Image article JOP 2024

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de l’Antiquité à nos jours

À lire dans cet article :

Tu en entends parler depuis des mois, les Jeux olympiques de Paris 2024 se tiendront du 16 juillet au 11 août 2024 et les Jeux paralympiques du 28 août au 8 septembre. À moins de soixante jours de sa tenue, nous te proposons dans cet article quelques éléments afin de comprendre l’histoire de cet événement planétaire, son déroulement et ses enjeux.

Les Jeux Olympiques dans l’Antiquité

Les fondements des JO

Tout d’abord, il convient de revenir sur les Jeux Olympiques antiques (en grec ancien : Ὀλυμπιακοὶ Ἀγώνες), qui sont des concours sportifs pentétériques (qui ont lieu tous les quatre ans) organisés entre les cités grecques antiques. Ils sont créés au cours du VIIIe siècle av. J.-C. dans le cadre d’un festival religieux en l’honneur de Zeus Olympien et perdurent pendant plus de mille ans. À cet égard, la première mention de jeux sportifs dans la littérature grecque remonte à Homère qui décrit dans le chant XXIII de l’Iliade des jeux funéraires organisés par Achille pour honorer la mémoire de Patrocle tué lors de la guerre de Troie.

« Fils d’Atrée, et vous autres, Achéens porteurs de bonnes jambières, voici déposés là les prix qui, dans la compétition, attendent les hommes d’attelages. Si nous, les Achéens, nous faisions aujourd’hui des jeux en l’honneur d’un autre, croyez-moi, je m’emparerais du premier prix et l’emporterais dans mon pavillon ». Homère, Iliade, chant XXIII, vers 272-275.

On fixe traditionnellement les derniers concours en 393 après J.-C.

Les types d’épreuves

  • Les épreuves hippiques

Les épreuves sportives commencent par les courses de chevaux, dont la plus importante est la course de quadriges (un char comprenant deux roues et tracté par quatre chevaux), durant laquelle l’attelage doit parcourir 12 tours de piste, soit environ 14 000 mètres.

  • Les épreuves gymniques

Les autres épreuves sont qualifiées de « gymniques » c’est-à-dire, au sens propre, « nues », parce que les athlètes y concourent complètement nus (y compris la tête et les pieds). Les athlètes sont oints (enduits) d’huile afin d’échauffer les muscles.

La première des épreuves gymniques est le pentathlon, qui se déroule sur le stade. La discipline en regroupe cinq, dans l’ordre : le lancer du disque, le lancer du javelot, le saut en longueur, la course à pied et la lutte. Toutes les épreuves ont lieu durant la même journée.

Pour en savoir plus sur les jeux olympiques dans l’Antiquité, nous t’invitons à consulter le site officiel du Comité international olympique (CIO) qui propose plusieurs dossiers thématiques aussi passionnants qu’abordables, ainsi qu’un document récapitulatif illustré.

Tu peux également écouter l’émission de France Inter intitulée « À l’origine des Jeux olympiques antiques », disponible en cliquant ici.

Pierre de Coubertin et les jeux modernes

Après une longue parenthèse de plusieurs siècles, les Jeux olympiques reviennent à l’honneur, à l’initiative d’une figure incontournable des jeux : Pierre de Coubertin. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreuses infrastructures sportives en France portent son nom !

Qui était le baron Pierre de Coubertin ?

Né en 1863 et mort en 1937, Pierre de Coubertin est un historien et pédagogue français, qui a particulièrement milité pour l’introduction de la pratique sportive dans les établissements scolaires. Pour lui, afin de rendre le sport plus populaire, il faut l’internationaliser, en restaurant les Jeux olympiques.

Bien qu’à l’origine des Jeux olympiques modernes, il reste que Pierre de Coubertin est un personnage décrié, en raison de ses opinions racistes et misogynes. En effet, fervent partisan de la colonisation, il voit dans le sport, à l’instar de nombreuses élites de la IIIe République, un instrument utile de « disciplinisation des indigènes » et affirmera même que « Les races sont de valeur différente et à la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance ».

De la même manière, il s’oppose à la participation des femmes, qu’il considère comme inférieures, aux compétitions sportives, sans succès. Enfin, il soutient de manière implicite le régime nazi et voit dans le sport un instrument au service des idées nationalistes. Heureusement, plus de cent ans plus tard, nous sommes désormais loin de cette conception excluante !

La création du CIO

À Paris, le 23 juin 1894, en clôture du premier congrès olympique, le baron Pierre de Coubertin fonde le Comité international olympique afin de faire revivre les anciens Jeux olympiques après une absence de plus de 1500 ans. Il veut ainsi contribuer à bâtir un monde pacifique au moyen du sport en promouvant la communication, le fair-play et l’entente entre les peuples.

