rentrée décalée

Une rentrée en Bachelor à l’ESSEC

À lire dans cet article :

L’horloge Parcoursup tourne et ton cœur balance ? CPGE, écoles de commerce, écoles d’ingénieurs, etc. Le champ des possibles est très vaste et tu ne sais plus où donner de la tête ? Pour t’aider à y voir un peu plus clair, nous nous sommes entretenus avec des étudiants de l’ESSEC, Grande École de management française disposant de quatre programmes Bachelors. Ils nous ont alors confié leur expérience dans ces formations, de leurs premiers pas à aujourd’hui. Un petit aperçu de l’expérience étudiante au sein des Bachelors d’excellence de l’une des meilleures écoles de management de l’hexagone. 

 

Avant de poursuivre la lecture de cet article, laisse-nous te présenter les différents Bachelors dispensés par la business school. Ils sont au nombre de quatre : le Global BBA, le Bachelor ACT, le BSc in AI, Data and Management Sciences (AIDAMS) et le Bachelor HEPTA. 

Des formations engagées et pluridisciplinaires 

Outre son incontournable Programme Grande École, l’ESSEC compte quatre programmes Bachelor dans son offre de formation. Des cursus riches et internationaux permettant à leurs étudiants d’acquérir les fondamentaux du management et bien plus encore. 

Le Global BBA

Le Global BBA (Bachelor in Business Administration) délivre en quatre années (niveau bac+4) un diplôme de Bachelor en sciences du management. Ce cursus exigeant offre à ses étudiants une formation de haut niveau en gestion (macro-économie, marketing, comptabilité, droit des affaires, etc.) avec une forte empreinte internationale. « Pendant quatre ans, les étudiants du Global BBA vivent de nouvelles expériences académiques, internationales, professionnelles et personnelles. Ils apprennent à maîtriser les outils managériaux et les théories dont ils auront besoin dans leur carrière professionnelle. […] Accompagnés par un corps professoral d’excellence, nos étudiants grandissent au rythme des cours, des séminaires, des stages et de la vie associative, pour s’équiper et se préparer humainement et intellectuellement à leur vie professionnelle. », Christina Terra, Directrice académique du programme ESSEC Global BBA. 

Le Bachelor ACT

Cette formation en trois années (niveau bac+3) s’adresse aux étudiants soucieux de comprendre les transitions environnementales, sociales et citoyennes qui secouent notre société. Ce diplôme commun à l’ESSEC et à CY Cergy Paris Université est fondé sur une pédagogie active et une approche par compétences afin de permettre aux étudiants de maîtriser la conduite de projets au service des transitions. « Pour accompagner le changement et accélérer les transitions, des milliers d’acteurs se mobilisent et mettent leurs compétences au service de nouveaux modèles pour notre économie et notre société, alliant la conscience de l’urgence et le courage de bâtir un monde plus juste et durable. C’est pour répondre à ces besoins que l’ESSEC et CY- Cergy Paris Université ont décidé de combiner les forces d’une grande école de management avec celles d’une université publique pluridisciplinaire pour co-créer une nouvelle formation d’excellence dédiée aux transitions : le Bachelor ACT. », Aymeric Marmorat, Directeur du programme Bachelor ACT. 

Le BSc in AI, Data and Management Sciences (AIDAMS)

Fraîchement arrivé dans l’offre de formation de l’école, le double diplôme entre l’ESSEC et CentraleSupélec se trouve à la croisée des chemins entre le management et l’ingénierie. Fort des expertises de ces deux Grandes Écoles, le BSc AIDAMS se distingue par son approche de la data science et du management. « Le BSc in AI, Data and Management Sciences (AIDAMS) est hybride et innovant. Il combine les ressources académiques et l’expertise de deux Grandes Écoles, l’une de management, l’autre d’ingénierie, pour permettre aux étudiants de construire une connaissance approfondie des modèles et des méthodes scientifiques d’analyse de données, de développer de fortes compétences en modélisation mathématiques et en informatique, et d’acquérir une solide base généraliste dans les disciplines du management et de la gestion. », Hugues Levecq, Directeur du programme ESSEC BSc in AI, Data and Management Sciences. 

Le Bachelor HEPTA

Le Bachelor HEPTA est l’alliance de trois écoles de renoms, ESSEC, Centrale Supélec et Sciences Po, pour la création d’un programme destiné aux sportifs de haut niveau diplômés de l’enseignement secondaire. Il fera sa toute première rentrée en septembre 2024. « Le curriculum d’HEPTA allie la flexibilité et l’autonomie, principalement grâce à des cours en ligne asynchrones, renforcées par quatre niveaux d’encadrement personnalisé. De plus, nous avons pris en compte l’importance de la vie sociale, au-delà de l’univers du sport. Vous aurez donc la possibilité de choisir jusqu’à 20 % de vos cours en présentiel, vous offrant une expérience étudiante riche et diversifiée. », Thierry Lardinoit, Directeur du programme Bachelor Hautes Études Pluridisciplinaires pour Top Athlètes (HEPTA). 

