Image article biographie Diderot

Denis Diderot : biographie et œuvres

À lire dans cet article :

Bac français 2024. Si tu t’apprêtes à passer les épreuves du bac de français pour la session 2024, tu sais que Diderot est un auteur qui fait partie de l’objet d’étude portant sur la littérature d’idées du XVIe au XIIIe siècle. Ce dernier est même tombé à l’écrit en 2023. Nous te proposons donc d’en apprendre un peu plus sur cette figure incontournable des Lumières.

Tu trouveras juste ici le sujet du bac de français 2023 sur Diderot.

Découvre notre
Guide du Bac de français 2024

Ce guide va booster tes révisions pour le bac de français qui approche ! 📚

Au programme, un rappel des dates importantes, des modalités de l’examen, des conseils et, surtout, une analyse pour chacune des œuvres au programme de cette année 🚀

Enfance et débuts de Denis Diderot

Denis Diderot est né à Langres (dans l’est de la France). Son père était un maître coutelier (artisan réalisant des couteaux).

Diderot suit ses études chez les Jésuites, puis au lycée Louis-Le-Grand à Paris et devient maître ès Art en 1732.

Il abandonne la vocation sacerdotale (religieuse) pour le droit, sans doute en partie à cause du décès d’une de ses sœurs, une nonne qui était dans un couvent. En 1734, il décide de se consacrer à l’écriture. Il se consacre dans les dix années suivantes à la traduction de textes en anglais et à servir de précepteur (professeur particulier) aux enfants de riches familles. Il mène jusqu’à son mariage qui advient en 1743, une vie de bohème qui lui fait perdre la foi : s’éloigne du catholicisme pour aller vers l’athéisme et le matérialisme philosophique. Pendant cette période, il fait la connaissance de Jean-Jacques Rousseau.

Il fréquente également les cafés parisiens, essentiellement la Régence et le Procope à Paris.

Lire aussi : Bac français 2024 : les œuvres au programme

Œuvres notables de Denis Diderot

En 1746, il publie Les pensées philosophiques, qui est condamné par le Parlement de Paris au motif de mettre toutes les religions sur le même plan et de toutes les rejeter. Même s’il était relativement bien traité pendant cet emprisonnement, grâce à l’intérêt de Voltaire et les visites de Rousseau, cet épisode le poussa à considérer désormais avec circonspection toute publication de ses œuvres. En conséquence, un grand nombre de ses ouvrages ne sera pas publié de son vivant.

Diderot y plaide pour une religion naturelle. Il se montre par conséquent trop libéral par rapport à la religion ; c’est la raison pour laquelle il est condamné également par l’Église.

Pensées et idées philosophiques

La publication de sa Lettre sur les aveugles et à l’usage de ceux qui voient (1749) provoque par ailleurs son incarcération au château de Vincennes pour une durée de trois mois. Cette œuvre met en effet en avant l’idée selon laquelle le seul critère auquel répond la connaissance est l’expérience. Il s’inspire à cette occasion du philosophe anglais John Locke pour qui notre connaissance serait différente si nous étions privés de certains de nos cinq sens. Diderot y défend notamment le fait qu’il n’y a qu’une seule substance, la matière, et que le processus de passage du minéral à la vie est continu. Cette théorie peut être considérée comme une intuition du transformisme de Lamarck.

Cette thèse est expliquée de la façon suivante dans le dictionnaire Larousse en ligne : il s’agit d’une théorie exposée par Lamarck, en 1809, dans sa Philosophie zoologique, comportant l’une des toutes premières formulations du concept d’évolution des espèces (transformisme), avant celle de Darwin, et présentant comme cause de l’évolution (lamarckisme) l’hérédité des caractères acquis.

Pour Lamarck, le changement de milieu provoque celui des besoins, puis des habitudes, enfin des organes et des formes corporelles, du fait que tout organe se développe quand il fonctionne, s’atrophie s’il reste inutile. Ainsi s’expliquent le long cou de la girafe, les pattes palmées des oiseaux aquatiques, etc. Les acquis adaptatifs sont supposés transmissibles par hérédité. La science actuelle a établi qu’ils ne le sont pas, et le lamarckisme a été écarté au profit du darwinisme, selon lequel l’adaptation résulte de la « survivance des plus aptes ».

