dérive génétique

SVT : la dérive génétique

À lire dans cet article :

Dans cet article, nous faisons le point avec toi sur une notion essentielle du programme de SVT de la classe de seconde, le mécanisme évolutif de la dérive génétique.

Biodiversité et espèces

Espèces et population

Une espèce est un ensemble d’êtres vivants partageant des caractéristiques génétiques et phénotypiques communes, fertiles entre eux, et dont la descendance est viable et fertile entre deux individus (interfécondité).

Une population est un ensemble d’individus d’une même espèce cohabitant dans un même milieu.

Spéciation

La spéciation correspond à la naissance d’une nouvelle espèce à partir d’une première, par l’acquisition de nouveaux caractères éloignant génétiquement les deux lignées, de telle sorte qu’elles ne sont plus fertiles entre elles. Ce phénomène intervient par la naissance d’individus hybrides entre deux espèces et fertiles entre eux, ou par d’autres mécanismes tels que la dérive génétique.

Biodiversité

La biodiversité correspond à la diversité des espèces dans un environnement, étudiée selon trois échelles ; les écosystèmes, les populations, les individus, à un instant donné et au cours du temps. Les phénomènes d’extinction de masse d’un grand nombre d’espèces correspondent à des crises biologiques, au nombre de 6 depuis la création de la Terre comptant celle qui est actuelle considérée par certains scientifiques.

Mécanismes évolutifs de la biodiversité

La biodiversité évolue selon les échelles, mais également au cours du temps selon des changements d’ordre génétique, tel que des mutations au niveau allélique, ou des mécanismes évolutifs tels que la sélection naturelle ou la dérive génétique, offrant parfois la possibilité au phénomène de spéciation.

Lire aussi : La biodiversité

La dérive génétique

Une théorie récente

La théorie de la dérive génétique est relativement récente. Elle a été mise en lumière par le théoricien de l’évolution japonais Motoo Kimura, en 1968. Le chercheur a notamment établi que la dérive génétique correspondait à l’évolution aléatoire et spontanée d’une population ou d’une espèce tout entière. Elle est corrélée à des évolutions de la fréquence allélique ou du génotype partagés par des individus d’une même population, et de manière indépendante aux mutations génétiques, à la sélection naturelle, ou à la migration. La dérive génétique est donc un phénomène aléatoire et imprévisible qui consiste en l’évolution d’une espèce grâce à la hausse de la fréquence d’un allèle, la faisant évoluer.

La fréquence allélique et les allèles neutres

En relation avec l’environnement dans lequel évolue l’individu, certains caractères et dont les allèles qui les expriment, sont jugés avantageux ou désavantageux, ou bien ni l’un ni l’autre, c’est-à-dire neutres. On parle de fréquence allélique pour décrire la présence plus ou moins importante d’un allèle dans une population, c’est-à-dire l’effectif d’individus chez qui cet allèle s’est exprimé. Dans la dérive génétique, ce sont surtout les allèles neutres qui intéressent les chercheurs, même si la fréquence allélique est observable pour tous les allèles.

L’isolement géographique

L’isolement géographique est un phénomène favorisant la dérive génétique et la spéciation, puisque deux sous-populations vont évoluer naturellement et indépendamment l’une de l’autre, etc. L’insularisation n’est pas liée à des migrations, mais à des phénomènes naturels tels que la montée du niveau de la mer, la formation d’une rivière, un éboulement, etc. scindant une population en deux groupes.

Plus la population considérée est petite, plus les effets de la dérive génétique sont importants et rapides.

Lire aussi : SVT : la dynamique de la lithosphère

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une