Les premiers pas en Bachelor des étudiants de l’ESSEC

Maintenant que les formations Bachelor de l’ESSEC n’ont plus aucun secret pour toi, l’heure est désormais aux témoignages. Nous avons recueilli les expériences de cinq étudiants de la business school quant à leur intégration et à leur rentrée dans cette Grande École. Tour d’horizon. 

Dans quelle formation as-tu fait ta rentrée ? 

Eva : Je suis en deuxième année du Global BBA de l’ESSEC et j’ai fait le choix de suivre le parcours francophone sur le campus de l’école à Cergy.

Ethan : J’ai fait ma rentrée à l’ESSEC en septembre dernier en Global BBA et me suis envolé à Singapour pour suivre le parcours anglophone dispensé sur place. 

Constant : Je suis étudiant au Bachelor ACT.

Yassine : Je suis en première année de la nouvelle formation hybride de l’ESSEC et Centrale Supélec, le BSc AIDAMS. 

Apolline : J’ai rejoint le Bachelor AIDAMS en septembre dernier. 

Quels souvenirs gardes-tu de tes premiers pas à l’ESSEC ? 

Eva : Ma première rentrée a été synonyme de découvertes, que ce soit sur moi-même ou sur les autres. J’ai beaucoup appris au cours de l’année et notamment lors de mon immersion sur le campus de Rabat, au Maroc. J’ai adoré mon expérience internationale et la recommande à 200%. 

Constant : J’ai été agréablement surpris en arrivant au Bachelor ACT, ce n’était pas vraiment ce à quoi je m’attendais. Cette formation est plutôt différente d’une formation traditionnelle, on participe à beaucoup de projets de groupe. On appartient à un véritable collectif et j’aime beaucoup cette dimension. 

Yassine : Je me souviens avoir été marqué par la dimension internationale de la formation. Je n’avais jamais vu autant de nationalités différentes dans un seul et même endroit. C’est très riche et on apprend beaucoup des autres. On peut avoir peur d’être un peu bousculé dans ses habitudes, mais on n’en ressort grandi et enrichi intellectuellement. 

Comment s’est passée ton intégration à l’ESSEC  ? 

Ethan : Elle s’est vraiment très bien passée. Assez étonnement d’ailleurs, parce qu’en étant sur le campus de Singapour, je ne connaissais ni le pays, ni l’école et encore moins les étudiants. Et pourtant, l’intégration s’est faite très facilement. Nous sommes une petite promotion du Global BBA sur le campus de Singapour, un peu comme une famille. Le fait d’être loin de chez nous nous pousse à rencontrer des gens pour ne pas nous sentir trop seuls et les liens se créent très facilement. 

Constant : Le Bachelor ACT c’est un peu comme la création d’un collectif. Les projets de groupe nous permettent, dès le début de l’année, de renforcer ce collectif et de nous intégrer au mieux dans la promotion. Aujourd’hui, on est comme une petite famille. 

Apolline : Au sein du BSc AIDAMS, sur le campus de CentraleSupélec, l’intégration en première année s’est très rapidement faite avec les étudiants de la promotion. Nous passons notre temps ensemble. 

La marche entre le lycée et le Bachelor n’a-t-elle pas été trop difficile ? 

Eva : J’ai senti une marche bien sûr, c’est très différent du lycée. J’ai notamment dû apprendre à travailler en groupe, répartir les tâches, m’organiser, etc. Mais pour ce qui est du niveau de difficulté, tout s’est bien passé. On a plus de travail c’est vrai, on nous demande aussi plus de réflexion, mais comme c’est beaucoup de travaux de groupe, alors on est plusieurs à réfléchir et c’est très stimulant. La transition s’est faite en douceur. 

Constant : La marche est bien loin d’être infranchissable, mais il y a quelques changements. Il faut s’adapter à un nouveau rythme et à une nouvelle façon de travailler. Au lycée, tout est très théorique, au Bachelor ACT, on a de la théorie, mais surtout de la pratique. Et ça change tout. On est très bien accompagné dans cette transition du lycée aux études supérieures. L’équipe pédagogique nous fait rapidement oublier le système traditionnel. 

Yassine : Je me suis beaucoup préparé pendant l’été, en mathématiques notamment, alors la marche n’a pas été si importante. Et pour les nouvelles matières qu’on ne connaissait pas encore au lycée, il faut un temps d’adaptation. On finit par s’y faire. L’avantage avec le fait d’être la première promotion de l’AIDAMS c’est que les professeurs sont très attentifs à ce que tout se passe bien. 

 

Également interrogé sur l’accompagnement des étudiants entre le lycée et l’arrivée en études supérieures, Aymeric Marmorat, Directeur du programme du Bachelor ACT, nous a confié :  « Il y a en effet une marche à gravir. Pour cela, nous accompagnons nos étudiants à travers des ateliers dédiés et un accompagnement personnalisé pour leur permettre de prendre conscience de leur manière d’apprendre et ainsi l’optimiser, mieux s’organiser dans leur travail individuel et collectif, gagner en autonomie ou encore apprendre à bien travailler en équipe. Il s’agit de créer les conditions et d’outiller les étudiants pour maximiser leurs chances de réussir leur formation. »

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une