Image article Tartuffe

Tartuffe, Molière : résumé et analyse de l’œuvre

À lire dans cet article :

Tartuffe est une œuvre incontournable de Molière, que nous te proposons de résumer et d’analyser pour toi dans cet article, afin qu’elle n’ait plus aucun secret pour toi.

Genèse de l’œuvre de Molière

Le Tartuffe ou l’Imposteur est une comédie de Molière en 5 actes et en vers, écrite en 1669. Une première version, créée en 1664, jugée trop provocante, a été censurée. La version qui nous est parvenue et qu’on lit et voit au théâtre est celle de 1669.

Lire aussi : Biographie de Molière

Les personnages dans Tartuffe

Madame Pernelle, mère d’Orgon.

Orgon, mari d’Elmire.

Elmire, femme d’Orgon.

Damis, fils d’Orgon.

Marianne, fille d’Orgon et amante de Valère.

Valère, amant de Marianne.

Cléante, beau-frère d’Orgon.

Tartuffe, faux dévot.

Dorine, suivante de Marianne.

M. Loyal, sergent.

Flipote, servante de madame Pernelle.

Résumé par acte de Tartuffe de Molière

Acte I

Madame Pernelle, qui prend le parti de son fils Orgon, fait part de son vif mécontentement à propos de son entourage qui critique et se méfie de Tartuffe. Pour elle, ce dernier est à la fois pieux et respectable, mais pour les autres, il s’agit avant tout d’un faux dévot (une personne qui fait semblant d’être attachée aux pratiques religieuses dans le but de servir ses intérêts).

Elle reproche également à sa belle-fille Elmire de faire preuve de trop d’excentricité et d’être trop dépensière. Cléante, le frère d’Elmire, n’est pas épargné : Madame Pernelle critique son attitude trop moralisatrice. Quant à Damis, son petit-fils, Madame Pernelle le traite de fou, tout en s’indignant de l’impertinence de Dorine.

Par conséquent, elle apprécie sa chance et remercie donc le ciel de leur avoir permis de recueillir chez eux Tartuffe.

Mme Pernelle et son fils Orgon sont convaincus de la quasi-sainteté de Tartuffe, mais les autres pensent que Tartuffe est un imposteur et ils dénoncent sa fausse piété et son hypocrisie.

Acte II

Orgon fait part à Marianne, sa fille, de son projet de la marier à Tartuffe. Étonnée, celle-ci ne trouve rien à répondre. En revanche, Dorine intervient et confronte Orgon face à cette idée impromptue. Cependant, Orgon se met en colère. Découragée, car éprise de Valère, Marianne laisse entendre qu’elle préfère mourir que souscrire à un tel mariage avec Tartuffe.

Dans la dernière scène de l’acte II, Valère, aussi triste que son amoureuse Marianne, lui demande de confirmer la rumeur de son mariage avec Tartuffe. Marianne se vexe, car elle a l’impression que cela n’est pas important pour lui et pour le punir en retour, elle prend, elle aussi, une attitude de légèreté face à cette affaire. Dorine intervient alors afin de les réconcilier et leur faire comprendre l’absurdité de leur querelle.

Acte III

Damis se met en colère après avoir appris le projet d’alliance entre sa sœur Marianne et Tartuffe. Dorine, fine analyste, lui explique qu’il faut laisser agir Elmire, car, d’après elle, Elmire peut exercer beaucoup d’influence dans le déroulement des événements. Damis se cache dans un placard et écoute la conversation entre Tartuffe et Elmire. Tartuffe profite de ce tête-à-tête pour lui faire une cour très entreprenante. Très choqué, Damis sort de sa cachette et jure de dénoncer la perfidie de Tartuffe auprès de son père.

Orgon, qui ne peut se résoudre à croire à la fausseté de Tartuffe, préfère croire à de la méchanceté de la part de son fils qu’il finit par renier. Orgon déclare en parallèle son amour inconditionnel à Tartuffe et lui fait « de son bien donation entière ».

Acte IV

Marianne confie son désespoir à son père de se voir promise à Tartuffe. Face à l’incrédulité et à l’aveuglement d’Orgon, Elmire propose à ce dernier de se cacher afin qu’il assiste à une scène qu’elle va provoquer et qui n’aura d’autre but que de révéler les intentions malhonnêtes de Tartuffe. Orgon résiste, mais finit par accepter après avoir résisté à cette idée. Elmire dit à son mari, caché sous la table, d’intervenir quand bon lui semblera. La scène, qui dure longtemps pour Elmire, qui doit subir les avances de Tartuffe, est sans équivoque pour Orgon. Dégoûté et révolté par la scène à laquelle il vient d’assister, il renvoie Tartuffe sur le champ, venant de réaliser son hypocrisie.

Acte V

Ce faisant, l’imposture de Tartuffe est démasquée aux yeux de tous. Orgon, profondément marqué par les événements, jure qu’il ne fera plus jamais confiance aux gens de bien.

Cléante lui répond que cette mauvaise expérience ne doit pas corrompre son jugement et qu’il ne faut pas confondre “les cœurs de tous les gens de bien” et qu’il faut savoir démêler “la vertu d’avec les apparences”.

Madame Pernelle ne veut pas croire aux accusations qui pèsent sur Tartuffe jusqu’à l’apparition de Monsieur Loyal, chargé d’une ordonnance visant à faire évacuer les lieux par Orgon et sa famille. Surviennent ensuite Tartuffe et un exempt (officier de police). L’affaire étant parvenue aux oreilles du roi, celui-ci, dans sa grande sagesse et se souvenant des services loyaux rendus par Orgon pendant la Fronde, a décidé de renverser l’accusation et de faire emprisonner Tartuffe tout en restituant les biens à Orgon et à sa famille.

Lire aussi : Le malade imaginaire, Molière : résumé et analyse de l’œuvre

Analyse de Tartuffe de Molière

Une dénonciation de l’hypocrisie

L’hypocrisie est certes un thème dominant dans la version de 1669, ce qui permet de classer Le Tartuffe dans la lignée des autres pièces de Molière, Les Précieuses ridicules, Le Misanthrope, Le Festin de Pierre, L’Avare, Le Bourgeois gentilhomme, et visant à peindre et ridiculiser un vice.

Un hypocrite est une personne dont les actes camouflent la pensée, un trait qui caractérise Tartuffe, car il s’agit d’un personnage qui ne révèle pas ses sentiments intérieurs.

De ce fait, pendant deux actes, Molière présente Tartuffe à travers des descriptions qu’en font les autres personnages sans jamais le montrer sur scène. De cette façon, le spectateur peut se faire une opinion du personnage avant que celui-ci n’apparaisse. Ainsi la double facette du personnage est présentée et quand Tartuffe paraît, le spectateur connaît déjà la duplicité de ce faux dévot et se demande seulement comment les honnêtes gens vont réussir à mettre au jour sa supercherie. Il faudra qu’Orgon lui-même soit témoin de la scène pour qu’il comprenne enfin le personnage capable de dire de la morale « ce n’est pas pécher que pécher en silence » et d’Orgon « Je l’ai mis au point de tout voir sans rien croire. »

Orgon se laisse donc aveugler par l’hypocrisie et les flatteries de Tartuffe, qui va réussir à semer la discorde dans la famille, remettant en cause les mariages, et même les héritages. C’est le danger que Molière dénonce principalement : l’hypocrisie met en péril les liens sociaux et les solidarités habituelles.

Une mise en garde adressée aux détenteurs de l’autorité

Par ailleurs, la pièce a fait scandale parce que, tout en prétendant viser les faux dévots, elle attaquait aussi les vrais dévots. Finalement, au-delà de la scène, Molière adresse un message au Roi lui-même : la figure d’autorité doit faire preuve d’un grand discernement et de bienveillance à l’égard de ses sujets.

Postérité

Dans ses Caractères La Bruyère fait référence à Tartuffe dans le portrait d’Onuphre (De la Mode, XIII), mais en en corrigeant le portrait.

En outre, au XVIIIe siècle, Beaumarchais donne à son drame La Mère coupable le sous-titre L’autre Tartuffe.

Enfin, durant les premières années de la Restauration, les représentations de Tartuffe sont l’occasion de montrer, malgré la censure, une opposition à l’Église catholique, celle-ci regagnant une partie de son pouvoir perdu durant la Révolution française.

Pour aller plus loin

Si tu souhaites approfondir les idées mises en avant dans cette pièce, nous te proposons de consulter les ressources mises à ta disposition par la plateforme pédagogique Lumni, en cliquant juste ici.

De plus, nous t’invitons à visionner la version proposée par la Comédie française, disponible en libre accès sur Youtube par ce lien. Cela te permettra soit de découvrir cette œuvre si tu ne l’as pas lue, soit de compléter ta lecture !

Conclusion

Cette œuvre célèbre de Molière fait partie des classiques à bien connaître afin de les mobiliser à bon escient dans tes copies. Sa postérité témoigne de son ingéniosité et de son caractère novateur, moderne. Cet éloge de la sincérité se couple à la critique de l’hypocrisie, des faux dévots et des stratagèmes, thèmes toujours d’actualité !

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une