Échange à l'étranger

Les programmes d’échanges à l’étranger : mode d’emploi

À lire dans cet article :

Tu es étudiant dans le supérieur et tu souhaites partir en échange à l’étranger ? Tu es un peu perdu face aux différents programmes existants ? Cet article est fait pour toi. Nous t’expliquons tout ce que tu dois savoir sur les programmes d’échange à l’étranger. 

Dans notre monde mondialisé où les échanges extranationaux se font de plus en plus présents, la France a vite compris qu’il fallait également inviter ses étudiants à s’ouvrir sur le monde. C’est pourquoi, nombreux sont les établissements qui permettent de partir étudier à l’international grâce à des programmes d’échanges appréciés des étudiants : Erasmus, MICEFA, ISEP, PQÉÉ, les Accords Bilatéraux, etc. Lequel est fait pour toi ? Réponse à suivre. 

Erasmus+ : l’Europe (et pas que) servie sur un plateau

Né en 1987, Erasmus, dont la renommée n’est plus à démontrer, est un programme d’échange mis en place par tous les pays membres de l’Union européenne. Il te permet d’étudier ou de faire un stage dans un autre pays membre de l’Union européenne. 

Les conditions pour participer au programme ? Partir entre 2 et 12 mois durant ton cycle d’études et être étudiant européen. C’est tout ! 

Face au succès du programme, Erasmus est devenu Erasmus+. La différence ? Le programme inclut désormais un volet Erasmus Mundus, permettant à un étudiant européen d’étudier en dehors de l’Union européenne pour une période allant de 12 à 24 mois.

Lire aussi : Programme Erasmus : tout ce que tu dois savoir !

ISEP : les États-Unis n’ont jamais été si proches 

L’ISEP (International Student Exchange Programs) est un programme pour les étudiants souhaitant partir exclusivement aux États-Unis pour une durée de 6 à 12 mois. Il regroupe plus de 300 établissements internationaux présents sur le sol américain.. 

Dans ce programme, il est possible de postuler à une dizaine d’universités américaines en les classant par ordre de préférence. Ainsi, tes chances de partir sont maximisées ! 

Pour participer, il faut bien entendu que ton établissement soit partenaire du programme, mais, il faut aussi pouvoir financer les frais de dossier (coût variable selon l’établissement) et surtout justifier d’un niveau d’anglais suffisant pour suivre les cours. Pour cela, tu devras présenter tes résultats aux examens du TOEFL ou de l’IELTS. 

Si tu n’es pas le plus british de la bande, pas de panique ! Des établissements proposent également un enseignement en espagnol. Eh oui, tu as bien lu ! Des cours en espagnol, mais aux États-Unis. La classe, non ? Dans ce cas, tu devras attester d’un bon niveau d’espagnol et non d’anglais. Ce qui semble plutôt logique !

Lire aussi : Comment se préparer au IELTS ?

PQÉÉ : le Québec n’attend que toi

Le PQÉÉ (Programme Québécois d’Échanges Étudiants) est un programme d’échange universitaire qui permet aux étudiants français d’étudier au Québec (majoritairement francophone) dans une des 9 universités québécoises partenaires durant 5 à 12 mois. Les cours peuvent être en français comme en anglais, les deux langues officielles du Canada !

Si tu candidates pour une université anglophone, même au Québec, tu devras fournir une attestation justifiant de ton bon niveau d’anglais. 

MICEFA : l’Amérique au bout des doigts 

MICEFA (Mission Interuniversitaire de Coordination des Échanges Franco-Américains), est un programme d’échange établi par certaines universités françaises te permettant d’étudier en Amérique du Nord (États-Unis et Canada) dans des universités partenaires.

Vivre l’American Dream reste relativement accessible au vu des conditions d’éligibilité. Tu dois être étudiant dans l’une des universités françaises partenaires du programme, justifier des ressources exigées pour la délivrance du visa (de la paperasse que tu verras en temps voulu avec ton université) mais surtout attester d’un bon niveau d’anglais (avoir minimum 80 au TOEFL ou 6,5 à l’IELTS).

Les places pour ce programme sont souvent très prisées, alors essaie de gérer au maximum tes études pour avoir un bon dossier ! Surtout, vérifie bien que ton université fasse partie du programme… ce serait dommage de passer à côté !

Accords bilatéraux : le monde à tes pieds !

Pour faire simple, les Accords Bilatéraux sont des accords d’échanges entre une université française et une université étrangère qui ne fait partie ni de l’Union européenne, ni de l’Amérique du Nord. L’université d’accueil peut alors se situer en Afrique, Asie, Moyen-Orient, Amérique latine, voire même en Océanie ! 

Pour participer à ce programme, tu dois évidemment être étudiant dans l’université française membre de l’accord et justifier des ressources exigées pour la délivrance de visa. De plus, il est souvent demandé dans ce programme d’avoir un bon niveau d’anglais.

Effectivement, il est possible que tu ne parles pas la langue officielle de ton pays d’accueil, ce qui peut être le cas pour des échanges en Malaisie, au Liban, au Japon, au Sénégal ou encore au Maroc par exemple. Tes cours seront dispensés le plus souvent en anglais. 

Lire aussi : Nos conseils pour étudier à l’étranger après le bac

Aides financières pour vivre ton programme d’échange sereinement

Tu crains de manquer de sous pour rejoindre l’aventure internationale ? À chaque problème, sa solution !  

Sache que tu bénéficies, la plupart du temps, automatiquement, d’une bourse d’échange propre au programme auquel tu participes  (par exemple : bourse Erasmus, Aide à la mobilité Internationale, etc.). Le montant de la bourse est variable et dépend de ta durée d’échange ainsi que du coût de la vie dans ton pays d’accueil. Aussi, si tu es déjà boursier du Crous, selon le programme choisi, tu peux continuer de toucher ta bourse du Crous. Souvent, les deux aides sont cumulables !

Tu peux aussi t’informer auprès de ta ville ou de ta région. Beaucoup de mairies donnent des subventions pour aider sa jeunesse à voler de ses propres ailes… Alors, à toi de jouer !

Lire aussi : Les bourses pour étudier à l’étranger

Pourquoi partir étudier à l’étranger ? 

Découvrir une nouvelle culture, apprendre une langue, élargir son carnet d’adresses à l’international, découvrir un autre type d’enseignement, apprendre à se découvrir soi-même ou encore ouvrir son esprit, se faire de nouveaux amis et se créer de jolis souvenirs… Sont autant de motivations qui poussent les étudiants à partir étudier à l’étranger. 

Mais, partir à l’étranger représente de nombreux autres avantages. Professionnellement, c’est une belle ligne à ajouter à ton CV, une distinction appréciée par tes futurs recruteurs. Financièrement, c’est une superbe opportunité ! Effectivement, vu que tu restes inscrit dans ton établissement français et que tu conserves ton statut d’étudiant français tu ne dépends pas des frais de scolarité de ton pays d’accueil. Autrement dit, tu payes ton inscription comme si tu n’avais pas bougé de chez toi ! Ce qui est un sacré avantage lorsque tu sais qu’au Québec ou aux États-Unis les frais de scolarité dépassent les 10 000$. 

Tu l’auras compris, il existe mille et une bonnes raisons de se tester à un programme d’échange à l’étranger. C’est un enrichissement sur le long terme, à la fois personnel et professionnel. 

Besoin de plus d’informations ? 

Même si tu peux évidemment naviguer sur Internet pour te renseigner davantage sur ces programmes d’échanges à l’étranger (compléments d’information, témoignages, etc.). Nous te conseillons surtout d’aller chercher l’information auprès de ton établissement. Ton secrétariat ou le service des Relations Internationales sont là pour répondre à tes questions. Tu peux aussi entrer en contact avec des personnes ayant déjà participé à un de ces programmes ! Elle sera ravie de pouvoir t’aider ! 

Alors déjà une idée de ta destination ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une