activités humaines et érosion des sols

SVT : activités humaines et érosion des sols

À lire dans cet article :

Dans cet article, nous t’aidons à comprendre la relation entre deux notions essentielles de ton programme de SVT de la classe de seconde, le phénomène d’érosion et les activités humaines.

Le phénomène d’érosion

L’altération des sols

La Terre est composée de roches, un assemblage de matériaux, de natures magmatiques, métamorphiques ou sédimentaires. Ces roches sont sujettes en surface à l’altération, c’est-à-dire à la transformation de leurs caractéristiques physiques et chimiques, sous l’effet d’agents d’altération tels que l’eau, le vent, ou la végétation.

La sédimentation

L’altération des roches dégage de celles-ci des éléments physiques ou chimiques qui peuvent rester sur place ou être transportés par les mêmes types d’agents, sur une distance plus ou moins grande jusqu’à une zone de destination, la zone de sédimentation. Les sédiments ainsi déplacés forment des roches sédimentaires constituées de couches successives de sédiments compactés et cimentés entre. Ce sont des roches de natures détritiques lorsque les sédiments sont issus de l’altération, telles que l’argile, le grès ou encore le sable.

L’érosion

L’érosion est l’effet combiné de l’altération et de la sédimentation des roches, dont presque toutes les surfaces de la Terre en zones océaniques et continentales sont concernées. L’érosion contribue à l’évolution des paysages et des reliefs, et plus particulièrement en chaînes montagneuses ou sur les côtes maritimes, avec par exemple les falaises.

Lire aussi : SVT : la dynamique de la lithosphère

L’Homme et l’érosion

Les roches sédimentaires : des matériaux quotidiens

Les roches sédimentaires sont largement utilisées par l’Homme en tant que matériaux du quotidien. L’argile est utilisée par exemple depuis la préhistoire, pour la fabrication d’ustensiles de cuisine en terre cuite obtenue par cuisson. On date les premières pièces de terre cuite à -3500 ans en Amérique du Sud. L’argile a de nombreuses propriétés chimiques et présente donc des variantes : l’argile blanche permet d’obtenir le kaolin utilisé pour la fabrication de pièces en porcelaine. Le sable chauffé permet d’obtenir du verre, dont les premiers artefacts dateraient de -1500 ans en Égypte Ancienne.

Les roches peuvent être utilisées telles quelles ou bien transformées, et ont un usage fréquent dans la construction ; le béton est fabriqué à partir de sable, les granulats sont des fragments de roches utilisés pour le bitume ou des graviers. Les granulats sont par ailleurs la première ressource issue des sols exploitée en France. Le charbon est également une roche sédimentaire, utilisée comme combustible et exploité dans les mines, ou bien transformée en goudron par exemple.

Outre les roches sédimentaires, les autres types de roches sont également utilisés comme matériaux par l’Homme ; le marbre par exemple est une roche métamorphique.

Les activités humaines et l’érosion

Les activités humaines et l’aménagement de l’habitat peuvent contribuer au phénomène d’érosion. Bien que naturel, ses effets trop importants impactent l’environnement en donnant des sols arides et infertiles, par exemple, et donc peu propices au maintien de la biodiversité. Le défrichement pour l’exploitation des ressources, ou la transformation du terrain, favorise grandement l’érosion. La coupe des arbres sur le terrain, même dans le cas d’un usage agricole, défavorise la rétention de nutriments fertiles dans le sol et d’excès d’eau ; le sol devient moins fertile et donc exploitable, et davantage sujet aux inondations.

Érosion et habitat

L’érosion naturelle conduit à l’évolution des habitats, voire au déplacement des populations, animales comme humaines. Par exemple, le contact de l’eau salée et la puissance des vagues accentuent l’altération des roches au niveau des côtes maritimes, c’est d’ailleurs cela qui a formé des plages de sable. Certaines habitations, trop proches des falaises, ont donc été déplacées, ou bien certaines zones sont maintenant interdites à la construction voire à l’habitation, puisqu’elles sont souvent désignées comme des zones à risque d’inondation, de glissement de terrain, etc.

Bien que naturel, ces phénomènes sont accentués par le réchauffement climatique lié aux activités industrielles humaines. La montée des eaux notamment accélère l’érosion des côtes, mais également les inondations conséquentes en zones continentales. Des populations ont et seront donc sans doute déplacées, tandis que les migrations animales se font plus spontanément.

Lire aussi : SVT : les conséquences du réchauffement climatique

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une