L’Encyclopédie

Après sa libération, en 1747, il est chargé par le libraire Le Breton de diriger avec d’Alembert les travaux de l’Encyclopédie. Les deux hommes de lettres se consacrent alors entièrement et pendant plus de vingt ans à la réalisation de l’Encyclopédie, véritable travail d’éditeur, qui lui assure la notoriété. Le premier volume est publié en 1751 et le dernier en 1772.

En parallèle à l‘Encyclopédie, Diderot poursuit son œuvre littéraire tout en menant une vie éclectique et tumultueuse (mouvementée). Ses romans, ses critiques et ses essais philosophiques, dont une grande partie ne sera publiée qu’après sa mort, mettent en avant le soin de définir la véritable nature de l’homme et sa place dans le monde. Diderot propose une morale universelle assise, non pas sur Dieu, mais sur les sentiments naturels de l’homme et sur la raison.

Sa santé étant fragile, Diderot réduit le rythme de ses publications à partir de 1776 et meurt en 1784 à Paris.

Diderot et le théâtre

Diderot ouvre une nouvelle voie au théâtre du XVIIIe siècle, qui voit le déclin de la tragédie et par le renouveau de la comédie.

Le drame bourgeois

Grâce à ce que l’on appelle le drame bourgeois, il tente de peindre l’humble condition des hommes de son siècle. Le drame bourgeois est un genre théâtral né au XVIIIe siècle sur un principe élaboré par Marivaux, Diderot et Beaumarchais. Le drame bourgeois se donne comme un intermédiaire entre la comédie et la tragédie. Il met en scène des personnages de la bourgeoisie. Le drame bourgeois recherche le naturel au détriment de la vraisemblance telle qu’elle a été érigée par le classicisme.

S’opposant aux classiques, il souhaite que le théâtre mette en scène la réalité et la vérité. Ainsi, il abandonne la forme versifiée, s’attache au réalisme du détail et, surtout, fait, à travers ses pièces, l’éloge de la vertu en touchant le spectateur par une intrigue pathétique.

Mais sa maladresse dramaturgique et la lourdeur du message moral éloignent le public de ses deux pièces, Le Fils naturel (1757) et Le Père de famille (1758). Malgré tout, il rédige en 1773 un essai sur le jeu de l’acteur : dans le Paradoxe sur le comédien. Il y démontre que le talent d’un acteur « consiste non pas à sentir, comme vous le supposez, mais à rendre si scrupuleusement les signes extérieurs du sentiment que vous vous y trompiez ».

Lire aussi : Biographie et œuvre de Marivaux

Diderot critique d’art

En plus de ses activités littéraires, Diderot porte un œil aussi critique qu’averti sur les œuvres d’art de son temps. Ainsi, Portant un jugement sur les œuvres présentées aux expositions organisées tous les deux ans au Louvre par l’Académie royale de peinture et de sculpture de 1759 à 1771 et en 1775 et 1781, Diderot rédige les Salons (1759-1781), comptes rendus critiques parus dans la correspondance littéraire de Grimm. À la fois description et critique, ces articles montrent le goût de Diderot pour une peinture morale qui contribue au bien et qui imite la nature. La théorie qui s’esquisse dans ses articles est reprise dans un ouvrage rédigé entre 1776 et 1781, intitulé Pensées détachées sur la peinture.

Les principales œuvres de Diderot

  • Pensées philosophiques (1746)
  • Promenade du sceptique (1747)
  • Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)
  • Pensées sur l’interprétation de la nature (1753)
  • La Religieuse (1760)
  • Le Neveu de Rameau (1762)
  • Le rêve de D’Alembert (1769)
  • Jacques le fataliste (1771)
  • Essai sur la vie (1778)

Lire aussi : La littérature d’idées du XVIe au XVIIIe siècle

Conclusion

Diderot est l’incarnation du philosophe des Lumières : sa production philosophique personnelle, outre sa collaboration à l’Encyclopédie, est importante : entre 1746 et 1776, il rédige plus de neuf ouvrages philosophiques. De ce fait, Diderot est une figure centrale et originale du XVIIIe siècle. Il est l’incarnation de l’esprit philosophique des Lumières grâce à l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers dont il dirige la publication, mais il est aussi un écrivain complexe qui touche à tous les genres littéraires et qui ne cesse d’innover, tant dans sa production théâtrale que romanesque et critique.

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !