Sujets bac 2024 philosophie

Bac 2024 : les sujets de philosophie

À lire dans cet article :

Bac 2024. L’épreuve de philosophie s’est tenue ce mardi 18 juin, de 8 à 12 heures pour les quelque 536 000 candidats inscrits dans les centres d’examen de France métropolitaine. Découvrons ensemble les sujets sur lesquels ont planché les candidats de la voie générale et de la voie technologique. Pour x ou y raisons, nous avons tous une bonne raison de jeter un œil aux sujets de philosophie 😉

Pendant quatre heures (et pas une minute de plus), les candidats ont traité l’un des sujets trois sujets au choix : deux sujets de dissertation et un sujet d’explication de texte. Alors, voyons voir à quelle sauce les candidats de cette année ont été mangés.

Bac 2024 : les sujets de philosophie de la voie générale en métropole, à la Réunion et à Mayotte

Cette année, les élèves en classe de terminale générale se sont penchés sur l’un des trois sujets suivants :

  • Sujet 1 : La science peut-elle satisfaire notre besoin de vérité ?

  • Sujet 2 : L’État nous doit-il quelque chose ?

  • Sujet 3 : Expliquer le texte suivant :

    « Toute action humaine exige un mobile1 qui fournisse l’énergie nécessaire pour l’accomplir, et elle est bonne ou mauvaise selon que le mobile est élevé ou bas. Pour se plier à la passivité épuisante qu’exige l’usine, il faut chercher des mobiles en soi-même, car il n’y a pas de fouets, pas de chaînes ; des fouets, des chaînes rendraient peut-être la transformation plus facile. Les conditions même du travail empêchent que puissent intervenir d’autres mobiles que la crainte des réprimandes et du renvoi, le désir avide d’accumuler des sous, et, dans une certaine mesure, le goût des records de vitesse. Tout concourt pour rappeler ces mobiles à la pensée et les transformer en obsessions ; il n’est jamais fait appel à rien de plus élevé ; d’ailleurs ils doivent devenir obsédants pour être assez efficaces. En même temps que ces mobiles occupent l’âme, la pensée se rétracte sur un point du temps pour éviter la souffrance, et la conscience s’éteint autant que les nécessités du travail le permettent. Une force presque irrésistible, comparable à la pesanteur, empêche alors de sentir la présence d’autres êtres humains qui peinent eux aussi tout près ; il est presque impossible de ne pas devenir indifférent et brutal comme le système dans lequel on est pris ; et réciproquement la brutalité du système est reflétée et rendue sensible par les gestes, les regards, les paroles de ceux qu’on a autour de soi. Après une journée ainsi passée, un ouvrier n’a qu’une plainte, plainte qui ne parvient pas aux oreilles des hommes étrangers à cette condition et ne leur dirait rien si elle y parvenait ; il a trouvé le temps long. »

    Simone WEIL, La Condition ouvrière (1943)

    Voici le sujet dans son intégralité

    24-PHGEME

Bac 2024 : les sujets de philosophie de la voie technologique en métropole, à la Réunion et à Mayotte

Pour ce qui est de la voie technologique, les candidats avaient le choix entre :

  • Sujet 1 : La nature est-elle hostile à l’homme ?

  • Sujet 2 : L’artiste est-il maître de son travail ?

Sujet 3 : Expliquer le texte suivant :

« Il est nécessaire aux hommes de se donner des lois et de vivre conformément à ces lois, sous peine de ne différer en rien des bêtes les plus sauvages. Voici quelle en est la raison : aucun homme ne naît avec une aptitude naturelle à savoir ce qui est profitable pour la vie humaine en société et, même s’il le savait, à pouvoir toujours faire et souhaiter le meilleur. Car en premier lieu il est difficile de comprendre que l’art politique véritable doit prendre soin, non du bien particulier, mais du bien général – car le bien général rassemble, tandis que le bien particulier déchire les sociétés ; et le bien commun tout autant que le bien particulier gagnent même tous les deux à ce que le premier plutôt que le second soit assuré de façon convenable. En second lieu, même si l’on était assez habile pour se rendre compte que telle est la nature des choses, et qu’on ait à gouverner un État avec un pouvoir absolu et sans rendre aucun compte, on ne pourrait pas rester fidèle à ce principe et faire passer pendant toute sa vie le bien commun de la société au premier rang et le bien particulier au deuxième. En fait la nature mortelle de l’homme le portera toujours à vouloir plus que les autres et à s’occuper de son bien particulier, parce qu’elle fuit la douleur et poursuit le plaisir sans tenir compte de la raison, qu’elle les fera passer l’une et l’autre avant le plus juste et le meilleur, et, s’aveuglant elle-même, elle finira par se remplir, elle et toute la société, de toutes sortes de maux. »

PLATON, Les lois IX (IVème siècle av. J.-C.)

Voici le sujet dans son intégralité

24-PHTEME

Bac 2024 : les sujets de philosophie de la voie générale aux Antilles et en Guyane

  • Sujet 1 : Puis-je savoir si j’ai raison ?

  • Sujet 2 : L’égalité garantit-elle la justice ?

  • Sujet 3 : Expliquer le texte suivant :

    « Il y a des gens à qui l’idée d’échec inspire une telle horreur qu’ils se retiennent de jamais rien vouloir : mais nul ne songerait à considérer cette morne passivité comme le triomphe de la liberté.

    En vérité, pour que ma liberté ne risque pas de venir mourir contre l’obstacle qu’a suscité son engagement même, pour qu’elle puisse encore à travers l’échec poursuivre son mouvement, il faut que, se donnant un contenu singulier, elle vise à travers lui une fin qui ne soit aucune chose, mais précisément le libre mouvement de l’existence. L’opinion publique n’est pas ici mauvais juge, qui admire qu’un homme sache, en cas de ruine, d’accident, prendre le dessus, c’est-à-dire renouveler son engagement dans le monde, affirmant par là hautement l’indépendance de la liberté par rapport à la chose. Ainsi, lorsque Van Gogh malade accepte sereinement la perspective d’un avenir où il ne pourra plus peindre, il n’y a pas là résignation stérile ; la peinture était pour lui un mode de vie personnelle et de communication avec autrui qui pouvait sous une autre forme se perpétuer jusque dans un asile. Dans un tel renoncement le passé se trouvera intégré et la liberté confirmée ; il sera vécu à la fois dans le déchirement et dans la joie : dans le déchirement, puisque le projet se dépouille alors de son visage singulier, il sacrifie sa chair et son sang ; mais dans la joie, puisque, au moment où l’on lâche prise, on se retrouve les mains libres et prêtes à se tendre vers un nouvel avenir. Mais ce dépassement n’est concevable que si le contenu n’est pas visé comme barrant l’avenir, mais au contraire comme dessinant en lui des possibilités neuves. »

    Simone DE BEAUVOIR, Pour une morale de l’ambiguïté (1947)

    Voici le sujet dans son intégralité

    24-PHGEAG

Bac 2024 : les sujets de philosophie de la voie technologique en métropole, à la Réunion et à Mayotte

  • Sujet 1 : L’erreur nous rapproche-t-elle de la vérité ?

  • Sujet 2 : En quel sens peut-on dire que les êtres humains naissent libres ?

  • Sujet 3 : Expliquer le texte suivant :

    « La religion et la poésie s’adressent, au moins par un de leurs aspects, à la même partie de la constitution humaine : elles satisfont toutes deux le même besoin, celui de conceptions idéales plus grandes et plus belles que celles que nous voyons se réaliser dans la vie prosaïque1 de l’homme. La religion, à la différence de la poésie, est le produit du désir de savoir si ces conceptions imaginatives correspondent à des réalités dans un autre monde que le nôtre. L’esprit, dans cet état, s’empare avidement2 de toutes les rumeurs concernant d’autres mondes, surtout quand elles sont rapportées par des personnes qu’il estime plus sages que lui. À la poésie du surnaturel s’ajoute ainsi une croyance positive, et une attente que les esprits non poétiques peuvent partager avec les esprits poétiques. La croyance en un Dieu ou en des dieux, et en une vie après la mort, devient ainsi la toile que chaque esprit, selon sa capacité, recouvre d’images idéales qu’il peut inventer ou copier. Dans cette autre vie, chacun espère trouver le bien qu’il n’a pas réussi à trouver sur terre. Plus particulièrement, cette croyance fournit aux esprits les plus fins de la matière pour concevoir des êtres plus terrifiants que ceux qu’ils peuvent avoir connus sur terre, et plus excellents que ceux qu’ils ont probablement connus. Tant que la vie humaine ne suffira pas à satisfaire les aspirations humaines, il y aura un désir pour des choses supérieures, qui trouve sa satisfaction la plus évidente dans la religion. Tant que la vie terrestre sera remplie de souffrances, on aura besoin des consolations que l’espérance du ciel apporte à ceux qui sont égoïstes, et que l’amour de Dieu apporte à ceux qui sont tendres et reconnaissants. »

    John Stuart Mill, Trois Essais sur la religion (1874)

    Voici le sujet dans son intégralité

    24-PHTEAG
Quels sujets ont choisi les candidats ? Ont-ils davantage penché pour la dissertation ? L’explication de texte ? Réponse très prochainement dans un micro-trottoir diffusé sur nos réseaux sociaux ! 🎥
N’hésite pas également à jeter un petit coup d’œil aux sujets de philosophie tombés l’année dernière. Tu les trouveras juste ici.

À quoi servent les anciens sujets d’épreuves ?

Les sujets d’épreuves peuvent être utiles dans deux cas : si tu viens de passer ton bac de philo ou si tu révises pour passer ton bac de philo.

Regarder les sujets après avoir passé une épreuve présente quelques avantages significatifs. Cela permet de te rassurer en relisant le sujet au calme et en voyant que tu ne t’en es pas si mal sorti. Cela dit, inutile de refaire toute l’épreuve, ce n’est pas à la fin du match qu’on refait le jeu.

Si tu passes bientôt ton bac de philo. En étudiant les sujets des années précédentes, tu pourras mieux comprendre ce que les examinateurs attendent au moment de l’examen final. Cela va te permettre de savoir précisément à quoi peut ressembler un énoncé d’épreuve de philosophie, mais aussi de regarder les corrigés, pour savoir ce qui était attendu. Évidemment, si tu le travailles, tu peux aussi te familiariser avec la méthodologie, et ça c’est très bénéfique !

Lire aussi : Bac philo 2024 : les meilleurs tweets des lycéens

Tu veux plus d’informations et de conseils pour réussir tes examens et trouver ton orientation ? Rejoins-nous sur Instagram et TikTok !

À la une