Emmanuel Macron Hugo Décrypte

Ce qu’il faut retenir de l’intervention d’Emmanuel Macron chez Hugo Décrypte

À lire dans cet article :

Invité sur le plateau d’Hugo Décrypte ce lundi 4 septembre, le président de la République est revenu sur les grandes problématiques de la vie lycéenne et étudiante. Interdiction du port de l’abaya, retour de l’uniforme à l’école, lutte contre le harcèlement scolaire, etc. Emmanuel Macron a abordé tous ces sujets sous l’œil aiguisé d’Hugo Travers.

L’année dernière, Hugo Travers, plus connu sous le nom Hugo Décrypte, avait reçu sur sa chaîne YouTube au million d’abonnés chacun des candidats à la présidentielle, à l’exception d’Emmanuel Macron qui n’avait pas répondu favorablement à l’invitation. En cette rentrée 2023, les voyants sont au vert et le président de la République s’est finalement rendu sur le plateau d’Hugo Décrypte pour répondre aux questions du jeune homme. Zoom sur les annonces de rentrée du chef de l’État concernant les lycéens et les étudiants.

Des vacances scolaires réduites

Premier sujet d’envergure concernant les élèves français : Emmanuel Macron a abordé la question du temps scolaire et notamment son souhait de réduire la durée des vacances scolaires. Après bon nombre de déclarations faites sur le sujet ces derniers mois, le président a évoqué une « refonte » du rythme tel que nous le connaissons. « Je souhaite que l’on ouvre le débat autour du temps scolaire dans l’année. [… ] Je pense qu’il faut repenser les vacances scolaires pour pouvoir avoir plus de temps de sport, de culture, de repos et de devoirs dans l’année. », affirme le chef de l’État. Un raccourcissement des vacances scolaires pourrait ainsi être à prévoir pour se conformer aux modèles de nos voisins européens.

Lire aussi : Bientôt moins de vacances scolaires ?

Plus de sport à l’école

« Le modèle que je vois, celui que nous avons mis en place, c’est un modèle où chaque élève à l’école primaire fait au moins une demi-heure de sport par jour. Demain, je l’espère, une heure. », indique Emmanuel Macron. Le président de la République est revenu sur l’importance du sport dans la vie d’un élève et souhaite ainsi augmenter la part accordée aux activités sportives dans l’emploi du temps des élèves français.

L’interdiction de l’abaya

Après la confirmation de l’interdiction du port de l’abaya dans les établissements scolaires par Gabriel Attal il y a quelques jours seulement, les réseaux sociaux se sont soulevés, criant au “manque de liberté”. À ces polémiques, Emmanuel Macron a répondu. « En France, l’école est gratuite, laïque et obligatoire. Laïque [… ] ça veut dire que nos enfants, on ne veut pas savoir d’où ils viennent, ce qu’ils pensent et de quelles familles ils sont. C’est un élément de justice, parce que ce sont des républicains et des citoyens qu’on forme. Et donc, de la maternelle jusqu’au baccalauréat, l’école est laïque, ça veut dire qu’il n’y a pas la place pour les signes religieux. », affirme le président, avant de poursuivre : « l’école doit rester ce lieu neutre ».

Hugo Travers est par ailleurs revenu sur les polémiques de l’an passé autour du crop top, qui avait notamment débuté après une interview d’Emmanuel Macron par le magazine ELLE, dans laquelle il évoquait le t-shirt court : « tout ce qui renvoie à une identité, à une volonté de choquer ou d’exister, n’a pas sa place à l’école. »

Lire aussi : Comment s’habiller le jour de la rentrée au lycée ?

Le retour de l’uniforme à l’école ?

En 2017, Emmanuel Macron avait déclaré réfléchir à la question du port de l’uniforme à l’école, sans donner de véritable avis tranché. Quelques années plus tard, le président se dit prêt pour une expérimentation. « Sans parler de l’uniforme, il y a également la tenue unique. On peut dire “vous vous mettez en jean, t-shirt et veste” et ce n’est pas un uniforme. On peut avoir des choses beaucoup plus acceptables pour les adolescents », affirme le chef de l’État.

Alors que Gabriel Attal a confirmé l’expérimentation du port de l’uniforme à l’automne prochain, une alternative « tenue unique » est-elle envisageable ? Histoire à suivre.

Lire aussi : Le port de l’uniforme bientôt obligatoire à l’école ?

La lutte contre le harcèlement scolaire

Grande mesure de cette rentrée 2023 annoncée par Gabriel Attal lors de la conférence de presse de rentrée du ministère : le renforcement de la lutte contre le harcèlement scolaire. « [Le harcèlement scolaire] est un combat absolument essentiel si on veut que nos enfants soient bien à l’école, puissent bien apprendre. En effet, le harcèlement peut être la cause de bien des choses, le pire – le suicide – le décrochage scolaire, dans certains cas, ou le mal-être. C’est une cause absolue. Qu’est-ce qu’on doit faire ? Renforcer l’effectivité du programme pHARe, on forme les enseignants, on les sensibilise. [… ] On a besoin d’avoir une école plus bienveillante. »

Par ailleurs, le président de la République est revenu sur la question de l’éloignement de l’élève harceleur, mettant en avant l’exclusion et le dispositif de suivi psychologique.

Autre point, celui du cyberharcèlement. « Ce n’est pas qu’un harcèlement à l’école, ça continue sur les boucles WhatsApp, sur Facebook, sur TikTok, etc. On a eu un très gros travail fait avec des associations, le 3018 mis en place. On est en train de passer une loi pour éloigner en ligne les cyberharceleurs. » Une personne auteur(rice) de cyberharcèlement signalée par la plateforme ou le réseau social de référence sera ainsi éloignée des réseaux sociaux et de toute possibilité d’agir pendant une période de 6 mois. Une décision prise pour dissuader toute malveillance sur la toile.

Lire aussi : Que faire si tu es témoin de harcèlement scolaire ?

Tu veux plus d’infos et de conseils pour réussir tes examens, trouver ton orientation et t’engager pour un monde durable ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une