aide-soignante

Comment devenir aide-soignante ?

À lire dans cet article :

Tu aimerais travailler dans le domaine de la santé et du soin après avoir obtenu ton baccalauréat ? Nous résumons dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le métier d’aide-soignante, les missions, la formation, le salaire…

Qu’est-ce qu’une aide-soignante ?

Une aide-soignante est sous la responsabilité d’une infirmière ou d’un infirmier. Son rôle premier est de prodiguer des gestes de soins et de veiller au confort et à l’hygiène des patients du service. C’est une personne essentielle au bien-être des patients, autant sur le plan physique que moral puisque l’aide-soignante est très souvent au contact du patient et intervient dans son intimité.

Généralement, une aide-soignante travaille à l’hôpital, en clinique, mais aussi en maison de retraite ou directement à domicile, toujours sous la responsabilité d’un infirmier.

Les missions d’une aide-soignante

Concrètement, au quotidien, une aide-soignante est intégrée à une équipe et accompagne les patients sur tous les gestes du quotidien.

Elle peut être amenée à :

  • surveiller les patients et prodiguer des gestes de soins selon les prescriptions du personnel soignant (vérifier le pouls ou la température, vérifier les pansements, s’assurer de la prise de médicaments, etc.) ;
  • accueillir et installer le patient (autrement dit s’assurer que les conditions de vie et de propreté sont respectées dans les chambres notamment) ;
  • aider les patients privés d’autonomie à se déplacer, à faire leur toilette, à nettoyer et ranger leur chambre ;
  • vérifier et donner les plateaux repas à chaque patient selon leur régime, une fois qu’ils ont été établis avec le nutritionniste du service ;
  • observer soigneusement et s’assurer de l’état général du patient sur le plan physique et moral, noter toute anomalie et le faire remonter à l’infirmier.

Les qualités nécessaires au métier d’aide-soignante

Le métier d’aide-soignante est un métier essentiel dans la chaîne de soin. En effet, l’altruisme est la qualité principale pour s’épanouir dans le métier d’aide-soignant. Il faut être à l’écoute de ses patients et les rassurer, puisque le rôle de confident et d’accompagnant y est souvent associé au vu de la proximité avec les patients. Savoir bien communiquer est aussi essentiel pour transmettre toutes les informations à l’infirmier et au reste de l’équipe.

Enfin, il faut être attentif et rigoureux, comme dans tous les métiers du soin puisque les enjeux touchent à la vie humaine.

Sur le plan physique, cela requiert aussi une force certaine pour aider les patients à se déplacer ou autre. Cette force doit aussi être mentale puisque l’aide-soignant est confronté à des personnes généralement en souffrance au quotidien.

Bienveillance, sociabilité, patience et esprit d’équipe sont les maîtres mots pour s’épanouir comme aide-soignante au sein d’un service.

Lire aussi : Quel est le salaire d’une infirmière ?

Comment devenir aide-soignante ?

Pour devenir aide-soignante, tu peux commencer à te former au métier d’aide-soignante juste après la classe de troisième, dans le but d’obtenir un diplôme d’État d’aide-soignant (DEAS).

Le diplôme d’État d’aide-soignant (DEAS)

Le DEAS est la seule condition pour devenir aide-soignante. L’accès se fait sur examen, sans condition de diplôme au préalable. Il se prépare en 1 an dans un centre de formation qui dépend d’un hôpital. Le concours d’entrée du DEAS et le niveau obtenu à la fin de la formation équivalent à un CAP. Les épreuves de ce concours permettent de tester la culture générale sur le domaine sanitaire et social, la biologie et certaines aptitudes numériques, avant de passer un oral d’admission.

Ainsi, comme aucun diplôme n’est obligatoire pour se former au métier d’aide-soignante, le bac n’est pas nécessaire. Cependant, certaines épreuves écrites du concours sont dispensées si le candidat est titulaire du baccalauréat ou d’un diplôme du secteur sanitaire du niveau d’un CAP, tout comme les candidats ayant suivi la première année d’études d’infirmier. Aussi, l’une des conditions pour avoir ce diplôme est d’avoir 17 ans.

Le contenu de la formation porte sur les règles d’hygiène et propreté à respecter pour accompagner les patients quotidiennement. L’accent est aussi mis sur la communication, les soins et la transmissions d’informations.

Remarque : il est possible d’obtenir son DEAS par le biais de la validation d’acquis d’expérience (VAE), sous réserve de 3 ans d’expérience au préalable.

Lire aussi : Tout ce qu’il faut savoir sur les diplômes d’État

Le salaire d’une aide-soignante

Le salaire d’une aide-soignante est corrélé à son contrat et varie selon ses conditions d’exercices (jour, garde de nuit, secteur public ou privé, spécialisations ou non, ancienneté, etc.).

Une aide-soignante de classe normale en début de carrière gagne un peu plus de 1 700€ brut par mois, et peut, à partir de l’échelon 7, gagner plus de 2 000€. Son salaire augmente à mesure des échelons gravis et de ses années d’ancienneté , comme la majorité des métiers du service public. Une aide-soignante de classe supérieure peut gagner jusqu’à 2 600€ brut en fin de carrière.

À cela s’ajoutent les potentielles primes et bonifications. En effet, le métier d’aide-soignant demande une grande disponibilité. Il faut être prêt à être amené(e) à travailler les week-ends, les jours fériés ou de nuit. Ainsi, une indemnité de 0,17 € par heure de travail de nuit est versée, s’ajoutant au salaire brut mensuel de base, tout comme les indemnités versées pour les journées de travail le dimanche et jours fériés.

Les évolutions de carrière au métier d’aide-soignante

Le métier d’aide-soignant est un métier qui recrute et recherche des employés tous les ans. Aujourd’hui on compte 416 000 professionnels en France, et chaque année, près de 10 000 postes sont à pourvoir. Entre 2014 et 2022, près de 100 000 postes ont été créés.

Une fois recrutée, une aide-soignante a de multiples perspectives d’évolution. L’une d’entre elles, la plus connue, est la présentation à l’examen d’admission à l’école d’infirmier (IFSI), après 3 ans d’exercice, pour tenter de devenir infirmière.

D’autres concours sont aussi accessibles, comme ceux de la fonction publique (hôpitaux des armées notamment) ou encore celui d’auxiliaire de puériculture. Ce dernier exempte d’ailleurs les aides-soignantes de passer certaines épreuves écrites.

Enfin, une autre voie d’évolution est la spécialisation dans un secteur médical précis ou alors la redirection vers d’autres métiers du monde de la santé, du social et du paramédical. On peut par exemple citer les métiers d’assistant dentaire, d’auxiliaire de vie, de laborantin d’analyses médicales ou autres.

Lire aussi : Comment devenir préparateur en pharmacie ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une