mon échange à Querétaro Mexique

Mon échange à Querétaro, au Mexique : le témoignage de Thibaud

À lire dans cet article :

L’idée de faire un échange à l’étranger te plaît ? Tu veux partir loin et tu es un(e) passionné(e) de la culture latine ? Pourquoi ne pas te tenter l’aventure mexicaine ? Entre ces cactus et ces tacos, Mexico lindo accueille chaque année des centaines d’étudiants français dans les quatre coins du pays. Pourquoi ne pas être le prochain ? 

Si tu veux en savoir plus sur la vie d’étudiant en échange au Mexique, découvre le témoignage de Thibaud, étudiant à l’école d’ingénieurs Polytech Marseille. Il te donnera sûrement quelques idées, de bons conseils et bien plus encore 😉

Le témoignage de Thibaud, étudiant en échange à Querétaro, au Mexique

Thibaud mon échange à Querétaro
Thibaud, 23 ans, en échange à Querétaro au Mexique avec Polytech Marseille

Coucou Thibaud, comment vas-tu ? Peux-tu nous présenter brièvement ton parcours scolaire ?

Coucou ! Ça va, merci. J’ai fait un bac S puis je suis rentré à l’école d’ingénieur de Polytech Marseille via le cycle préparatoire PEIP (Parcours des écoles d’ingénieurs Polytech). Après mes deux ans de prépa intégrée, j’ai dû choisir une des nombreuses spécialités que le réseau Polytech proposait. J’ai choisi de me spécialiser dans le domaine du génie civil et j’ai obtenu mon diplôme en 2023 ! 

Ça t’irait de nous parler un peu plus de ton échange à Querétaro au Mexique ?

Dans l’école que j’ai faite, une mobilité internationale était obligatoire. Nous devions soit faire un stage soit un semestre à l’étranger (ou bien les deux). J’ai opté pour un échange universitaire. Je suis donc parti à Querétaro, au Mexique, pendant 4 mois, durant mon premier semestre de cinquième année, de mi-août à mi-décembre. J’étudiais à l’ITQ (Instituto Tecnológico de Querétaro). Puis, quand le semestre s’est achevé, je suis resté un peu pour voyager.

Pourquoi avoir voulu faire un échange à l’étranger ?

J’ai toujours voulu me faire une expérience universitaire à l’étranger et en plus, c’était obligatoire dans le cadre de mes études, donc pas le choix !

Pourquoi avoir choisi Querétaro ? Quelles ont été tes motivations ?

Avant d’être Querétaro, c’était le Mexique. Moi, je voulais surtout le Mexique. C’était un rêve et donc ma motivation première. De plus, j’avais eu énormément de retours positifs de connaissances qui avaient fait des échanges dans ce pays. La ville, c’était plus par rapport au partenariat de mon école et je ne regrette pas du tout !

Quelles étaient tes craintes avant de t’y installer ?

Franchement, je n’ai eu aucune crainte ! Après, je ne suis pas parti seul, mais avec trois amis de mon école. On était tous dans le même bateau !

As-tu rencontré des difficultés avec la langue ?

Au début, un peu, car j’avais fait espagnol LV2 et je n’étais vraiment pas bon en langues vivantes à l’école. Mais en pratiquant au quotidien et en m’intéressant à la langue et à la culture une fois sur place, j’ai pu bien apprendre.

As-tu rencontré des difficultés avec les enseignements ? Les rendus ? 

J’ai eu des matières relativement faciles, donc je n’ai pas vraiment eu de difficultés particulières avec les enseignements.

Lire aussi : Améliorer son accent en espagnol

Les différences culturelles entre la France et le Mexique

Quelles sont les différences marquantes entre étudier en France et étudier au Mexique ?

Je n’ai pas remarqué de différences majeures. Peut-être qu’il n’y a pas forcément de pause le midi pour les repas. On devait se débrouiller pour manger pendant les intercours ou bien durant les cours en grignotant.

Et de manière générale, quelles sont les différences marquantes entre la vie en France et la vie au Mexique ?

Il y en a pas mal pour le coup ! Le Mexique te garantit le dépaysement dans tous les sens du terme. Le Mexique m’a vraiment apporté l’enrichissement culturel que j’étais venu chercher. Les deux plus flagrantes selon moi ce sont les petits déjeuners. Eux, ils mangent salés et hyper consistants (enchiladas, chilaquiles, etc.) quand nous, en France, c’est viennoiseries et cafés. Sinon, je dirais leur sens de la fête ! Tout est bon à célébrer et en famille. C’est commun de sortir danser avec ses parents. Le sens de la famille est omniprésent. 

Enfin, obligé de faire un petit aparté sur les boîtes de nuit ! C’est quelque chose là-bas et une chose à préciser, même si vous allez rigoler, mais les Français ont la cote. Alors, attends-toi à passer des soirées dignes de ce nom, car en tant que Français, tu es un peu la star de la soirée (rires)

Comment occupes-tu tes journées en échange ? 