Le CIO est une organisation dont le but est de localiser l’administration et l’autorité pour les jeux, ainsi que de fournir une seule entité légale qui détient tous les droits et les marques. Par exemple le logo olympique, le drapeau, la devise et l’hymne olympique sont tous administrés et possédés par le CIO. Le président du Comité olympique représente le CIO dans son ensemble, et les membres du CIO le représentent dans leurs pays respectifs. Il est à noter que le CIO a pour principe immuable une totale neutralité politique et religieuse.

Comment sont désignées les villes organisatrices ?

C’est le Comité international olympique (CIO) qui désigne la ville organisatrice après l’étude du dossier de candidature des villes qui souhaitent y participer.

La création des Jeux paralympiques

Les Jeux paralympiques (JP) sont une compétition multisports, similaire aux Jeux olympiques, mais réservée aux athlètes atteints de handicap physique, visuel ou mental. Les JP ont lieu tous les quatre ans, en alternance été/hiver comme les Jeux olympiques.

 

Symbole jeux paralympiques

Symbole des jeux paralympiques 

Ludwig Guttmann, médecin neurologue de l’hôpital de Stoke Mandeville dans le comté de Buckinghamshire près de Londres, eut l’idée d’organiser dès 1948 sur le terrain de l’hôpital les premiers « Jeux mondiaux des chaises-roulantes et des amputés » (« World Wheelchair and Amputee Games »). Connus plus tard sous le nom de « Jeux de Stoke Mandeville », ils étaient destinés à réhabiliter par la pratique physique des victimes et anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale devenus paraplégiques. Les 9e jeux de Stoke-Mandeville eurent lieu à Rome en 1960 une semaine après les Jeux olympiques d’été de 1960, et l’on considère qu’il s’agit des premiers Jeux paralympiques.

Où se déroulent les épreuves des JOP 2024 ?

Après Londres (1908, 1948 et 2012), Paris devient la deuxième ville à célébrer les Jeux olympiques d’été pour la troisième fois, à cent ans d’écart (1900, 1945 et 2024), avant que ce ne soit le tour de Los Angeles (1932, 1984 et 2028).

Paris accueillera pour la première fois les Jeux paralympiques, avec 4 400 athlètes, en lice dans 549 épreuves. Au total, 10 500 athlètes prendront part aux épreuves cet été.

Une grande majorité des épreuves se déroulent à Paris… mais pas uniquement. Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 se jouent sur l’ensemble du territoire français. La plupart des épreuves l’ensemble du territoire français ont lieu dans la capitale, parfois au cœur de sites monumentaux et bien connus du public : l’escrime et le taekwondo au Grand Palais, le volleyball de plage et le cécifoot au stade tour Eiffel, la natation, le triathlon et le cyclisme sur route au pont Alexandre III. Des stades historiques sont également de la partie, à l’image du Parc des Princes, du Stade de France et du stade Roland Garros.

En France métropolitaine, les villes de Bordeaux, Nantes, Lyon, Saint-Étienne, Nice et Marseille accueillent des rencontres du tournoi de football. Le stade Pierre de Mauroy de Lille, quant à lui, est le théâtre des matches de handball, et la Marina de Marseille – en mer Méditerranée – celui des épreuves de voile. L’outre-mer, n’est pas en reste : Tahiti, et l’exceptionnelle vague de Teahupo’o, reçoit l’épreuve de surf.

De plus, de nombreuses villes accueillent les délégations internationales de nombreux sports et il sera possible d’assister, normalement gratuitement, aux entraînements de certaines équipes. Pour en savoir plus, tu peux te rendre sur le site de ta mairie ou de ton agglomération.

Quels sont les sports présents lors de cette édition 2024 ?

Près d’une cinquantaine de sports (45 précisément) seront représentés lors de cette édition des JOP 2024. Par souci d’efficacité et de clarté, nous ne reproduisons pas la liste complète ici, mais sache que cette dernière est disponible en cliquant sur ce lien, qui te conduira au site officiel des JOP.

À chaque édition, certains sports sortent de cette liste pour faire place à d’autres disciplines. Par exemple, le BMX n’est pas présent pour l’édition 2024, car à l’époque de la sélection des disciplines, le quota de femmes pratiquant cette dernière était insuffisant et cela était donc contraire à la volonté d’inclusion et de parité mise en avant par le CIO. Cependant, il est possible que le nombre de sportives pratiquant le BMX soit plus important depuis, ce qui lui permettrait de concourir à Los Angeles en 2028.

Le parcours de la flamme olympique : le rôle des relayeurs d’Athènes à Paris

Par ailleurs, le relais de la flamme olympique, symbole du lien entre les jeux antiques et les jeux modernes, n’est pas antique. Il est apparu bien après le début des Jeux olympiques.

La flamme naît en 1928 aux jeux d’Amsterdam et le relais en 1936 aux jeux de Berlin. Cependant, des recherches historiques montrent que la flamme a probablement été inspirée d’anciennes traditions antiques. En effet, au début des jeux antiques, il y avait des messagers qui parcouraient la Grèce pour annoncer les jeux.

Si la flamme passe dans ta ville ou à proximité de chez toi, nous t’invitons à t’y rendre pour la voir passer si tu le peux. Les villes organisent à cette occasion de nombreuses manifestations culturelles et sportives à l’occasion de ce rassemblement ! Si ce n’est pas le cas, tu peux toujours suivre en direct le passage de la flamme sur le site de France Télévisions en cliquant sur ce lien !

Quelles sont les chances de médailles de la France ?

Récemment, Emmanuel Macron déclarait souhaiter que la France termine dans le top 5 au classement des médailles. Ce qui correspond entre 40 et 50 médailles au total pour les seuls JO, dont à peu près 16 ou 17 médailles d’or selon la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castera. À noter qu’aux JOP, le classement final des pays compétiteurs se joue sur le nombre de médailles d’or. L’argent et le bronze ne servant qu’à départager les éventuelles égalités.

Parmi les sportifs individuels les plus susceptibles de remporter une médaille d’or, on peut citer le judoka Teddy Riner, le nageur Léon Marchand, la judokate Clarisse Agbegnenou, le tennis de table, le VTT, etc.

Du côté des sports collectifs, les espoirs se portent vers le water-polo masculin, le handball féminin, le rugby à sept masculin ou encore le basket et le handball masculin, etc. Bref, autant de raisons de suivre ces athlètes et équipes particulièrement prometteurs !

Les enjeux des JOP de Paris 2024

Le site du gouvernement indique qu’« Au-delà des performances sportives exceptionnelles et de la fête populaire, les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 seront en phase avec les principaux défis de notre siècle. Ils seront iconiques, plus écologiques, engagés, paritaires, inclusifs, sobres et fédérateurs.

Ils seront également une occasion historique, pour la France, de faire rayonner ce qu’elle a de meilleur : son savoir-faire, sa créativité, son ouverture et son patrimoine unique. En faisant entrer le premier événement mondial dans une nouvelle ère, la France est fidèle à ses valeurs universelles et à son esprit d’innovation ».

Ce qui va rester des JOP à l’issue des épreuves

  • Promouvoir les valeurs et bienfaits du sport sur la santé, un enjeu de santé publique

Si les sportives et sportifs de haut niveau seront à l’honneur tout cet été, il ne faut pas oublier les implications de ce type de manifestation sur l’ensemble de la population. Comme le souligne Matthieu Casteran, maître de conférences à la Faculté des sciences du sport de Nancy, dans chaque pays organisateur, on remarque une hausse significative des inscriptions en club de sport et de la pratique sportive des personnes. Ceci est d’autant plus important à l’heure où l’on constate une baisse de l’activité sportive hebdomadaire chez les plus jeunes en raison du temps croissant passé devant les écrans.

Ainsi, on peut lire sur le site officiel des JO que « Les bienfaits du sport sont nombreux et puissants, qu’ils profitent personnellement aux personnes qui le pratiquent ou à la société dans son ensemble. Pourtant, en France, près de 40% de la population s’en prive, quand un adulte sur deux déclarant ne pratiquer aucune activité physique. Cette sédentarité croissante concerne également nos adolescents qui ne font pas figure d’exception : en matière de pratique physique et sportive, ils figurent au 119e rang sur les 146 pays comparés par l’OMS (2019) ! Quant aux enfants, 40% passent plus de trois heures par jour assis face à un écran ».

  • Développer les infrastructures sportives

En outre, même si 95% des infrastructures utilisées pendant les JOP existaient déjà, la construction de nouvelles (notamment piscines et stades) et la visibilité apportée à certains sports, le gouvernement et les clubs espèrent toucher un public large et susciter de nouvelles passions sportives auprès de la population.

  • Des jeux durables et paritaires

Comme le note le site des Jeux, ces derniers prennent en compte des aspects actuels de la société : l’écologie, l’égalité femme/homme et l’accessibilité. On peut ainsi y lire l’ambition affichée de cette édition sur le site : “Adaptées à un monde post-Covid 19 et aux ambitions communes du CIO et de Paris 2024 pour des Jeux plus sobres et durables, elles remplacent systématiquement une autre épreuve du même sport déjà au programme des Jeux, sans athlète supplémentaire, s’insèrent dans des sites déjà existants, et respectent ou voire même contribuent à la parité intégrale femmes/hommes des Jeux de Paris 2024″. Pour la première fois, il y aura autant de sportifs que de sportives.

Les sites à consulter sur les Jeux Olympiques

Si ces informations ont piqué ta curiosité et que tu souhaites aller plus loin, voici quelques liens que tu peux parcourir :

Finalement, cet événement mondial est une fête populaire qui permettra à la France de se présenter au monde comme une vitrine du sport, mais aussi de la culture et de rayonner de manière durable, en transmettant un héritage à la population.

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une