Eduscol.

Lire aussi : CAP : formation, débouchés et poursuite d’études

Où étudier en mention complémentaire ?

La MC est une formation qui se suit au sein de différents types d’établissements. En voici la liste :

  • les lycées professionnels ou les établissements d’enseignement technique privé. ;
  • les centres de formation d’apprentis publics ou privés ou les sections d’apprentissage pour les étudiant(e)s en contrat d’apprentissage ;
  • les établissements de formation professionnelle continue pour les adultes ayant déjà plusieurs expériences dans la vie professionnelle ;
  • à distance.

Lire aussi : Liste des diplômes : panorama des études supérieures

Le programme en mention complémentaire

La formation en MC dure en général une année. La formation alterne entre 400 heures minimum de cours au sein d’un établissement de formation et 12 à 18 semaines au sein d’une entreprise en milieu professionnel.

Toutefois, il est à noté que le programme et le contenu des cours en MC dépendent beaucoup de la spécialisation choisie. En effet, beaucoup d’enseignements techniques sont dispensés, ils dépendent ainsi d’une MC à l’autre. Ces cours professionnalisants s’accompagnent toutefois toujours d’enseignements généralistes.

Lire aussi : Comment trouver son alternance à la dernière minute ?

Le passage du diplôme

Il est possible d’obtenir le diplôme de mention complémentaire de deux manières différentes : par l’examen ou par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Via l’examen

L’examen se compose d’au moins deux unités professionnelles. Chaque unité correspond à un bloc de compétences. Les épreuves et leur forme varient selon le statut des candidat(e)s et le type d’établissement. Il peut s’agir d’épreuves ponctuelles ou d’un contrôle en cours de formation.

Pour valider le passage de l’examen, il faut obtenir une moyenne générale égale ou supérieure à 10/20.

Si tu es scolarisé(e) dans un établissement, c’est au chef d’établissement de se charger de l’inscription à l’examen. Pour les candidat(e)s libres, l’inscription aux examens de mentions complémentaires se fait via le logiciel Cyclades.

Via la validation des acquis de l’expérience

Il est aussi possible d’obtenir le diplôme de MC via la validation des acquis de l’expérience. C’est le cas des personnes qui ont exercé une activité professionnelle salariée, non-salariée, bénévole ou de volontariat qui a un rapport direct avec le contenu de la spécialité visée. Cette activité doit avoir une durée minimale d’un an et permet d’obtenir la validation totale ou partielle du diplôme.

Lire aussi : Parcoursup 2023 : nos conseils, phase par phase

Les débouchés d’une mention complémentaire

La MC vise à s’insérer directement sur le marché du travail. Les titulaires de la mention complémentaire sont normalement déjà diplômés d’une autre formation à visée professionnelle, ce qui permet de faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi. L’obtention de savoirs spécifiques permet d’exercer des métiers en entreprises tels que boulanger-pâtissier, charcutier-traiteur, metallier-poseur…

Il est très rare de poursuivre ses études après une MC, bien que cela ne soit pas impossible. Si c’est ce que tu souhaites, tu peux t’orienter vers un bac professionnel ou bien un brevet de technicien supérieur (BTS).

Tu veux plus d’infos et de conseils pour réussir tes examens, trouver ton orientation et t’engager pour un monde durable ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une