Je me levais assez tôt. Au Mexique, les journées commencent tôt pour éviter les fortes chaleurs de la journée. Je prenais une douche et j’allais en cours. Assez drôle d’ailleurs, j’y allais et j’en rentrais en Uber. Chose qui n’arrive jamais en France, mais là-bas les trajets sans voiture sont très longs et vu qu’on était plusieurs, ça valait le coup. Puis je rentrais, je me reposais et je sortais avec d’autres amis en échange ou des Mexicains de ma classe. Les mardis après-midi, je faisais aussi du foot avec l’équipe universitaire de mon école. 

Quels sont les avantages de vivre et d’étudier à Querétaro ?

La ville est bien ! Il y a pas mal d’endroits pour sortir et l’association des étudiants en échange est cool. Ils organisent beaucoup de sorties et de voyages. Un gros avantage aussi pour le Mexique, Querétaro c’est très tranquille au niveau de la sécurité. C’est une ville avec beaucoup d’expatriés donc ils font en sorte de la rendre le plus safe possible. Elle attire beaucoup d’entreprises étrangères.

Quels sont les inconvénients de vivre et d’étudier à Querétaro ?

Un des désavantages, c’est que c’est une grande ville ! Qui pourtant là-bas est considérée comme une petite ville… Au Mexique, toutes les villes sont souvent très grandes pour nous, Français. 

Financer un échange au Mexique d’un semestre

Comment as-tu financé ton échange ? 

J’ai pu financer mon échange grâce à mes parents et différentes aides de mon école. J’avais deux bourses, une bourse au mérite et une bourse de mobilité. J’ai aussi deux amis qui ont eu le droit à une bourse de la région.

Quel montant cela représentait tous les mois ? 

J’ai reçu 1800 € de bourse mobilité pour tout le séjour et 1000 €/mois de bourse au mérite ! Ce qui est une belle somme et me permettait de vraiment kiffer sur place. On faisait énormément de voyages. On en a beaucoup profité, surtout quand on voit qu’on dépensait entre 1500 et 2000€ par mois au Mexique ! Après, tout dépend du cours de l’euro et du peso mexicain. Pendant mon échange, c’était 1€ = 20 pesos mexicains.

Le coût de la vie est-il élevé au Mexique ?

Le coût de la vie est moins élevé qu’en France, c’est sûr. Mais il ne faut pas croire que c’est gratuit non plus. Surtout dans les villes « safes » et touristiques, car ce sont souvent les plus coûteuses aussi. Si tu vas faire tes courses dans les supermarchés de type Walmart, La Comer, etc., le prix des courses est plutôt élevé. Après, si tu fais les marchés locaux, c’est bien moins cher ! 

À Querétaro, il faut compter une fourchette de combien d’euros pour un loyer ?

Nous étions en colocation et les chambres coûtaient entre 250 et 350€ par mois pour une maison luxueuse et chacun avait sa salle de bain dans la chambre. Sinon, les loyers tournaient aux alentours de 200/250€, jusqu’à 300/350€ si tu vivais dans une privada. C’est-à-dire, une maison dans une résidence avec souvent piscine, salle de sport, gardien qui surveille h24, etc. Le luxe, quoi ! Je pense que si tu vis là-bas comme un local, tu peux trouver des loyers aux alentours de 150€.

Recommandes-tu Querétaro pour un échange universitaire ? 

J’ai vécu une superbe expérience, donc c’est tout naturellement que je réponds oui ! C’est une ville très jolie, avec un centre-ville chaleureux et où il y fait bon vivre. Aussi, c’est très bien situé pour voyager au Mexique ! 

Comment as-tu procédé pour candidater à l’université ?

J’ai dû remplir un dossier de mobilité au sein de mon école et je devais y stipuler mes choix de destination. Il y avait beaucoup d’universités partenaires avec chacune un nombre de places limité. Il fallait faire plusieurs choix et suivant notre dossier et le nombre de candidats, on avait notre premier choix… ou pas ! 

Sur 10, à combien évalues-tu la  « difficulté » des candidatures pour t’inscrire en échange (temps, documents, etc.)  ? 

Tout dépend de ton école et de ton administration, je pense. Moi, je dirais 6/10, mais je suis nul avec les papiers donc bon.

Échange à l’étranger : conseils et retour d’expérience

Est-ce que cette expérience t’a aidé professionnellement ? T’a permis de développer de nouvelles envies ou même ambitions ?

Une expérience comme ça t’aide forcément ! Elle te fait grandir !

Quels conseils donnerais-tu à un étudiant voulant faire un échange au Mexique ?

Ferme les yeux, pense au guacamole et aux souvenirs incroyables que tu vas te créer et prends vite ton billet. Je dirais aussi de foncer et voyager un maximum, car c’est un pays qui a tant de belles choses à offrir.

Un petit fun fact sur la vie à Querétaro ? Des idées reçues fausses ? De bonnes surprises ? 

