La poésie du XIXe au XXIe siècle

À lire dans cet article :

L’objet d’étude intitulé « La poésie du XIXe au XXIe siècle » est un incontournable des épreuves du bac français. Pour en savoir plus, nous te proposons de lire cet article, qui te donnera les clés de compréhension de ce thème.

Découvre notre
Guide du Bac de français 2024

Ce guide va booster tes révisions pour le bac de français qui approche ! 📚

Au programme, un rappel des dates importantes, des modalités de l’examen, des conseils et, surtout, une analyse pour chacune des œuvres au programme de cette année 🚀

La poésie au XIXe siècle

Le début du XIXe siècle constitue un réel tournant dans le processus de création poétique. Alors que le poème se définissait jusqu’à présent comme un bel objet, créé grâce à des règles strictes dont l’objectif est de célébrer le monde, il devient progressivement le lieu de nouvelles explorations. Par le biais d’innovations concernant la forme et les thématiques abordées, la poésie se renouvelle afin de servir de nouvelles ambitions, partagées entre vulgarisation et sublimation du monde.

Avant toute chose, nous t’invitons à consulter les consignes officielles du ministère à propos de cet objet d’étude, qui est présenté dans cette fiche Eduscol.

Si cette dernière te semble certainement impressionnante par sa longueur et par le degré de précision qu’elle présente, il ne faut pas prendre peur. Il s’agit essentiellement de pistes à suivre, de conseils pour bien aborder ce thème. N’hésite pas à la parcourir personnellement selon tes besoins et à consulter quelques-uns des recueils qui sont cités.

Définition de la « poésie »

La première phrase de la lettre de cadrage publiée par Eduscol est la suivante : « L’objet d’étude ‘La poésie du XIXe au XXe siècle’ permet d’appréhender la notion de genre en la problématisant, et en refusant notamment l’assignation du poétique à une forme définie ». Dès lors, s’il n’y a pas de forme définie pour décrire la poésie, comment peut-on définir ce genre ?

La poésie est un genre très ancien, aux formes variées, écrites généralement en vers, mais qui admettent aussi la prose, et qui privilégient l’expressivité de la forme, les mots disant plus qu’eux-mêmes par leur choix et leur agencement. Selon le dictionnaire Larousse, la poésie est l’« Art d’évoquer et de suggérer les sensations, les impressions, les émotions les plus vives par l’union intense des sons, des rythmes, des harmonies, en particulier par les vers ».

Pour comprendre l’histoire de ce genre, nous te conseillons de consulter cet article, qui te donne les éléments historiques précédant le XIXe siècle.

Lire aussi : La poésie du Moyen-Âge à nos jours

La révolution poétique du XIXe siècle

Au XIXe siècle, on assiste à un renouvellement des thèmes : les poètes reprennent les sujets poétiques classiques, tels que l’amour, la mort ou encore la fuite du temps, mais se tournent peu à peu vers des thèmes jusqu’alors ignorés en poésie.

On peut par exemple citer les surréalistes. Ces derniers se passionnent pour les progrès de la psychanalyse et la découverte de l’inconscient, qu’ils explorent par le rêve, la magie, l’imaginaire ou encore le hasard.

Renouvellement des formes

Alors que depuis le Moyen-Âge, les formes poétiques fixes dominent (elles respectent des règles précises concernant le nombre et le type de strophes, le type de vers et de rimes), le poète effectue au XIXe siècle un travail de recherches sur la forme. Cela concerne la musicalité et le rythme, qui permettent de rendre les vers harmonieux, mais également les images (par les comparaisons et métaphores notamment. Cette nouvelle approche met l’accent sur la valeur esthétique de la production poétique.

Elle correspond à la volonté de s’éloigner d’une réalité vulgaire : Théophile Gautier, auteur appartenant au courant littéraire du Parnasse, affirme ainsi que « tout ce qui est utile est laid ». La poésie est la recherche d’un idéal langagier (du langage), très loin de la communication courante, et dont le but n’est pas l’utilité ou l’efficacité.

Finalement, la recherche esthétique ne passe plus forcément par la forme fixe. Les romantiques d’abord, puis les symbolistes, revendiquent une liberté créatrice, qui s’oppose au respect de règles trop contraignantes.

Baudelaire, dans les Petits Poèmes en prose, abandonne même totalement le vers. Contrairement aux apparences, il ne détruit pas ainsi la poésie : le rythme, les sonorités, les figures de style, etc. sont toujours bien présents. Cet extrait de la préface des Petits Poèmes en prose le montre bien :

« Quel est celui de nous qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle d’une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ? ».

Lire aussi : La poésie aux XVIIe et XVIIIe siècles 

L’aspect pictural de la poésie

Grâce aux vers libres et aux formes non fixes de poèmes, le lecteur découvre dans son recueil des dispositions particulières du texte sur la page. Les poètes tirent de cette variété des possibilités infinies. Ainsi, chaque poème devient une œuvre singulière et inattendue, et offre une redécouverte du langage. Ces formes nouvelles sont déstabilisantes pour un lecteur qui n’a plus ses repères habituels. Elles permettent une mise en relief de certains termes, ou bien attirent l’attention sur l’aspect graphique du langage. On peut penser ici au recueil Calligrammes, où Apollinaire écrit selon le dessin même de ce qu’il évoque dans le poème.

