5 erreurs à ne pas commettre à un entretien de motivation

Parcoursup : 5 erreurs à ne pas commettre en entretien de motivation

À lire dans cet article :

Parcoursup 2024. L’année file à toute allure et tu en es sans aucun doute à l’étape des entretiens de motivation pour les formations sélectives auxquelles tu as candidaté sur la plateforme Parcoursup. Ces entretiens d’admission interviennent une fois les épreuves écrites terminées et le premier verdict rendu (l’étape de l’admissibilité). Elles sont le dernier effort que tu as à fournir avant d’obtenir une réponse définitive de la part de la formation convoitée. Raison de plus pour t’y pencher avec attention et motivation (ce serait un comble de ne pas être motivé(e) pour un entretien de motivation, non ?).

Les entretiens de motivation sont généralement redoutés par les candidats, parfois même plus que les épreuves écrites. Et ce, pour tout un tas de raisons (perdre ses moyens à cause du stress, ne pas être suffisamment préparé(e), avoir oublié de repasser sa chemise, etc.). C’est pourquoi, dans cet article, nous faisons le point avec toi sur les erreurs à ne pas commettre lors de cet exercice. Des choses auxquelles tu n’avais peut-être pas pensé et qui, pourtant, peuvent faire pencher la balance.

Nous profitons également de cet article pour te présenter notre vidéo YouTube sur l’entretien de personnalité. Nous avons suivi une candidate pour le Bachelor de TBS Education.

Ne pas connaître le programme pour lequel tu candidates

Première erreur qui coûte cher, ne pas t’être suffisamment renseigné(e) sur la formation pour laquelle tu candidates. Imagine un peu… Tu t’installes devant les jurés, sûr(e) de toi, jusqu’à ce que tu te rendes compte que tu n’es pas là où tu pensais être… tu pensais te présenter pour le Global BBA de l’école A, mais en fait, pas du tout, tu es devant des jurés du Programme Grande École de l’école B. Tout s’est emmêlé dans ton esprit et tu ne sais pas du tout quelles sont les spécificités du cursus en question. Plutôt embêtant. Ou alors, tu as candidaté pour 10 formations un peu au hasard en espérant être accepté(e) dans l’une d’entre elles, mais sans réelle motivation… Tu ne peux pas te permettre ce cas de figure. Il faut que tu aies bien en tête les caractéristiques de la formation que tu vises et que tu sois capable de dire pour quelles raisons tu l’as choisie. Que ce soit des disciplines particulières au programme, un réseau d’alumni incroyable, des partenariats à l’international alléchants, un accompagnement hors pair pour la recherche de stage, etc., à toi de voir ce qui fait la différence. Mais ne viens surtout pas les mains dans les poches sans avoir réfléchi une seule seconde à l’école pour laquelle tu te présentes. Et dans le même esprit, évite de te tromper de nom d’école devant les jurés… Une petite erreur qui peut coûter cher. Les jurés ne seront pas cléments avec un(e) candidat(e) qui semble désintéressé.

Manquer de clarté dans tes réponses

C’est également pour cette raison que la préparation est très importante pour un entretien de motivation. Si tu as un peu révisé ton entretien en amont de l’épreuve, alors tu sais ce que tu pourrais répondre à telle ou telle question. « Pourquoi avoir choisi notre école ? », « Quelle(s) association(s) de l’école pourrai(en)t t’intéresser ? », « Quels sont tes projets professionnels ? » Les jurés ne sont pas là pour te poser des questions pièges, bien au contraire, ils sont là pour te mettre à l’aise et faire ressortir le meilleur de toi-même. Toutes les questions qu’ils te poseront peuvent être anticipées. Alors si tu es pris au dépourvu et que tu ne sais absolument pas quoi répondre à une question plutôt « basique », ils penseront peut-être que tu ne t’es pas assez préparé(e) ou que tu ne prends pas l’exercice au sérieux… et ce n’est pas du tout ce qu’on veut. C’est important que tu formules des réponses claires et précises. Prends ton temps pour y répondre et montre une personne sûre d’elle et de ses choix. Évite de te laisser submerger par ton stress et laisse au placard la voix tremblante.

Lire aussi : 5 conseils pour réussir son entretien d’admission dans une école

Ne pas être authentique

C’est une remarque un peu bateau peut-être, mais rien ne sert de mentir. Et pourtant, chaque année, des candidats tombent dans ce piège. Ils endossent une casquette qui n’est pas la leur et construisent un personnage sur des mensonges.

Cet entretien de motivation doit permettre aux jurés en face de toi de mieux cerner ta personnalité et tes ambitions, et si tu mens pour enjoliver la réalité, alors tu renvoies une image faussée de toi-même. Et ce n’est pas du tout ce qu’on veut non plus. N’essaie pas d’être ce que tu penses que les recruteurs veulent voir. Sois simplement toi-même, c’est déjà beaucoup. Les jurés seront bien plus réceptifs à une personnalité qu’ils pensent authentique, plutôt qu’à une étiquette que tu voudrais t’attribuer. Et puis surtout, dis-toi que les jurés ne sont pas nés de la dernière pluie, ils savent très bien repérer un mensonge quand il arrive juste en face d’eux. Si tu n’as pas d’expérience professionnelle ou associative, ne t’invente pas une vie. Reste naturel(le). Tant pis, tu auras sans doute beaucoup d’autres choses à dire sur un autre sujet. Et ça conviendra tout aussi bien.

Manquer de motivation

Un entretien de motivation sans motivation, c’est un peu comme un pain au chocolat sans chocolat… ça n’a aucune saveur. Bannis alors à tout prix les mains dans les poches et les soufflements. Les jurés s’attendent à voir des candidats motivés qui souhaitent réellement se faire une place dans la prochaine promotion de leur formation. Alors, si pour X ou Y raison ce n’est pas ton cas, tu as candidaté un peu au hasard et tu ne veux finalement pas intégrer cette école, ne te présente pas à cet entretien. Un candidat pas ou peu motivé n’a pas sa place ici.

Être négatif(ve)

Lors d’un entretien de motivation, tu dois te vendre. Alors, ce n’est pas le moment d’être négatif(ve) ou de te dévaloriser. Ne critique surtout pas de façon injuste ton parcours scolaire, ton dernier stage ou même les notes que tu as obtenues à ton dernier examen. Sois positif(ve) et sûr(e) de toi. Si tu ne crois pas en toi-même, les jurés auront bien du mal à le faire à ta place. « Fake it until you make it », comme le disent si bien nos voisins nord-américains.

Lire aussi : Parcoursup : comment réussir son entretien d’admission ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une