Les gens sont géniaux et tu peux déjà dire à tes parents que NON, tu ne vas pas te faire enlever.

Si c’était à refaire, tu le referais ? 

Évidemment ! Si je pouvais faire une erreur 404 et tout recommencer, je serais le premier à appuyer sur le bouton.

Un petit mot de la fin ? Tips, astuces, fun fact sur ton échange/la ville/le pays ?

Voyage un maximum, mélange-toi avec les habitants du pays, car c’est vraiment comme ça que tu apprends la langue, la culture et que tu te rends compte de la chance que tu as de profiter de ces opportunités de la vie. Il ne faut vraiment pas hésiter à partir ! Pour ma part, je recommande le Mexique à 200%, car c’est un pays qui regroupe vraiment tous les ingrédients pour passer le meilleur échange universitaire possible et qui, en plus de ça, nous accueille les bras ouverts ! 

Lire aussi : Mon échange à Riga : le témoignage de Kaïs en Erasmus

Pourquoi partir étudier à l’étranger ? 

Les motivations pour faire un échange à l’étranger sont nombreuses : découvrir une nouvelle culture, apprendre une langue, élargir son carnet d’adresses à l’international, découvrir un autre type d’enseignement, apprendre à se découvrir soi-même ou encore ouvrir son esprit, se faire de nouveaux amis et se créer de jolis souvenirs.

Mais, partir à l’étranger représente de nombreux autres avantages. Professionnellement, c’est une belle ligne à ajouter à ton CV, une distinction appréciée par tes futurs recruteurs. Financièrement, c’est une superbe opportunité ! Effectivement, vu que tu restes inscrit dans ton établissement français et que tu conserves ton statut d’étudiant français, tu ne dépends pas des frais de scolarité de ton pays d’accueil. Autrement dit, tu payes ton inscription comme si tu n’avais pas bougé de chez toi ! Ce qui est un sacré avantage lorsque tu sais qu’au Québec ou aux États-Unis les frais de scolarité dépassent les 10 000$. 

Tu l’auras compris, il existe mille et une bonnes raisons de se tester à un programme d’échange à l’étranger. C’est un enrichissement sur le long terme, à la fois personnel et professionnel. Et toi, c’est quoi qui te motive le plus ? 

Comment financer ses études à l’étranger ?

Comment gagner de l’argent en étudiant à l’étranger ?

Gagner de l’argent en étudiant à l’étranger peut être une manière intelligente de subvenir à tes besoins financiers et de rendre ton échange encore plus authentique.

De nombreux pays offrent aux étudiant(e)s étranger(e)s la possibilité de travailler à temps partiel pendant leurs études. Tu peux alors travailler dans des cafés, des restaurants, des magasins, etc. Assure-toi juste de respecter les lois locales en matière de travail pour les étudiant(e)s étranger(e)s.

Aussi, de nombreuses universités proposent des jobs étudiants sur le campus ! Ces petits jobs, spécialement destinés aux étudiants, te permettent de te faire un peu de sous  tout en rencontrant de nouvelles personnes (bibliothécaire, d’assistant(e) de recherche, caissière à la cafétéria, etc.). Évidemment, en tant qu’étudiant(e) étrangère, tu peux aussi donner des cours particuliers de français (ou autres langues que tu parles de manière fluide) dans ton campus. Sympa, non ?

De la même façon, si tu as des compétences particulières dans un domaine spécifique (rédaction, piano, conception graphique, programmation, danse, etc.), tu peux trouver des emplois freelance en ligne qui te permettent de travailler à distance et percevoir encore quelques euros. 

Enfin, selon ta destination, tu peux trouver des jobs saisonniers pendant les périodes de vacances dans l’hôtellerie, le tourisme, l’agriculture, etc. À toi de voir.

Le tout, et ça reste le plus important, car tu es quand même là pour étudier, n’est-ce pas ? 😉 Tu dois avoir un rythme équilibré entre ton temps de travail et  d’études, pour éviter de compromettre ta réussite académique. Ce serait vraiment trop dommage de louper ton année ! 

Les aides pour étudier à l’étranger

N’oublie pas de faire tes demandes de bourse et de diverses aides financières qui peuvent contribuer à réduire tes frais et alléger ta charge financière durant ton échange à l’étranger. 

Tu as alors différentes bourses et aides disponibles en fonction de ton type d’échange et de ta destination (bourse Erasmus+, bourse du Crous, aide à la mobilité internationale, aide de la région, bourse au mérite comme Thibaud, etc.). 

Pour être sûre de toucher au moins une de ces aides, assure-toi de bien vérifier les critères d’éligibilité et les dates limites pour faire ta demande. Aussi, n’hésite pas à contacter les bureaux des Relations Internationales de ton établissement pour obtenir des informations précises sur les aides disponibles !

Lire aussi : Étudier à l’étranger après le bac : ce que tu dois savoir avant de partir

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une