brevet 2024

Brevet 2024 : que risques-tu en cas de triche ?

À lire dans cet article :

Brevet 2024. Les épreuves du brevet national des collèges ont débuté ce lundi matin pour les quelque 858 000 candidats des centres d’examens de France métropolitaine. Et chaque année, elles sont accompagnées de leur lot de triches et de fraudes… Alors, laisse-nous faire le point avec toi sur les risques encourus en cas de triche à l’examen du brevet national des collèges. Spoiler… nous te déconseillons fortement de t’aventurer dans cette voie 🙏🏻

Les épreuves du diplôme national du brevet 2024 se déroulent du lundi 1er au mardi 2 juillet 2024 pour tous les candidats des centres d’examens de France métropolitaine.

Brevet 2024 : quels sont les risques encourus en cas de triche à l’examen ?

Les cas de triche

Le jour du brevet, comme pour n’importe quel autre examen, tu dois respecter plusieurs règles. Parmi elles : ne pas arriver en retard, venir accompagné(e) de ta convocation et d’une pièce d’identité et, surtout, ne pas tricher. Ton téléphone portable doit par exemple être éteint et rangé dans ton sac à dos. Si tu essaies de l’utiliser pendant l’épreuve, alors ce sera considéré comme une tentative de fraude. Tu n’as pas non plus le droit d’aller le chercher pour aller aux toilettes par exemple.

Autre cas, interdiction formelle de cacher de petites notes dans tes poches ou sur tes mains. C’est aussi considéré comme de la triche. Tout comme demander de l’aide à ton voisin.

Tu l’as compris, il y a triche lorsque tu utilises une aide extérieure pour rédiger ta copie. Que ce soit ton portable, des antisèches, tes camarades, etc.

Que se passe-t-il en cas de triche ?

Si tu es surpris par un surveillant de la salle d’examen en train de tricher, il peut alors tout à fait rédiger un rapport pour dénoncer cette fraude. Tu auras alors le droit de poursuivre la rédaction de ta copie jusqu’à la fin de l’épreuve. Avant de quitter la salle d’examen, tu devras apposer ta signature sur le rapport de fraude qui sera ensuite envoyé au rectorat.

Un jury délibère ensuite du sort qui te sera réservé. Une décision que tu peux alors contester si elle n’est pas fondée.

Les sanctions appliquées à la triche lors d’un examen

Attention, les sanctions prévues en cas de triche ne sont pas à prendre à la légère. D’un point de vue administratif, un cas de triche peut encourir un blâme, l’impossibilité de décrocher une mention, l’interdiction de passer un examen pendant 5 ans ou même l’interdiction de t’inscrire dans un établissement public postbac pendant une durée de 5 ans également.

D’un point de vue pénal maintenant, en cas de fraude, les candidats s’exposent à une peine de 3 ans de prison et 45 000€ d’amende pour faux et usage de faux, jusqu’à 3 ans de prison et 50 000€ d’amende pour falsificateur de documents et jusqu’à 10 ans de prison et 1 million d’euros d’amende pour substitution d’identité lors des épreuves. Eh non, tu ne peux pas envoyer ton frère passer les épreuves à ta place !

Sache également que la divulgation des sujets avant l’examen est considérée comme de la fraude et est passible de 3 ans de prison et 9 000€ d’amende, pour l’auteur de l’acte et ses complices.

« Il n’y aura pas de délivrance de diplôme du brevet si la triche est avérée. Il peut y avoir aussi une interdiction de passer un examen pour une durée déterminée », confirme Michaël Vidaud, principal du collège Marie-Curie à Tournon-sur-Rhône, pour l’Étudiant.

Lire aussi : Comment calculer ses points au brevet ?

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une