Une poésie évocatrice

À partir du XIXe siècle, la « modernité poétique » est visible par des innovations concernant la musicalité et la dimension visuelle du poèmeCette dernière n’est pas seulement graphique: elle tient également à la capacité qu’ont les mots de se lier pour créer des « images ». Les comparaisons et les métaphores ont toujours joué un rôle essentiel en poésie. Par exemple, Baudelaire, dans Les Fleurs du Mal, propose des associations inattendues comme dans ce vers de « Correspondances » : « Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants ». Selon lui et plus largement, selon les symbolistes auquel il appartient, des liens existent entre le visible et l’invisible, entre les couleurs et les sons, et le poète doit déchiffrer cette « forêt de symboles ».

Le poète engagé

Au XIXe siècle, le poète se trouve engagé dans l’Histoire. Alors, le poème devient un puissant outil politique, dans le cadre des grands combats du XIXe siècle (Victor Hugo critiquant Napoléon III, « Napoléon le petit » dans ses Châtiments, ou encore les poèmes rédigés par plusieurs auteurs contre l’esclavage). On peut par exemple citer « Melancholia » de Victor Hugo, qui fait partie du recueil Les Contemplations, et dont tu trouveras une analyse ici, qui aborde le travail forcé des enfants dans les mines.

Cet engagement se poursuit au XXe siècle, notamment pour résister à l’occupant nazi au cours de la Seconde Guerre mondiale (René Char, Robert Desnos ou encore Paul Éluard).

Le poète et les mots

À cette époque, le poète s’interroge sur le langage et cherche à rendre aux mots leur authenticité et leur pureté. Parmi eux, Mallarmé entend de ce fait « redonner un sens plus pur aux mots de la tribu ». Son but est d’accéder à un langage originel, restituer aux mots leur sens étymologique (leur sens premier). L’objectif de tels poètes est de déployer toutes les richesses d’une langue et ainsi de donner accès à des sens multiples.

Le poète comme interprète du monde

Rimbaud, à la fin du XIXe siècle, se définit comme un « voyant ». En partant du mot, de sa polysémie (plusieurs sens d’un mot), de ses sonorités, il cherche à dire dans sa poésie la multiplicité du monde, ce que notre usage quotidien des mots ne permet pas. Tandis que le langage commun rejette la complexité et le mystère, le langage poétique doit aller vers l’inconnu, rechercher l’inédit et la sophistication afin d’élargir la pensée.

La révolution poétique, formelle et thématique, est donc étroitement liée à cette fonction paradoxale du poète : c’est un être à part, car il entrevoit ce que les autres ne perçoivent pas, ou ne perçoivent pas encore, et pratique la langue avec virtuosité. Néanmoins, il demeure dans le même temps humain : il est chargé de communiquer aux autres hommes ce qu’il entrevoit.

Les courants poétiques

L’élan romantique du XIXe siècle

Le XIXe siècle a été marqué par le mouvement romantique, où la poésie s’est épanouie dans un tourbillon d’émotions et de passion. Les poètes tels que Victor Hugo, Charles Baudelaire et Alfred de Musset ont exploré des thèmes tels que l’amour, la nature, la mélancolie et la révolte contre les normes sociales. Leurs vers retranscrivaient l’amour passionnel, les tourments de leur âme en proie à de vives et puissantes émotions.

L’avènement de la poésie symboliste

Au tournant du XIXe siècle et du XXe siècle, la poésie s’est orientée vers un mouvement artistique appelé symbolisme. Les poètes symbolistes, tels que Stéphane Mallarmé et Arthur Rimbaud, ont cherché à suggérer des idées et des émotions, au lieu de les décrire directement. Leurs vers étaient mystérieux, emplis de symboles et d’images évocatrices. Les thèmes tels que le rêve, l’inconscient et la quête de l’absolu, étaient explorés, créant ainsi une poésie profonde et ésotérique (obscur, incompréhensible pour qui n’appartient pas au petit groupe des initiés).

La poésie contemporaine et l’expression de la diversité

Au XXIe siècle, la poésie continue d’évoluer et de se réinventer. Les poètes contemporains explorent une multitude de sujets, reflétant la complexité du monde moderne. Ils abordent des thèmes tels que la mondialisation, l’identité, les enjeux sociaux et l’environnement. La diversité des voix poétiques s’est dans le même temps élargie, avec des poètes issus de différentes cultures et origines, qui apportent une richesse et un spectre d’expériences plus large. La poésie contemporaine se caractérise par son audace, son expérimentation formelle et son engagement avec le monde qui l’entoure.

Lire aussi : Mes forêts, Hélène Dorion : résumé et analyse de l’œuvre

Pour aller plus loin

Le site internet de l’Académie d’Amiens propose dans ce document une liste d’œuvres poétiques en lien avec l’objet d’étude considéré. N’hésite pas à en parcourir quelques-unes afin de te les approprier et d’approfondir ton approche sur ce thème !

Enfin, la plateforme publique Lumni, a rassemblé sur cette page tous les articles, vidéos, quiz et dossiers sur cet objet d’étude.

En définitive, la poésie du XIXe siècle au XXIe siècle est un témoignage de l’évolution de l’expression artistique à travers les époques. Du romantisme à la liberté contemporaine, les poètes ont capturé les émotions humaines, ont exploré des thèmes universels et ont repoussé les limites du langage. Leur poésie nous transporte dès lors dans un voyage au cœur de la beauté des mots.

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !